Accueil / Les éditos des différentes Lettres de Galilée / Vaccination anti-grippale : nouveau scandale à l’horizon ?

Vaccination anti-grippale : nouveau scandale à l’horizon ?

Éditorial de la 458ème

Cela fait un mois, depuis le 6 octobre dernier, que la campagne de vaccination contre la grippe bat son plein. Avec, bien entendu, la traditionnelle image d'Épinal d'une ministre zélée, parangonnant de son bras blanc, mutilé à l'occasion pour la noble cause. Une ministre certes dévouée mais pas tout à fait iconoclaste puisque c'est une pétillante infirmière -et non un pharmacien fourbant dans l'opacité de son arrière-boutique- qui se charge (encore) de l'opération.

Une belle opération de communication donc pour inciter les gens à aller se faire vacciner. D'autant que l'on sait que les plus exposés, les professionnels de santé eux-mêmes, sont certainement les moins disciplinés pour se prémunir contre la maladie. Encore faut-il avoir des bras pour se faire vacciner... Mais c'est un autre sujet (sur lequel d'ailleurs les feux de l'actualité se porteront très rapidement).

Lire : La vaccination et ses résistances

Non. Hélas derrière l'image de cette chair candide de notre chère ministre, si peu candide, se cache un bien cher scandale. Encore un. Pas celui qu'évoque M.Lassalle à l'Assemblée. Mais celui des vaccins anti-grippaux mis au jour par le SNJMG, le syndicat des jeunes médecins généralistes.

En mars 2018, l'OMS publie ses recommandations annuelles sur la composition des vaccins antigrippaux pour la saison grippale 2018-2019 dans l’hémisphère Nord. Et, malgré le "manque de données suffisantes" qui rend "impossible de prédire laquelle des lignées du virus grippal B dominera", l'institution privilégie des vaccins quadrivalents (plutôt que trivalents) pour "offrir une protection plus large contre les virus grippaux en circulation". En plus, nouveauté pour cette année : la Sécu rembourse les tétravalents. Trois  nouveaux vaccins ont obtenu leur autorisation de mise sur le marché (AMM) : Influvac Tetra (Mylan), Vaxigrip Tetra (Sanofi Pasteur MSD), Fluarix Tetra (GSK). Pourtant, entre trivalents et quadrivalents, le service médical rendu est identique. Le quadrivalent n'apporte rien de plus...

Une aubaine pour les industriels qui flairent le bon coup. Le trivalent vaut 5,18€, là où le quadrivalent est à 10,11€. Et au final, on trouvera qu'1 seul trivalent disponible (pour ceux qui l'ont commandé), l'Influvac, pour 3 quadrivalents sur le marché. Autant dire, donc, qu'il n'y aura plus de trivalents sur le marché. Pas folle la guêpe. Qui dit que la pénurie est organisée ? C'est la loi du marché. Et quand le marché est juteux, on sort l'atout de pique.

Et l'ANSM vient de publier un communiqué pour rappeler que le quadrivalent Influvac Tetra "n'est pas indiqué" pour les mineurs. La confusion viendrait de l'appellation trop proche des vaccins : Influvac est un trivalent, alors qu'Influvac Tetra est, logiquement, un tétravalent... Si en plus on injecte aux enfants de mauvais vaccins par erreur, on peut crier au complot !

Décidément, verra-t-on un jour une campagne de vaccination sans pataquès ou scandale ?

Crédits photos : thierry ehrmann.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

[Re]vue de Web : Euthyrox : à peine arrivé, ses stocks sont épuisés (comme les pharmaciens)

En pleine tourmente sur la vaccination, la semaine s'ouvre avec la campagne ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer