Tag archives : couverture vaccinale

Quand la Cour des Comptes se prend pour la Haute Autorité de Santé

Dans son rapport public annuel, la Cour des Comptes s’est livrée à un exercice peu habituel. Les Sages de la rue Cambon, garants de la bonne gestion de l’administration publique, ont ainsi consacré un chapitre entier sur la politique vaccinale en France. Et ces énarques émérites ont même troqué leur hermine contre un stéthoscope en se hasardant à quelques recommandations de santé publique. Mais que fait la Haute Autorité de Santé ? Lire : La vaccination et ses résistances La piqûre de rappel La Cour des Comptes analyse ainsi froidement les taux de couverture de la vaccination en France qui, pour les vaccins obligatoires sont satisfaisants. Concernant les vaccins recommandés, en revanche,  « la situation est nettement plus contrastée » (p.208), géographiquement et socialement. En réalité, si la couverture vaccinale augmente en France, elle reste largement (suite…)

Vaccination : la loi, les lobbies ou les labos ?

Éditorial de la 394 Le 8 février dernier, le Conseil d’État a donné une décision qui rend la position de la Ministre de la Santé assez inconfortable. Comme nous l’avions évoqué en juin 2015 à propos de la controverse lancée par le Pr Joyeux, la loi française oblige à vacciner les enfants de moins de 18 mois contre la diphtérie, le tétanos (selon l’article L3111-2 du Code de la Santé Publique) et la poliomyélite (article L3111-3). Or, depuis 2008, aucun vaccin ne correspondant à ces seules obligations n’est commercialisé en France, seuls des vaccins contenant également d’autres vaccinations (comme la coqueluche, l’haemophilus ou l’hépatite B), non obligatoires, sont disponibles. Un gros coup des labos ? D’autant que le DTP classique coûte 7 euros alors qu’un vaccin hexavalent coûte plus de 40 euros. Des « tensions d’approvisionnement » ont vite conduit (suite…)

Les Français parlent aux Français

Éditorial de la 378 8 minutes. C’est le temps que mettent les Français en moyenne pour se rendre chez leur médecin généraliste selon une nouvelle étude de l’Irdes sur l’accès aux soins ambulatoires (généralistes, spécialistes et chirurgiens-dentistes) en France et les distances parcourues par les patients.  Pour les spécialistes, c’est entre 18 et 22 minutes. Surprenant ? Faut-il rappeler que 84 % des Français ont un médecin généraliste dans leur commune de résidence ? Lire : Et si les déserts médicaux étaient un mirage ? L’étude de l’Irdes recoupe 3 indicateurs connus : l’accessibilité potentielle localisée (APL), le temps d’accès par la route au travers d’une maille territoriale regroupant les 6 zonages d’aires urbaines définis par l’Insee. On y apprend -sans surprise- que plus l’offre de soins est proche, plus on (suite…)

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer