Dossier désertification médicale et accès aux soins

Désertification, métropolisation et lutte des classes : les médecins dans le viseur

France Stratégie, l’ex Commissariat général du Plan, vient de publier une note d’analyse sur les dynamiques et inégalités territoriales en France. Les auteurs, Clément Dherbecourt et Boris Le Hir, posent la question : « doit-on fixer un panier de services minimaux garanti par l’État sur tout le territoire ? Doit-on fixer un objectif opposable d’égal accès aux services minimaux, prenant en compte les écarts d’accessibilité ? » Face au constat de métropolisation grandissante et d’accumulation des activités dans les zones urbaines denses, doit-on encore s’acharner à lutter contre les déserts médicaux ?

L’économie d’agglomération

Reprenant les chiffres de l’OCDE, le rapport de France Stratégie souligne le constat de métropolisation générale de la démographie française. Les grandes aires urbaines françaises bénéficient d’une forte démographie et capte l’essentiel de l’activité. Ainsi, « les quinze aires urbaines de plus de 500 000 habitants que compte la France rassemblent aujourd’hui 40 % de la population et 55 % de la masse salariale. Elles représentent aussi plus de 50 % de l’activité économique et le PIB par habitant est en moyenne 50 % plus élevé dans les métropoles que dans le reste du pays. »
Selon un rapport de l’observatoire de l’économie et des institutions locales de novembre 2015, ces métropoles ont généré entre 2007 et 2014 plus de 70 % des créations nettes d’emplois privés.

Lire : Santé à deux vitesses, la France coupée en deux ?

La réussite des métropoles provient aussi de purs effets de rendements. Il existe un lien entre gain de productivité et densité : la différence de productivité entre les villes les plus denses et les moins denses serait d’environ 10 %. Lire la suite…

Désertification médicale : faut-il s’entêter à peupler nos déserts ?

Territoires : le quadrupède à une patte Le gouvernement Valls est traversé par les images d’Epinal d’une IIIème République fantasmée : un Clemenceau, un Condorcet,  sont d’intenses sources d’inspiration de nos politiques. On martèle une thématique républicaine forte, « la santé pour tous », « le mariage pour tous », « l’éducation pour tous », etc. ; et on forge une posture de communication. Au final, on brasse beaucoup de mots, beaucoup d’air pour peu d’actions concrètes. Le sarkozysme et la gauche française ont inventé l’aérophagie politique. Le verre à moitié vide Car la politique volontariste de la IIIème République n’est plus possible aujourd’hui. Avec plus de trois mille milliards d’euros de dette publique, l’Etat n’a plus un kopek pour initier la moindre politique, pour concrétiser la moindre idée. Au contraire même, il cherche de l’argent : 50 milliards. Une (suite…)

Manque-t-il des médecins ?

L’accès aux soins selon les patients

Selon les projections de la DREES, en 2030 en Languedoc-Roussillon, il y aura une augmentation de la population de 30% et une baisse du nombre de médecins libéraux de 8,5%, correspondant ainsi à une chute de la densité moyenne de médecins libéraux par habitant de près de 30%. Cette tendance s’observe-t-elle déjà aujourd’hui ? Le rapport offre/demande est-il satisfaisant dans cette région où les densités de médecins sont parmi les plus fortes de France ?

Lire le dossier : Désertification et accès aux soins

Lorsque que l’on interroge la population (Enquête réalisée en Juin 2011 auprès d’un échantillon représentatif de 1005 personnes en Languedoc-Roussillon, entretiens téléphoniques menés par le CSA), sept personnes sur dix n’ont aucune difficulté pour consulter un médecin généraliste. Mais parmi les 30% restant, le principal obstacle concerne le temps d’attente en salle d’attente (15%) et le manque de disponibilité du médecin pour obtenir un rendez-vous (6%). Les difficultés financières et celles liées au trajet ne sont citées chacune que par 3% des sondés.

Lire la suite…

Les aspirations des internes en médecine générale

Chaque jour, la presse nationale ou régionale ainsi que les politiques évoquent l’inquiétante baisse du nombre de médecins en milieu rural et dans les banlieues sensibles1. Mais la densité de médecins par habitants sur un territoire ne constitue pas une information suffisante pour appréhender l’évolution de la démographie médicale. Comme l’indique le rapport de la Cour des Comptes2 de Septembre 2011, la densité globale des généralistes reste stable malgré la croissance des effectifs de l’ensemble des médecins, mais de grandes disparités sont observées entre les pôles urbains et les zones rurales isolées, ainsi qu’entre les centres des villes et certaines banlieues difficiles. La DREES3 précise que pour les généralistes libéraux, 90% des inégalités de répartition s’observent entre les bassins de vie d’une même région et seulement 10% des inégalités sont entre régions. Pour les ophtalmologues, les inégalités sont à 95% intra-régionales.

Lire la suite…

Les perceptions de la démographie médicale

De la perception des patients à celle des médecins : l’offre est-elle déficitaire ?

L’analyse des perceptions des patients montre que l’attente est la principale difficulté pour consulter un médecin. Mais quelle est la cause de cette attente trop longue en cabinet ou pour obtenir un rendez-vous ? Il peut s’agir de l’organisation du cabinet (absence de secrétariat médical, de plages horaires avec rendez-vous, etc.) ou d’un nombre de médecins insuffisant par rapport à la demande de la population. De récentes enquêtes réalisées auprès des médecins permettent de compléter cette analyse. Ainsi, une étude de l’URPS ML Ile-de-France1 montre que 60,3% des médecins interrogés estiment que la région Ile-de-France connait des difficultés d’accès aux soins, dues essentiellement aux délais d’obtention de rendez-vous trop longs (44%) et au manque de médecins (33%). Ainsi, plus d’un tiers des médecins déclarent refuser occasionnellement de nouveaux patients en raison, pour la moitié des cas, d’une surcharge de travail.

Lire la suite…

Quelles sont en France les perceptions de l’accès aux soins des patients ?

Les URPS se préoccupent de l’accès aux soins

Récemment, les Unions Régionales des Professionnels de Santé des Médecins Libéraux d’Ile-de-France (URPS ML IDF) et du Languedoc-Roussillon (URPS ML LR) ont mené des enquêtes pour identifier les principales difficultés de l’accès aux soins des patients dans leur région respective. Mais tout d’abord que sont les URPS et pourquoi réalisent-elles ces études ?

Lire la suite…

Accès aux soins : de quoi parle-t-on ?

L’accès aux soins : une préoccupation de tous

Pourquoi l’accès aux soins est-il une préoccupation majeure des acteurs de santé et se trouve régulièrement à la Une des journaux ? Tous les élus politiques et les candidats à la présidentielle s’emparent de cette question notamment à propos de la baisse de la démographie médicale et de son corollaire excessif : « faire face à la désertification ». En effet, les politiques publiques, notamment à travers la loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires et son deuxième volet : «L’amélioration de l’accès à des soins de qualité», visent une répartition plus homogène de l’offre de soins afin de garantir une meilleure égalité d’accès des populations à la santé sur l’ensemble des territoires. Lire la suite…

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer