Tag archives : internet des objets

La soli-data-rité ou l’extension du concept de solidarité aux données personnelles de santé

Selon les prévisions convergentes de la plupart des cabinets d’études, le marché des objets connectés dédiés à la santé aurait dû décoller en 2014. Puis en 2016. Et maintenant, ce serait pour 2020… Pourquoi ce marché reste-t-il en France toujours émergent ? Si l’on se réfère à l’ensemble des objets connectés « santé », c’est-à-dire les dispositifs médicaux connectés (glucomètre, tensiomètre…) et ceux appartenant à la sphère du « bien-être » (traqueurs d’activité, bracelets, balance…), le taux d’équipement des Français n’a toujours pas franchi le seuil des 3 %, soit moins de 2 millions de personnes. À titre de comparaison, le taux d’équipement des Américains a d’ores-et-déjà franchi le cap des 10 %. Une proportion très faible donc, et ce malgré l’importance des besoins en termes de prévention et de suivi des maladies chroniques qui (suite…)

Santé connectée : faut-il craindre les robots ?

Avec 6,4 milliards d’objets déjà connectés, reliés à Internet, et 5,5 millions nouveaux appareils qui sont installés par jour (selon Gartner), l’Internet des objets (IoT) constitue une cible de prédilection pour les pirates. Le 21 octobre dernier, la société Dyn aux États-Unis en a fait les frais en essuyant une attaque qui a paralysé de nombreux sites Internet comme CNN, The Guardian, Netflix ou Twitter. Le pirate avait réussi à prendre le contrôle de 100 000 caméras. Avec l’arrivée des voitures connectées, des brosses à dents ou des bracelets connectés, la menace est prise au sérieux par l’Union Européenne qui prépare un label de sécurité européen. La HAS a publié hier un guide de recommandation pour les applis santé. Faut-il vraiment craindre les objects connectés ?

Lire : Comment les Big Data sauveront nos vies ?

En France, c’est l’hébergeur OVH qui a subi, mais déjoué, le même type d’attaque utilisant des objets « zombies », des caméras de surveillance. Selon la société Flashpoint, les pirates ont recours à un malware appelé Mirai qui utilise des failles de sécurité dans les objets connectés.

Lire la suite…

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer