Tag archives : Marisol Touraine

Post hoc ergo propter hoc

Éditorial de la 310 A l’heure où la course aux présidentielles commence de déchirer les cœurs et les esprits, les bilans des uns et des autres vont bon train après 3 ans aux commandes du pouvoir. Marisol Touraine n’avait d’ailleurs pas attendu les autres pour tirer la couverture à soi et s’attribuer ce pain de Laconie. Mais curieusement, trois ans après sa nomination en mai 2012, notre ministre fait le buzz aux côtés de Christian Eckert, Laurence Rossignol, Thomas Fatome (le directeur de la Sécurité sociale) et Dominique Libault (le directeur de l’EN3S) sur un autre anniversaire : les 70 ans d’une plus vieille dame. A la clé de cette grand-messe prévue le 6 octobre prochain, une grande concertation et des comités Théodule. Bien entendu. L’inspiration ne semble tellement pas (suite…)

La loi de santé en deux coups de cuillère à pot

Éditorial de la 306 Les débats sur la loi de santé ont repris le 7 avril pour se terminer le 10. Du vite fait bien fait, du prompt, de l’expéditif. L’hémicycle avait sa mine des jours tristes. Les députés avaient sûrement regagné leurs pénates à la reconquête des électeurs perdus. Vide. Pas plus d’intérêt pour la loi de Marisol Touraine que pour la législation sur la protection du triton marbré dans le Haut Forez. À croire que la conscience de nos élites politiques est inversement proportionnelle à la longueur des cortèges. La séance de discussion sur l’article 12 (ce fameux article «sans doute parmi les plus importants de ce texte» dira la ministre, sur le «service public territorial de santé» devenu «service territorial de santé au public» puis enfin «communauté (suite…)

Loi de santé : morceaux choisis

Éditorial de la 305 Loin de baisser la garde, les syndicats de professions de santé ont remis le couvert le 31 mars tandis que l’assemblée nationale examinait la multitude d’amendements déposés aussi bien par l’opposition que par le gouvernement. Un exécutif devenu plus souple sur certaines dispositions mais demeuré intransigeant sur d’autres. Nous avons opté, avec le retour des cloches, pour une sélection de quelques morceaux choisis tout au long de cette semaine dans les documents parlementaires ou dans la presse. « Ces dix années ont été dix années d’occasions manquées. Le seul legs laissé à nos concitoyens, ce sont les franchises et les déremboursements. Il y a des héritages plus glorieux que ceux-là. » (Marisol Touraine, 31 mars 2015, Assemblée Nationale) « Le tiers payant, c’est une mesure de progrès. C’est une (suite…)

Des médecins, du sparadrap et un maroquin

Éditorial de la 297 Les prises de position de Valls puis Hollande sur le tiers-payant ont des allures de sauvetage pour Marisol Touraine bien en peine dans son conflit ouvert avec les médecins. Déjà en août dernier, Manuel Valls avait du élever la voix pour rappeler la proposition que soutenait Touraine et calmer les velléités après l’éviction de Montebourg du gouvernement qui laissait à penser pour certains l’abandon de la généralisation du tiers-payant. Las. Constat d’échec de sa politique, la voix forte du Premier Ministre ne suffit plus, c’est François Hollande lui-même qui lors de sa conférence de presse du 5 janvier qui a martelé le maintien de la proposition de généralisation du tiers-payant par un « mécanisme simple« . La ministre est maintenant sur la sellette, sommée de dépatouyer au plus vite (suite…)

Marche-arrière et faux-fuyants

Éditorial de la 296 À quelques semaines de l’examen en commission à l’Assemblée du projet de loi de santé, la généralisation du tiers-payant, qui était au centre des crispations des syndicats de médecins, revient sur le tapis. Du moins c’est ce qu’on en croit à l’issue d’un groupe de travail réuni autour de cette question… Jean-Paul Hamon, président de la FMF, interviewé sur BFM, ne cache pas sa joie : le tiers-payant (actuellement pour les CMU et AME) sera ouvert aux aides à la complémentaire santé (à partir de juillet 2015) et la Ministre propose une ouverture également aux étudiants ainsi qu’aux malades en ALD. Exit le tiers-payant généralisé ? Le gouvernement se ménage ainsi « une porte de sortie »… Et Nicolas Sarkozy, sentant certainement l’opposition à Marisol Touraine « coaguler », pour reprendre (suite…)

Il est loin Charlie

L’oeil humide et la mine compatissante, les dirigeants humanistes du monde entier défilaient avec le peuple, guidés par la République éclairée. Nous nous en étions même émus. Tout le monde, Charlie d’un jour, défendait, transi d’amour, alors cette liberté d’expression si chère à la France. Il aura fallu à peine une semaine pour que cette unité nationale autour de la défense de la liberté d’expression vole en éclat. En cause : un dessin sur les murs de la salle de garde du CHU de Clermont-Ferrand , représentant 5 super-héros dans une orgie, a été condamné par « Osez le féminisme ! » pour apologie du viol collectif. La peinture doit être effacée et des sanctions disciplinaires voire judiciaires seront prises à l’encontre des auteurs. A chacun sa caricature… Les salles de garde, lieu réservé aux (suite…)

Les vrais enjeux du tiers-payant généralisé

La généralisation du tiers payant fait partie de ces apories qui mobilisent les professionnels sans que ceux-ci en mesurent vraiment les dangers. Car, quand on interroge les médecins individuellement sur les motivations de leur mobilisation, l’argumentation tourne davantage autour des complications administratives qu’une telle mesure va entraîner au quotidien que sur les raisons pour lesquelles Marisol Touraine en fait la mesure phare de sa réforme. Une insidieuse pollution du raisonnement ? Dans le n° 99 de UG Zapping, Claude Bronner plante le décor :  » Voilà plus d’un an que de réunion de « concertation » en réunion « technique » les syndicats expliquent que le tiers payant généralisé et obligatoire n’est pas une bonne mesure. Ils parlent à des autistes puisque la volonté du président de la République et de sa Ministre sont au delà de (suite…)

Chicayas chocs

Éditorial de la 286 Il n’a pas suffit à Hollande de s’afficher bras dessus bras dessous avec Martine Aubry à Lille pour donner aux Bleus le jus nécessaire à la victoire de la France en Coupe Davis. Il y a assurément des gesticulations qui ne parviennent pas à transgresser les acrimonies profondes. Sifflé à son arrivée au stade Pierre Mauroy (cf Le Monde) , le président était venu chercher une partie du butin pour sa popularité défaillante. Pas de chance, les joueurs français (qui au demeurant vivent tous en Suisse) ont perdu. Juppé n’a pas fait mieux. Voilà le « chouchou » des Français (dixit Le Point de la semaine dernière) sifflé, hué, malmené sur ses propres terres gasconnes. Le Journal du Dimanche s’en délecte. Et Sarkozy, devant 4000 supporters bordelais, ramasse (suite…)

Des marques de tabac « neutres » ?

Sur l’anonymisation des paquets de cigarettes, Pierre-Louis Desprez, spécialiste du positionnement et de l’architecture de marque, nous donne son point de vue. « On a essayé de faire entendre que le Neutre ne correspondait pas forcément à l’image plate, foncièrement dépréciée qu’en a la Doxa, mais pouvait constituer une valeur forte, active. » Roland Barthes, extrait de son cours au Collège de France sur le  Neutre. Les paquets de cigarette neutres, sans logo, sans couleur, sans référence implicite aux images publicitaires, c’est la fin de l’opposition masculin/féminin utilisée par l’imaginaire publicitaire, la disparition d’un automatisme idéologique et dogmatique qui s’appelle la pensée binaire. Mais c’est aussi l’ouverture vers un autre système de signes, reposant sur le désengagement, la retenue, l’absence de parti-pris, ce qui, bien loin d’empêcher l’expression de la marque et (suite…)

Les roublards et les balourds

Editorial de la 278 Le plan tabac présenté cette semaine par Marisol Touraine donne à son auteure une dimension qu’on ne lui connaissait pas. Voilà enfin une ministre qui ne passe pas son temps à régler son compte à contretemps à une droite devenue de toute façon moribonde. Nous le disions dans nos papiers précédents, fascinée, comme Hollande, par une revanche inespérée sur une droite insolente et tapageuse, la ministre de la santé ne pouvait s’empêcher de gloser sur le passé et de provoquer sur le futur. D’ailleurs, le débat au printemps sur sa loi de santé promet bien des escarmouches. Nous apparaît aujourd’hui une ministre porteuse de consensus. On en viendrait presque à l’unité nationale, comme pour les frappes en Irak. «J’ai choisi mon camp, celui de la santé (suite…)

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer