Accueil / [Re]vue de Web / [Re]vue de Web : les tactiques électorales en marche

[Re]vue de Web : les tactiques électorales en marche

À quelques jours des élections législatives, il était tactiquement crucial que l'exécutif annonce une "évaluation" du tiers payant généralisé. Fortement décrié par le corps médical lors de son vote durant le quinquennat Hollande, cette mesure emblématique crispait une grande partie des professionnels de santé dont le vote est précieux. D'ailleurs, beaucoup de professionnels ont choisi de se lancer dans la course des législatives.

Ces soignants qui roulent pour Macron

Selon Egora, ils sont près de 260 candidats aux législatives à être issus du monde sanitaire et médico-social. L'article cite le cas de certains médecins comme Ségolène Neuville qui brigue la 3ème circonscription des Pyrénées-Orientales où elle a été députée de 2012 à 2014, Olivier Véran, le conseiller santé de Macron, en lice dans la 1ère circonscription de l'Isère où Agnès Buzyn a profité d'un déplacement à La Tronche pour soutenir le candidat. "Dans certaines circonscriptions, les professionnels de santé s'opposeront : ainsi le Pr François Chollet (LR), neurologue au CHU de Toulouse et adjoint au maire de la ville, défiera Catherine Lemorton (PS), pharmacienne et présidente de la commission des Affaires sociales à l'Assemblée, dans la Haute-Garonne (1ere). Quant au Pr Jean-Louis Touraine, investi par En Marche dans la 3e circonscription du Rhône, il affronte Nora Berra (LR), médecin et secrétaire d'Etat à la Santé sous la présidence de Nicolas Sarkozy."

 

Marisol Touraine continue d'intriguer avec son grand écart tactique. Elle qui a été l'instigatrice de la loi de santé sur les logos nutritionnels pour mieux informer le consommateur, la voilà qui supprime toute connotation politique ou logo sur son affiche électorale. Allez comprendre. De quoi déboussoler complètement ses électeurs...

Lire : Étiquetage nutritionnel, ça marche ou ça marche pas ?

Le QdM a publié une belle carte interactive où l'on retrouve les 120 médecins en lice. What's up doc nous renseigne également sur ces professionnels de santé qui s'engagent en politique. Qui prennent les couleurs de Macron comme Stéphanie Rist à Orléans ou qui défendent d'autres partis comme Sabrina Ben Ali, l'interne insoumise connue pour son coup de gueule contre Marisol Touraine, dans la 18ème circonscription de Paris, ou comme à Toulouse, Matthieu Guilhem, interne également, pour l'UPR.

Les dentistes en grève

Ils avaient prévenus. Pour s'opposer au règlement arbitral qui avait soldé des négociations conventionnelles dans l'impasse, les chirurgiens-dentistes tentent de se faire entendre avant les échéances électorales en déclenchant une semaine de grève.

Lire : Le suicide des syndicats de dentistes

Des cellules locales avaient été spontanément formées avec l'appui des étudiants dentaire (sous le hashtag #DentGer) et des syndicats professionnels. Selon Libé, ils "espèrent une réouverture des négociations et ont lancé des procédures juridiques contre le règlement arbitral. Reçu pour la première fois jeudi au cabinet de la nouvelle ministre de la Santé Agnès Buzyn, le président de l’Union dentaire, Philippe Denoyelle, estime avoir trouvé «une oreille attentive»."

Lire : L'Ordre des dentistes est-il devenu un simple (mais coûteux) syndicat ?

Le tiers payant généralisé en sursis ?

Emmanuel Macron, pendant sa campagne pour les présidentielles, l'avait annoncé de manière sibylline : le dispositif de tiers-payant généralisé serait "évalué".

 

Lire : Programme santé de Macron, révolution culturelle ou paroles creuses ?

Lors de son déplacement à Nevers, nous écrivions (déjà) : "Sur le tiers-payant généralisé, Emmanuel Macron prend des pincettes géantes pour ménager toutes les sensibilités : "quand vous êtes dans une campagne et que vous parlez du tiers payant, si vous parlez aux patients, ils aiment bien, c’est très populaire ; si vous parlez aux médecins, ils détestent. Ils vous disent tout de suite que c’est abominable, qu’on leur a demandé de faire de l’administration, qu’il n’y a plus de responsabilité et qu’il faut donc en finir. En la matière je pense qu’il faut éviter les dogmes, comme sur beaucoup de sujets. Je pense que le tiers payant généralisé va dans le bon sens, parce qu’il évite que le montant qu’on doit mettre sur la table nous fasse renoncer à des soins. Il simplifie en même temps les éléments de remboursement, parce qu’on attendait que la mutuelle rembourse : là tout est pris dès le début

Lire : Tiers-payant : un combat idéologique ?

Mais en même temps (...) on a alourdi en effet, la tâche de certains professionnels de santé, on demande à des médecins de faire la trésorerie, ils vont devoir attendre plusieurs semaines ou plusieurs mois d’être remboursés par la mutuelle. (...) Donc je ne ferai ni plaisir aux patients qui voudraient que le tiers payant généralisé soit sanctuarisé, ni plaisir aux médecins qui voudraient qu’on abandonne cette idée funeste et qu’on revienne au bon système d’antan, qui était quand même un peu complexe pour tout le monde.

Lire : Les vrais enjeux du tiers-payant généralisé

Et en la matière, je prends un engagement de responsabilité : je demanderai une évaluation des effets du tiers payant généralisé, pour voir si en effet cela conduit à des pratiques d’irresponsabilité et des excès de la part de patients. Je regarderai les coûts induits pour les professionnels de santé, qui alors doivent être compensés. Et donc nous évaluerons, nous regarderons, et nous déciderons, comme on le fait trop peu souvent en France." Bref. On devra donc s'attendre, comme d'habitude, à une mascarade de consultation populaire pour légitimer la poursuite du chantier du tiers-payant généralisé."

 

 

Crédits photos : C.Y.R.I.L

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Glyphosate : en marche.. arrière

Cette semaine, les faits de l'actualité semblent jouer des tours à certains. ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer