Les champignons de printemps

Éditorial de la 254

Au moment où Marisol Touraine, désormais seule aux commandes d'un ministère boulimique, usant d'un égo de plus en plus marqué, lance une campagne sur sa stratégie nationale de santé, le premier ministre, lui, ferraille avec sa propre majorité pour lancer le pacte de responsabilité voulu par le président Hollande.
Déjà, la CGT et la CGT-FO, reçues en bilatéral à Matignon, comme les autres syndicats et le patronat, ont refusé tout compromis. "Il donne les clés du camion au patronat et nous demande de monter dans la remorque" dira Jean-Claude Mailly, le leader de FO, aux Échos.

La littérature sanitaire et sociale a poussé cette semaine comme des morilles après une ondée nocturne. Le MEDEF (encore lui) vient de publier sa contribution au débat sur la stratégie nationale de santé, comme s'il y avait encore de la place au débat. D'autant que ses propositions vont jusqu'à imaginer une "architecture-cible" qui risque de provoquer des intoxications aux partisans de l'immobilisme. On notera au passage - ce qui n'est pas pour déplaire aux lecteurs de La Lettre - un encadré à la page 18 plutôt optimiste sur "le progrès technique comme levier économique de la santé du futur".  Jean-Marc Ayrault n'avait-il pas utilisé les mêmes termes en 2012 puis en 2013 lors de sa rencontre avec les représentants des industriels de la santé ? Pour finalement lancer une stratégie nationale de santé qui ne contient que des slogans sur les nouveaux droits des patients et sur les déserts médicaux. Vesses de loup.

Entre les champignons vénéneux et ceux qui ne font que du vent, la presse s'est aussi intéressée aux toxiques. Le rapport de la Cour des comptes sur l'endettement des hôpitaux lui en donne l'occasion. Mais à y regarder de près, la situation n'est pas si catastrophique qu'on le dit dans nos mastodontes hospitaliers. Ne tirons-pas trop vite des conclusions mortifères; l'excellence de la médecine française (celle dont parle le MEDEF pour l'exportation) est aussi dans les CHU.

À propos de Remy Fromentin

Cofondateur de La Lettre de Galilée en 2007, il a mené une carrière de dirigeant au sein de l'Assurance maladie jusqu'en 2002. Il est depuis cette date consultant international. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

L’équilibre des comptes ne sera pas au rendez-vous

Éditorial de la 410ème Le Saint Esprit semble bien avoir touché toutes ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer