Tag archives : démocratie sanitaire

Mais où donc est passé notre beau modèle sanitaire français ?

Éditorial de la 488ème Il n’y a pas si longtemps, il était fréquent d’entendre que le système de santé français était le meilleur du monde, l’un des plus chers certes grâce à une sécu généreuse, mais dont la qualité était enviée par de nombreux pays. Cocorico. De réformes en réformes (une en moyenne tous les cinq ans), de ministres en ministres (un ou une en moyenne tous les deux ans et demi), de grèves en grèves (on ne les compte plus), voilà le maçon au pied du mur : un virus venu de Chine d’une contagiosité extrême, une situation inconnue depuis la grippe espagnole de 1918, et voilà, patatras, rien ne marche, notre beau modèle de gouvernance sanitaire démontre son inanité. La tête de l’État monte aux créneaux pour calmer les (suite…)

[Re]vue de Web : La Cour des Comptes accable une nouvelle fois les comptes de la Sécurité sociale

Dans le tumulte des scandales de la rentrée, la Ministre de la Santé, Agnès Buzyn, tente de se faire entendre pour présenter le chantier de sa Stratégie Nationale de Santé. Manque de bol, l’IGAS et la Cour des Comptes font le buzz à sa place… Agnès Buzyn dévoile sa Stratégie Nationale de Santé Lundi 18 septembre, la Ministre de la Santé a officiellement lancé, à l’aune d’un rapport du Haut Conseil de la Santé Publique, les travaux de sa Stratégie Nationale de Santé (SNS) autour de 4 grandes priorités : la prévention et la promotion de la santé, la lutte contre les inégalités sociales et territoriales d’accès aux soins, la pertinence et la qualité des soins, et l’innovation. Un grand exercice de démocratie sanitaire est prévu jusqu’en décembre. Ensuite, Agnès Buzyn (suite…)

Les colonels, les gorilles et les plantons

Éditorial de la 350 Après le premier round du kriegsspiel conventionnel, les augures restent sombres sur l’issue d’un accord concluant pour la fin de l’été. Même si les 5 syndicats représentatifs se sont mis d’accord sur un socle commun de revendications, les économies drastiques prévues (3 Mds d’euros par an jusqu’en 2017) restreignent d’autant le cadre des négociations. Si le Ministère laisse la porte ouverte sur une revalorisation des rémunérations, reste à savoir « sous quelle forme, de quelle manière et à quel rythme » a hasardé Marisol Touraine le 21 février dernier au micro de RTL. La partie reste à jouer. Lire : Conventionnement des professions libérales, la fin d'un système ? Profitant du flou juridique de la convention (article 42.1), les syndicats de médecins, MG-France et CSMF en tête, avait appelé leurs adhérents (suite…)

Piketty, Pisani et le Pape

Les dernières publications de l’INSEE le confirment : les inégalités augmentent. Les riches sont plus riches, les pauvres plus pauvres : ainsi, les 40% plus modestes ont un niveau de vie qui a diminué entre -0,2% et -0,8% et les 40% plus riches ont connu une augmentation de leur niveau de vie entre +0,1% et +0,8%. Et la proportion des plus pauvres s’est accrue avec un taux de pauvreté à 14,3% (+0,3 point). 

Le Capital augmente…

C‘est le constat que porte également Thomas Piketty, dans son best seller international « Le Capital au XXIème siècle« . Mille pages bien renseignées où l’économiste français nous abreuve de chiffres et de calculs complexes. Pour lui, ce sont les 1 % de foyers les plus favorisés qui ont récupéré 11 % des richesses accumulées en 40 ans en France, 24 % au Royaume-Uni et même 47 % aux Etats-Unis. Au-delà des croissances de richesses qui enrichissent les plus riches, ce sont les tendances à venir sur la transmission du patrimoine qui inquiètent l’auteur. Piketty évoque en page 646 le dilemme de Rastignac : travailler ou …

Lire la suite…

Un service public au forceps

Éditorial de la 257 Alors que le Président Hollande affirme que « le tournant économique arrive » malgré la prudence affichée des commentateurs extérieurs sur cet optimisme, Marisol Touraine vient d’annoncer le plafonnement des rémunérations des médecins intérimaires recrutés dans les hôpitaux publics. Une mesure proposée par le député PS Olivier Veran qui permettra certainement d’amener de l’eau au moulin du plan d’économies dévoilé par la Ministre dans les colonnes des Échos. La remise à l’honneur du service public dans les territoires, souhaitée par Marisol Touraine dans le cadre des réflexions autour de la Stratégie Nationale de Santé (SNS), s’est accompagnée de la remise du rapport de Bernadette Devictor le 22 avril dernier. Un rapport aux intentions louables mais quelque peu cavalier. De quoi mécontenter certains… (suite…)

Le retour raté du service public territorial de santé

Bernadette Devictor, présidente de la Conférence Nationale de Santé, a présenté son rapport à la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé sur le service public territorial. Il propose de réintroduire -au forceps- le principe de service public rendu à l’usager dans une approche à la fois territoriale et populationnelle en mettant tout le monde autour de la table. Quitte à les y obliger. Même avec quelques cachets d’aspirine, on ne sort pas indemne de la lecture du rapport de Bernadette Devictor intitulé : « le service public territorial de santé (SPTS) et le service public hospitalier (SPH) : développer l’approche territoriale et populationnelle de l’offre de santé », présenté à Marisol Touraine le 22 avril dernier. Au-delà des coquilles et des fautes d’orthographe, le lecteur a l’impression de lire un rapport rédigé par un (suite…)

Valls… a mis le temps

Sujet sensible et électoralement volcanique, la santé ne sera pas l’objet de réformes en profondeur. La gestion soporifique de Marisol Touraine fera l’affaire jusqu’en 2017. Lire : Touraine en mode mineur Tourne à gauche, tourne à droite La photo de famille du 2ème gouvernement Hollande montre des sourires figés. Une équipe reconduite presque dans la même configuration aurait pu incliner un moment à penser à un canular. Mais les deux sortants et les deux entrants dans l’équipe du « jeune homme pressé » confirment au contraire le savant calcul du président sur la suite des opérations. Le départ de Moscovici était attendu. C’est ce que, en telle circonstance, les intéressés racontent toujours, après coup. Il est vrai que Bercy abritait un peu trop de ministres et que locaux, bureaux avec vue sur (suite…)

Démocratie sanitaire : trompe-l’œil, coup d’État ou usine à gaz ?

Le rapport de Claire Compagnon fait un état des lieux exhaustif et objectif de la participation des patients au système de santé. Mais ses recommandations, quand elles ne hérissent pas, sont quand même de tous les dangers.

La connotation très révolutionnaire du rapport que vient de remettre Claire Compagnon à Marisol Touraine sur « la démocratie sanitaire » n’est pas un hasard. Pourquoi en effet avoir choisi le terme « an II » plutôt que « acte II » pour cet imposant codicille aux fondamentaux kouchnériens de 2002 ?
Pour répondre poliment à Marisol Touraine peut-être ? Car le site du ministère précise que « La mission confiée à Claire Compagnon incarne la volonté de refondation (…) au coeur de la stratégie nationale de santé ». « Refonder » veut dire « changer les fondements ». Allons ! On ne touche pas aux textes sacrés, la loi du 4 mars 2002 a été sanctuarisée aussi bien par la gauche que par la droite.
Autre hypothèse pour son auteure : profiter d’une opportunité pour frapper fort sur la forme faute d’être entendue sur le fond, convaincue que, le plus souvent, les rapports ne servent à rien. Comme le remarque Eric Favereau dans Libération « La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a pris une drôle d’habitude : elle commande des rapports à d’éminentes personnalités. Ces dernières les lui rendent, et ensuite… Il ne se passe rien. Vendredi dernier, rebelote. » En réalité, cette habitude n’est pas propre à la ministre actuelle. L’appel à des stars s’est institutionnalisé alors que la Cour des Comptes et l’IGAS sont faites pour ça. Et tous les auteurs réclament l’intégralité et l’immédiateté de la mise en place de leurs recommandations.

La Lettre de Galilée
Dans la lettre de mission, Touraine parle de « prolongement de la mission Couty ». Cela tombe bien car on ne peut pas dire que le rapport de l’ancien directeur de l’organisation des soins ait laissé un souvenir inaltérable.

Le clin d’œil à la Terreur de 1793 est sûrement maladroit mais la relance de cette véritable « révolution copernicienne » (expression de Dominique Thouvenin que reprend l’auteure pour évoquer la révolution des patients) apparaît dans le rapport comme une impérieuse nécessité. La démocratie sanitaire aurait eu sa prise de la Bastille, il lui manquerait un An II. Faudra-t-il couper des têtes ? Non, il y a belle lurette qu’elles sont déjà tombées.
Explications.

Lire la suite…

Et si la vraie démocratie sanitaire était virtuelle ?

Le 27 février dernier, j’ai assisté à un forum organisé par l’Agence Régionale de Santé d’une grande richesse sur l’aménagement urbain et la santé en l’Ile-de-France. Au-delà des échanges nourris et instructifs, ce colloque m’a inspiré quelques digressions sur la démocratie sanitaire. Un grand merci à Giovanna Marsico, fondatrice de la plateforme collaborative Cancer Contribution, pour sa relecture, ses conseils et ses liens bien utiles ! L’émergence de la démocratie sanitaire dans les années 90 participe d’un changement de paradigme qui tend à substituer à la conception d’un soin où le patient reste étymologiquement passif. Le terme patient vient du latin patior qui signifie souffrance. Le mot patient partage donc la même racine latine que les termes passion, patience, passif, etc. Une représentation de la santé où l’usager est, au contraire, (suite…)

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer