Accueil / [Re]vue de Web / Qare au gorille !

Qare au gorille !

Cette semaine, l'actualité semble porter sur l'avenir de notre système de santé.

Qare au gorille !

Annoncée l'année dernière par Kamet, l'incubateur d'AXA dirigé par Stéphane Guinet, qui a investit près de 150M€ dans des start-up, la première pépite s'appelle Qare et compte révolutionner l'accès aux soins. Sur le site, pour un abonnement modique de 29€ par mois, vous pouvez "consulter en vidéo un médecin en moins de 5 minutes, 7j/7 depuis votre ordinateur ou votre smartphone" ou "obtenir si nécessaire, une ordonnance valable en France et dans toute l’Union Européenne".

Lire : L’ubérisation de la santé est en marche

Au moment même où l'Ordre des Médecins entend mettre un peu d'ordre dans cette pagaille en régulant les téléconsultations des plateformes et des complémentaires santé. Selon son communiqué publié mercredi, il "s’inquiète du fait que les prestations proposées directement via des plates-formes par les assureurs complémentaires ou les mutuelles en santé installent de fait une rupture concurrentielle dans l’organisation territoriale des soins et le parcours de soins. En outre, ces plates-formes qui indiquent être accessibles 7j/7 et 24h/24 soulèvent la question de leur cohérence avec les Centres 15 ou interconnectés."

Le problème dans cette affaire, comme le notent les médecins de l'UFML sur leur page Facebook, c'est que l'on retrouve dans le comité scientifique de la start-up, entre autres has been en mal de gloire, un médecin de l'Ordre, un ancien ministre de la Santé, un membre de l'Académie de médecine et un ancien de la HAS ! De quoi jeter le discrédit sur les cris de vierge effarouchée de l'Ordre...

Un plan de la Ministre pour sauver l'hôpital ?

Mardi dernier, Agnès Buzyn et Édouard Philippe ont présenté leur stratégie pour transformer le système de santé. Les réactions n'ont pas tardé.

Lire : Hôpital : la réforme sera-t-elle au rendez-vous ?

Les syndicats de médecins ont accueilli l'annonce de manière plutôt positive. Pour le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG), "il ne s’agit pas ici d’annonce de mesures concrètes ni de financements supplémentaires", mais de l'ouverture d'une grande concertation sur 5 chantiers plutôt "intéressants". Le syndicat reste toutefois "perplexe" : l'annonce s'est faite depuis un hôpital et sa médiatisation s'est centrée sur la réforme de l'hôpital. Est-ce à dire  que le projet ne concerne pas l’ensemble du système de santé ? "Que la bienvenue remise en question de l’organisation en silos de notre système de santé doit conduire à une gestion commune de l’hospitalier et de l’ambulatoire avec une pré éminence du premier sur le second ?"

La Confédération de syndicats médicaux français (CSMF), qui depuis le nouveau quinquennat formule des voeux de "confiance et de dialogue" avec la Ministre de la Santé, estime que si "l'organisation territoriale des soins ne doit plus être centrée sur l’hôpital", la confédération est "prête à prendre toute sa part dans la concertation annoncée pour rendre à la médecine libérale la place et la considération qu’elle devrait avoir".

Loin de cet angélisme, le Syndicat des médecins libéraux (SML) est "particulièrement déçu et s’interroge sur les motivations profondes des gouvernements successifs depuis Roselyne Bachelot, en passant par Marisol Touraine, à se montrer aussi faibles dans leur volonté de réformer l’hôpital. Au lieu de cela, tous, et c’est désormais le cas du gouvernement actuel, s’échinent à démanteler la médecine libérale".

Pour les infirmiers, "un nouveau remake des politiques de santé précédentes". Pour la FNI, la remise en cause du mode de rémunération à l’acte, plafonnée à 50 %, est un "changement inédit" en pleine négociation conventionnelle pour introduire justement de nouveaux actes dans la Nomenclature Générale des Actes Professionnels... Le Sniil (sur sa page Facebook) quant à lui déplore l'absence des infirmiers hospitaliers dans l'annonce de cette grande concertation : "Erreur, oubli ou indifférence par rapport aux professionnels de santé non-médecins ?"

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Pour l'Onsil (sur la page Facebook), le Gouvernement lance une phase de concertation de mars à mai 2018 mais "après avoir annoncé les caps à atteindre". "Du verbiage, de la technocratie et de l'incompétence"...

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Crédits photos : Magali M.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée.Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

[Agnès Buzyn] Après un an d’exercice, quel bilan ?

    Crédits photos : Stephan Mosel.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer