Accueil / Conventionnement / Virage ambulatoire : sortie de route pour les libéraux ?

Virage ambulatoire : sortie de route pour les libéraux ?

Le Ministère de la Santé tout en rapportant les derniers résultats des élections des médecins libéraux au sein des unions régionales des professionnels de santé (URPS) indique que "le Ministère s’appuiera, comme il l'a fait jusqu'ici, sur les acteurs de terrain et leur représentation locale pour mener le "virage ambulatoire". Ce sont d'abord les dynamiques locales initiées par les professionnels qui permettront de réformer le système et d'améliorer la prise en charge des patients. La ministre souhaite aussi que les prochains mois permettent de poursuivre au niveau national, avec les syndicats, les actions en faveur de la modernisation de la médecine libérale et faciliter l'installation des jeunes médecins." Elément de langage faussement rassurant ou lapsus linguae, le terme "libéral" est encore inscrit dans le dictionnaire du Ministère ! Mais patience, comme toute fin, ce n’est plus qu’une question de temps et une question de génération...

 

Mécanique inexorable, mise au point depuis longtemps et ajustée au fur et à mesure par tous les gouvernements de droite comme de gauche, tout converge vers l’extinction d’une "race", celle du professionnel de santé libéral.

 

Devant l’explosion des besoins de santé et l’accélération permanente des dépenses de santé, l’Etat active régulateur et limitateur pour contrôler tous les compteurs, à commencer par l’implosion démographique savamment paramétrée des professionnels médicaux. Viennent ensuite, la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) et très bientôt le tiers payant généralisé qui vont signer le début du salariat des médecins. S’ajoute à cela, la féminisation de la profession médicale et l’aspiration des nouvelles générations à exercer autrement.

 

Rodage fait sur les médecins libéraux, l’Etat pourra sans tarder enchaîner la cinétique et customiser sur le même modèle les autres professions de santé.

 

Il est permis de s’étonner qu’à l’heure de la suppression des fonctionnaires, l’Etat s’apprête à sa façon « à fonctionnariser » les professionnels de santé libéraux.

 

 

Les complémentaires santé, elles aussi généralisées, ne sont plus une tentation mais bientôt une réalité grâce au coup de piston législatif. La généralisation est une véritable autoroute vers leur transformation en régime obligatoire de base et complémentaire pour salariés et retraités. Elles s’apprêtent ainsi à fixer leurs règles aux professionnels de santé.

 

Assureur santé historique, l’Assurance Maladie, l’arrière train coincé entre deux sièges, cherche quant à elle sa place et s’avance aujourd’hui sur la même route que les assureurs complémentaires en testant des services à valeur ajoutée pour ses assurés. Percevrait-elle les complémentaires comme de possible concurrents de demain ? Peu de chance que l’Etat la laisse poursuivre sur cette chaussée glissante. L’IGAS dans son rapport sur le télésuivi des maladies chroniques, conseille explicitement à l’Assurance Maladie de ne plus faire de mauvais mélange en étant à la fois opérateur (SOPHIA, PRADO, …) et régulateur. L’Etat a bien sûr un autre projet pour l’Assurance Maladie, la transformer en protecteur social prenant en charge les plus grands risques de la vie avec le fameux panier de soins, roue de secours du payeur régalien solidaire. La Sécurité Sociale en somme !

 

Quel que soit le mode de couverture santé, complémentaires ou Sécurité Sociale, il n’est évidemment pas question de laisser quelqu’un sur le bord de la route.

 

 

Après ce petit tour en rase campagne où l’on ne croise pas grand monde et où éclater un pneu devient vite délicat si l’on ne possède pas une roue de secours, qu’en est-il du virage ambulatoire avec les libéraux ?

 

A la suite du rapport Le Menn, l’hôpital public sera devenu plus attractif. Les futurs Groupement Hospitalier de Territoire (GHT), poids lourds de la santé prévus pour mailler les territoires, n’auront plus qu’à salarier les jeunes générations de médecins. La médecine 4P, Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative, big data à l’appui, n’est plus un concept. La e-santé et la télémédecine viendront télésurveiller, téléconsulter, téléexpertiser les patients et les personnes biens portantes sur leur lieu de vie. Les spécialistes recrutés par les CHU ou les gros ex Centre Hospitalier Généraux suivront sur leur tableau de bord, à distance, leurs indicateurs de santé. Au moindre voyant jaune, orange ou rouge, ils avertiront leurs confrères médecins généralistes ou les infirmiers, tous devenus salariés des ex hôpitaux locaux, et reconvertis en officiers mobiles de proximité. Ainsi, les GHT assureront le virage ambulatoire et la médecine 4P. D’ailleurs, un coup de frein a été mis sur la fermeture des services de médecine des ex-hôpitaux locaux. Cherchez l’erreur ! Comment faire moins d’hôpital avec plus d’hôpital ?

 

Malgré leur ardeur à râler après la loi de santé pour défendre leur liberté et celles de leurs patients, il semble qu’il ne reste plus aujourd’hui aux professionnels de santé libéraux que le râle de leur agonie programmée.

 

Entre fiction et réalité, ainsi pourrait s’écrire la sortie de route des professionnels de santé libéraux.

 

 

Crédits photos : Diego Sevilla Ruiz.

À propos de Inès Caramouche

Tombée dans la marmite de « l’information » dès son plus jeune âge, Inès Caramouche est passionnée par l’actualité du monde, de la santé (connectée !) et par l’humain. Elle aime lancer des petites alertes pour conjuguer harmonieusement e-technologie, grandes et petites questions de société et valeurs humaines. Inès ne cherche pas à faire mouche mais « titille » de la pointe de sa plume les consciences des uns et les décisions des autres. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Hôpital : la réforme sera-t-elle au rendez-vous ?

Éditorial de la 441ème Ce mardi, le Premier Ministre, Édouard Philippe, accompagné ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer