Le pari de l’avenir

Éditorial de la 455ème

La trêve estivale n'aura certainement pas été suffisamment longue pour dénouer l'avenir de La Lettre de Galilée. Pour sa 11ème rentrée des classes, notre publication, impertinente et indépendante, n'a toujours pas résolu l'équation à plusieurs inconnues qui lui permettra d'envisager la suite avec sérénité.

D'un samizdat échangé sous le manteau dans le microcosme santé, La Lettre de Galilée en dix ans est devenue un relais d'analyse grand public au travers de deux rendez-vous hebdomadaires : l'incontournable éditorial du mardi ainsi qu'une revue de presse du vendredi, tous deux en libre accès. En plus, des articles d'analyses et des hors-séries payants. Car pour soutenir la ligne éditoriale et conserver son indépendance, La Lettre de Galilée a du trouver un modèle économique basé sur des contenus éditoriaux payants. Le prix a d'ailleurs été proposé par les lecteurs eux-mêmes lors d'une enquête au printemps dernier.

Aujourd'hui, même si quelques noms se sont relayés pour publier des articles intétessants, l'essentiel des publications est rédigé par une seule personne : Vincent Fromentin. Je profite de ces lignes pour remercier vivement les contributions marquantes de Joy Raynaud sur l'accès aux soins en 2012, de Lucie Guimier sur la vaccination en 2013 ou de Philippe Rollandin sur les nouvelles technologies entre 2015 et 2017. Mais le pari de tenir le rythme des publications est parfois osé. Seul, il faut arriver à conjuguer le plaisir d'écrire avec la vie professionnelle et la vie personnelle.

La Lettre de Galilée depuis l'année dernière a été reconnue par la Commission Paritaire du Ministère de la Culture comme un service de presse en ligne d'information politique et générale. Une société de presse qui doit faire face à des coûts importants (comptable, hébergement, envoi des mails,...) que couvrent difficilement les abonnements. Nous avons toujours refusé le soutien publicitaire ou toute autre compromission. C'est le prix de l'indépendance.

L'avenir de La Lettre de Galilée repose donc sur ses lecteurs : par vos contributions, par vos abonnements, par vos idées, par vos partages et vos commentaires. Nos colonnes vous sont ouvertes et les investisseurs à l'esprit polémique de Galilée sont les bienvenus.

Alors je tiens personnellement à m'excuser auprès de tous ceux qui ont pu trouver quelques lenteurs dans les réponses aux méls ou quelques relâchements dans les chroniques publiées. J'ose encore  croire néanmoins que La Lettre de Galilée n'est pas enterrée et que cette année sera émaillée de bonnes surprises pour continuer l'aventure avec vous.

Crédits photos : Omar Bárcena

 

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Congrès de la Mutualité : pas de “grand tournant social” 

Emmanuel Macron a présenté mercredi 13 juin à Montpellier sa politique sociale ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer