Du pain et des roses

Éditorial de la 375

Après la grève des infirmiers, ce sont les médecins hospitaliers, hier, qui ont débuté une "grève massive", à l'appel du syndicat des anesthésistes (SNPHAR-E), rejoint par Avenir Hospitalier et la Confédération des praticiens des hôpitaux (CPH). La raison ? Ils réclament 5 demi-journées de travail par période de 24h au lieu de 4h aujourd'hui. Actuellement, tous les praticiens hospitaliers, quelle que soit leur spécialité, doivent travailler 10 demi-journées par semaine pour un temps de travail hebdomadaire qui ne doit pas excéder 48 heures hebdomadaires; un seuil fixé par la directive européenne 2003/88/CE du Parlement européen et du Conseil du 4 novembre 2003.

Or, en 2 gardes, les praticiens ont déjà travaillé 48 heures, c'est-à-dire la limite maximale hebdomadaire autorisée par la directive européenne. Mais en 2  gardes dans la semaine, on génère seulement 8 demi-journées. Il s'agit d'en faire 2 de plus pour atteindre les 10 demi-journées statutaires des obligations de service... Et on arrive à une semaine de 56 ou 58h pour réaliser les obligations de service.

Lire : Temps de travail à l'hôpital, une réforme incomplète ?

Une profession en souffrance puisque les postes proposés à l'hôpital public restent vacants. Les postes dans le privé sont bien mieux rémunérés -et attractifs. Le dernier atlas du CNOM confirmait l'augmentation des médecins remplaçants. Et pour les médecins spécialistes remplaçants en anesthésie-réanimation, "29% sont titulaires d’un diplôme hors de France" (p.123). De nombreux services d'anesthésie-réanimation du secteur public ont ainsi recours à l'interim.

Lire : Ménage dans les ménages

Dans une interview aux Echos, Marisol Touraine assène encore : "En 2017, le "trou de la Sécu" aura disparu". Interrogée sur les revalorisations à l'hôpital, pour la Ministre, "elles sont engagées : elles passent par le point de la fonction publique et des hausses en fonction des carrières, de 250 à 500 euros par an pour un infirmier, jusqu'à 480 euros pour un aide-soignant. Par ailleurs, un plan d'investissement pour l'hôpital va être lancé, dont une première tranche de 250 millions sera débloquée l'année prochaine." Les grévistes peuvent être rassurés.

Lire : Cerbera odollam.

L'Insee, quant à lui, nous rappelle laconiquement que la dette publique s'établissait à 97,5% du PIB, soit 2 137,6 Md€, en particulier les dettes de l'État et des administrations de sécurité sociale.

Crédits photos : Senia L.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Vagues, houle et ressac

Éditorial de la 304 Caractéristique déjà ancienne de notre démocratie qui n’en ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer