Accueil / Les sujets de politique de santé en France / Saint-Siège des ARS : fumée blanche pour Montpellier ?

Saint-Siège des ARS : fumée blanche pour Montpellier ?

En Avignon, le festival « In » vient tout juste de tirer le rideau sur la scène de la Cour d’Honneur du Palais des Papes et le « Off » de refermer les portes des arrières cuisines, mini-théâtres où, dans la chaleur de l’été, des centaines d’artistes ont transpiré le meilleur d’eux mêmes devant un public toujours plus averti.
Le cru « In » 2015 ne fut pas exceptionnel. Le « Off », quant à lui, nous révélait de merveilleux calices à déguster… mais santé oblige, surtout pas jusqu’à la lie !

Pendant ce temps, nos gouvernants, Prélats de la réforme territoriale du Pays, finissaient de mijoter le dernier acte autour de la question du futur « Saint-Siège » des administrations des nouvelles grandes régions ; comme au temps du Grand Schisme d’Occident : qui d’Avignon ou de Rome, accueillerait le Pape et sa Curie ?

Dans le Sud de la France, la messe était dite depuis longtemps pour le Saint-Siège « Préfectoral Provisoire»1 de la nouvelle région "Languedoc-Roussillon + Midi-Pyrénées".
Vade retro Montpellier et pas de Comédie ! La nouvelle capitale régionale se situerait dans la célèbre ville rose et son Capitole, Toulouse.

Restait à déterminer pour chacune des futures « Grandes Curies » : finances, santé, cohésion sociale jeunesse et sports, environnement, culture, etc., laquelle des deux cités accueillerait leur « Saint-Siège ».

Conciliabules et messes basses allèrent bon train pour savoir qui de Toulouse ou de Montpellier ferait main basse sur chacune d’elles, en particulier celle de la Santé ?
Comme la « tombe de Saint Pierre » qui ramena les Papes à Rome, Rabelais ne pouvait qu’attirer la Santé à Montpellier. Mais, Rabelais était bien seul et il n’était pas non plus un Saint ! Il lui fallait des alliés …

Dans un élan œcuménique à faire pâlir de jalousie Dieu en personne, certaines "paroisses" scellèrent des alliances pour défendre la Curie Montpelliéraine et la plus ancienne Faculté de Médecine en exercice au monde. Il fallait aussi que Montpellier eût un excellent bilan pour espérer devenir le siège de la « Grande Curie Santé».

Le 31 juillet 2015, avant la période sacrée des vacances, le dernier Concile Ministériel levait enfin le voile sur ce mystère qui ne laissait nul répit aux âmes tourmentées des serviteurs de ces administrations.

« C’est dit : dans le Sud de la France, Montpellier sera le Saint-Siège de la nouvelle GCS2 ».

Aujourd’hui, Montpellier et son ARS sont habités par un sentiment d’humble fierté …

1- toute coïncidence avec une certaine loge P2 est purement fortuite.
2- ne pas confondre avec un des nombreux GCS (Groupement de Coopération Sanitaire)

Crédits photo : Holger Irlbacher

À propos de Inès Caramouche

Tombée dans la marmite de « l’information » dès son plus jeune âge, Inès Caramouche est passionnée par l’actualité du monde, de la santé (connectée !) et par l’humain. Elle aime lancer des petites alertes pour conjuguer harmonieusement e-technologie, grandes et petites questions de société et valeurs humaines. Inès ne cherche pas à faire mouche mais « titille » de la pointe de sa plume les consciences des uns et les décisions des autres. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Les ARS au défi de la réforme territoriale

Éditorial de la 326 C’est très discrètement que se joue la recomposition ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer