Tout fout le camp

Éditorial de la 364

Les astres sont-ils enfin alignés ? Sur les 12 derniers mois, environ 160 000 emplois ont été créés, portés par le tertiaire. Selon les chiffres publiés cette semaine par l'Acoss, "le salaire moyen par tête (SMPT) croît de 1,8 % sue l'année. Au total, la masse salariale progresse de 2,5%". Pour Solveig Godeluck dans les Echos, "si cette amélioration se confirme, la Sécurité sociale en profitera, via des rentrées supplémentaires de cotisations sociales. (...) Avec 0,2 point de masse salariale supplémentaire cette année, les recettes de la Sécurité sociale croîtraient de 400 millions d'euros." Le Gouvernement n'avait même pas escompté ces largesses... Ce n'est quand même pas rien : 4 fois le salaire annuel de la seule équipe de France !

Autre conséquence : le pouvoir d'achat s'accélère. Il connait sa plus forte hausse depuis 2009. Selon les dernières publications de l'INSEE, "les dépenses de santé des ménages accélèrent en 2015 (+ 2,5 % en volume après + 1,6 % en 2014), en partie du fait de la consommation de médicaments. Les soins pris en charge par la collectivité (médicaments, médecine de ville et hôpitaux) ralentissent (+ 2,6 % après + 3,5 %) et évoluent à un rythme proche de celui du reste à charge des ménages."

Le beau temps serait-il donc de retour ? Un retour de situation inespéré ? Après les attentats et le temps du deuil, après la loi travail et le pays bloqué, après les crues et le pays submergé, "place au jeu, aux enthousiasmes..." s'exclame Roger-Pol Droit. "Dans les faits, tout se chevauche, coexiste et s'entremêle, au grand dam des communicants comme des chaînes d'information continue." La fête de l'Euro 2016 est gâchée par un quarteron de syndicalistes, par d'insupportables supporters qui supportent mal l'alcool,...

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Il semblerait qu'il y ait toujours un grain de sable pour gripper les ingénieux rouages. Hier, Médecins du Monde lançait sa campagne (initialement interdite par l'Autorité de régulation de la publicité) "le prix de la vie" qui pointe du doigt le rôle joué par l'État dans la fixation du prix d'un médicament, notamment les médicaments innovants. "Plus un État est riche, plus le prix d’un traitement sera élevé (...) Le laboratoire pharmaceutique justifie le prix du sofosbuvir par les économies réalisées sur les soins aux malades de l'hépatite C, notamment sur le coût d'une greffe de foie. Un peu comme si le comprimé d’aspirine était vendu 1 000 € parce qu’il réduit les risques cardiovasculaires et permet d’éviter des interventions chirurgicales car­diaques… Ce changement de paradigme met clairement en danger la pérennité de nos systèmes solidaires de santé. Là encore, l’État doit réinvestir son rôle de régulateur pour fixer la norme. " Le LEEM (les industriels du médicament) a réagi aussitôt décriant une "campagne outrancière de stigmatisation ne contribuant qu’à entretenir des clivages artificiels et idéologiques".

Médecins du Monde a lancé une pétition à la Ministre de la Santé. On attend donc la réponse de la principale intéressée.

"Et là-haut, les oiseaux qui nous voient tout petit, si petits..."

Crédits photos : Bérangère D.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Le rapport sur la santé de l’OCDE pointe du doigt la dérive du coût des médicaments

Le rapport de l’OCDE, publié le 4 novembre dernier, décrit au travers ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer