Quand les Qataris investissent dans les déserts… médicaux !

En ces temps houleux d’élections municipales, on aurait pensé que les maires et les candidats en lice se seraient saisis des enjeux de la désertification médicale sur leurs territoires. Les maisons médicales représentent souvent une solution commode pour se faire réélire : en promettant le médecin ou l’infirmière, on achète la paix sociale et l’électeur. Certaines communes n’ont d’ailleurs pas hésité à salarier leurs professionnels de santé. Lors de la visite de François Hollande, l’émir du Qatar avait promis d’investir 10 milliards d’euro dans des « institutions françaises majeures« . Sans plus de précisions. Mais on ne pensait pas que cet investissement concernerait à hauteur de près de 2,5 milliards d’euro la Stratégie Nationale de Santé !

Lire notre article : la révolution du premier recours

Du désert saoudien au désert jurassien

La réponse électorale n’est donc pas venue des maires… Le 25 mars dernier, un fond d’investissement qatari a promis à 15 régions françaises 2,5 milliards d’euros pour supporter la Stratégie Nationale de Santé. Fin février, la Ministre de la Santé annonçait la mise à disposition de 43 hélicoptères aux services de SAMU afin d’honorer l’une des promesses du candidat Hollande : « garantir un accès aux urgences en moins de trente minutes ». C’est maintenant chose faite puisque c’est le Qatar qui fournira ces 43 hélicoptères en juillet prochain, des NH90 de fabrication européenne. Marisol Touraine s’est par ailleurs félicitée d’avoir ainsi atteint l’objectif qu’elle avait fixé en septembre 2013 sur les maisons de santé pluridisciplinaires : « grâce à cet investissement immédiat, d’ici la rentrée 2014, 230 maisons de santé supplémentaires seront construites ». La Ministre n’a pourtant pas révélé encore le montant des grilles tarifaires avec lesquelles seront rémunérés les 53 médecins qataris et les 76 infirmières saoudiennes…

La Lettre de Galilée

Un programme universitaire, conclu entre l’Union Européenne, l’Arabie Saoudite et le Qatar l’année dernière, a déjà commencé à intégrer dans le cursus médical des étudiants saoudiens des cours internationaux (dont l’enseignement de la médecine générale en langue française). Cette spécialisation s’est fixé pour objectif de faire rayonner la culture et la science du Golfe persique dans le monde entier. Selon le Dr. Abdulrahman bin Obaid Alyoubi, « les cours de médecine générale en français sont très prisés par nos étudiants ; beaucoup d’entre eux ont déjà des pied-à-terre sur la Côté d’Azur équipés de pistes d’atterrissage pour rejoindre en jet les MSP construites en Creuse ou en Lozère ». Tout est dit !

Lire : Médecine de proximité, la longue histoire d'un fiasco d'État

Une opposition des Ordres

Une levée de boucliers s’est aussitôt faite sentir auprès des professionnels de santé, toute tendance confondue. Cette annonce intervient bien mal dans un contexte où les résultats engrangés par le Front National font florès… Encore un couac dans la communication du Gouvernement après le raz de marée des élections municipales. La CSMF demande immédiatement un moratoire sur la santé. « La santé des Français est un enjeu de santé publique ! Si l’État se retire pour des fonds d’investissements privés, ce serait une page de l’histoire de la santé de nos concitoyens ! Une régression terrible !» . Pour Christian Saout, très remonté au micro de RMC, c’est un anéantissement. « Ce sont toujours les Français qui paieront la facture au final car on n’aura pas réglé le problème du financement de la protection sociale. C’est suicidaire d’appeler des médecins étrangers au-delà du numerus clausus ! ». Pour la Fédération Nationale des Infirmiers, qui s’était violemment opposée en mars 2013 au Pacte Territoire Santé, cette privatisation de la santé était prévisible : l’État n’avait pas d’autres choix que de céder un pan entier de son système social à des opérateurs privés. « On va droit dans le mur avec une santé à deux vitesses ! ».

Lire : Que la Pessoa et la guerre fut !

Un fond souverain estimé à 90 milliards d’euro

Lors de la visite de François Hollande en juillet 2013 à Qatar auprès de l’émir Hamad Bin Khalifa al-Thani, le richissime émirat avait promis d’investir près de 10 milliards d’euro. Le Qatar Investment Authority (QIA) a déjà opéré de nombreuses opérations financières en France en multipliant les acquisitions auprès de grands groupes français comme LagardèreEADSVinciVeoliaTotalVivendi ou encore LVMH. Il possède en outre le Printemps, les hôtels Concorde Lafayette à Paris et Martinez à Cannes. Ces opérations, souvent médiatisées, ont permis à l’émirat de tisser un important réseaux d’investissements.

Outre les maisons de santé pluridisciplinaires, le projet d’investissements dans la Stratégie Nationale de Santé prévoit d’autres constructions (la Caisse des Dépôts ou Bouygues semblent en lice) dans le domaine médico-social : 3 EHPAD  de grand luxe en plein coeur de Paris (dont une sur la prestigieuse avenue Foch) seraient prévus pour 2017.

On comprend mieux donc la visite à Paris du Président chinois Xi Jinping qui aurait renchéri en laissant à François Hollande un contrat de 5 milliards d’euro ! La France est devenue un paradis pour les investisseurs étrangers !

Nous vous rappelons que cet article a été écrit le 1er avril 2014 !

À propos Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée.Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer