La Lettre de Galilée

Yes, we can !

Le nom de Health Consumer Performance nous est encore largement étranger. A tort. Et Jean-Marie Bertrand, architecte de la nouvelle gouvernance déconcentrée de la santé, devrait trouver auprès de cette société de conseil tous les éléments susceptibles d’alimenter la feuille de route de ses 26 futurs directeurs d’Agences Régionales de la Santé (ARS).
Résumons : la société a vu le jour en 2004 en Suède sur le projet d’élaborer un palmarès de performance sanitaire des différents comtés du pays. Un savoir faire qu’elle a ensuite décliné au Canada simultanément à un travail de comparaison international. Troisième du genre, l’index 2008, publié en fin d’année dernière, n’a pas connu dans notre pays la notoriété qu’il méritait pourtant.
Et mérite encore, même s’il est sans doute un peu injuste pour notre pays. De « lauréate » absolue en 2006, la France s’est en effet enfoncée dans les profondeurs du classement pour ressortir aujourd’hui en 10ème position. En quelque sorte … championne de la déconvenue.
Pour expliquer cette contre-performance, il convient de regarder comment est élaboré ce palmarès. En fait, selon la bonne vieille méthode des tableaux de bord -34 critères de performance - chers aux news français quand il s’agit de classer les établissements publics ou privés. C’est à dire avec des indicateurs publics : comme le taux de vaccination infantile, l’accès à la greffe de rein ou aux soins bucco-dentaires.
Et puis un certain nombre d’autres marqueurs où la subjectivité de l’évaluateur est sollicitée. Ainsi de l’accès direct aux spécialistes, considéré par HCP comme un critère de qualité, et que le parcours de soins « à la française » a visiblement perturbé. Cette marge d’appréciation est, autant qu’on en puisse juger, fondée. Ainsi au chapitre du médicament, les évaluateurs reconnaissent un taux de remboursement acceptable mais un délai peu enviable d’accès au remboursement des nouvelles molécules. Argument difficile à contrarier. Si l’on s’intéresse cette fois aux reproches qualitatifs formulés par Johan Hjertqvist, président de la société, ils sont au nombre de trois :
-    l’apparition, nouvelle, de listes d’attente à la porte de spécialités que HCP impute au parcours de soins mais qui doivent sans doute beaucoup plus à la décrue des installations libérales ;
-    le retard de déploiement du dossier médical personnel
-    l’apparition de « dessous de table », re-lecture péjorative du débat franco-français sur les dépassements d’honoraires …
Le résultat tient sur une seule page constituant, sur 1000 points possibles, un tableau comparatif de 31 pays analysés avec des indicateurs rangés en six chapitres. Respectivement : droits et information du patient, e-santé, délai d’attente avant prise en charge, résultats chiffrés (outcomes), indice de performance sur objectifs de santé publique et prestations de pharmacie …
Seuls les ignorants seront étonnés de trouver sur la plus haute marche du podium les Pays-Bas, universellement célébrés comme un bon compromis entre solidarité et responsabilité. Au point d’être cités comme modèle possible à Barak Obama par un expert de la revue Health Affairs.
A quelques jours de la prestation de serment du président élu, on appréciera de se mêler du débat US sur le blog ouvert à cette intention. On peut aussi donner son point de vue sur le système français sur le site qu’Éric Besson avait ouvert à l’enseigne de France 2025… Un excellent exercice de démocratie participative dont l’audience est, hélas, demeurée confidentielle. Allez-y de notre part !
NDLR : A ceux de nos lecteurs, correspondants, amis qui nous reprochent à l’occasion d’être trop systématiquement critiques et pas assez constructifs, nous voudrions rapporter tout le bien que nous pensons en ce moment du processus mis en œuvre par Jean-Marie Bertrand au secrétariat général du ministère pour le chantier des ARS. Le sentiment prévaut que, pour une fois, l’État avance selon les méthodes les plus orthodoxes de la conduite de projet familières au secteur privé.
Retour à notre propos liminaire : ceux de nos lecteurs  qui n’auraient pas encore eu le temps de se porter candidats au poste de DARS peuvent toujours le faire en ligne.

À propos de Jean-Pol Durand et Rémy Fromentin

Depuis 2007, chaque mardi, Jean-Pol Durand, ancien rédacteur en chef du Quotidien du Médecin, Impact-Médecin Quotidien, Filières & Réseaux, et Rémy Fromentin, ancien haut responsable de l’assurance maladie, ont partagé leur vision sur l’actualité de la santé en France autour d’une lettre commune.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Lois bioéthiques : que dit vraiment le rapport Touraine ?

[Article de 2700 mots] Les réactions n'ont pas manqué autour de la ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer