Tag archives : Touraine

L’évolution sexuelle de l’homme

Au cours de sa tournée de 5 jours, notre Ministre de la Santé s’est un peu emmêlée les pinceaux. Interrogée sur FranceInfo, elle souhaite faire cette recommandation : « lorsque l’on est une femme enceinte ou que l’on a un projet de grossesse il faut avoir des relations sexuelles protégées parce que le virus peut se transmettre par la voie sexuelle. » Dur dur d’avoir un gamin avec un préservatif quand même, relève Sébastien Tronche du Lab d’Europe 1. De quoi méditer sur l’évolution sexuelle de l’homme… (suite…)

Les satyres, les ludions et l’histrion

Éditorial de 348 Le monde de la santé n’en est pas à son premier coup de théâtre. Quoique l’énième couac du Gouvernement sur le tabac entre Marisol Touraine et Michel Sapin relèverait plus du théâtre de Guignols…Mardi dernier, au micro du coryphée Bourdin sur RMC, Michel Sapin (13’40) soutient mordicus qu’il n’y aura pas d’augmentation du prix du tabac en 2016 . Présidentielles ou non, c’est la loi : c’est voté. Dimanche, sur RTL, pour Marisol Touraine, « le prix du tabac est un enjeu de santé publique » et la Ministre souhaite une « augmentation forte et significative du prix du tabac avant la fin du quinquennat« . Ce n’est plus la communication qui n’est pas maîtrisée mais bien la politique anti-tabac. Et les engagements du Président Hollande le 4 février 2014 lors (suite…)

Loi de santé : jaja, cibiches et pif

Éditorial de la 338 Deux voix. Il aura fallu simplement 2 voix pour que le paquet neutre soit adopté par l’Assemblée Nationale dans le cadre de l’examen du projet de loi de santé. C’est assez inconfortable pour une mesure phare. Et quand la loi Evin est ouvertement détricottée par des lobbyistes… Cela frise le camouflet. Lâchée par Valls et Hollande, pourtant sollicités par des associations, Touraine s’est retrouvée bien seule face à Macron qui proposait au Sénat un amendement, conservé en deuxième lecture, pour « assouplir » la loi Evin qui encadre depuis 1991 la publicité sur l’alcool. En distinguant publicité et information sur le vin, le ministre de l’Économie souhaite favoriser l' »œnotourisme ». Un choix « désastreux » pour Touraine. Pour une fois qu’elle a raison, personne ne l’écoute. Lire : l'alcoolisme chez les jeunes, un (suite…)

Et si les « déserts médicaux » étaient un mirage ?

Si le territoire est aux confluences d’enjeux politiques parfois contradictoires, c’est certainement que la notion de territoire partage la même étymologie que celle de « terreur« . Mais l’actualité de la santé en France revient tellement sur le concept de « désert médical » qu’il convient de s’y arrêter quelques instants. A l’origine de cette expression, certainement l’ouvrage d’un géographe en 1947 qui marquera les scénarios d’aménagement du territoire successifs : « Paris et le désert français ». Il ne s’agissait pas encore d’un désert médical mais bien de territoires où la population n’avait pas les mêmes chances : l’objectif de l’aménagement du territoire est de combler ces « déserts » dans l’esprit volontariste de la IIIème République et des Droits de l’Homme. Question : alors que les politiques qui cherchaient des services publics de proximité n’ont pas réussi (suite…)

Vagues, houle et ressac

Éditorial de la 304 Caractéristique déjà ancienne de notre démocratie qui n’en a plus que l’apparence, la direction du pays, incapable de mesurer la réalité du terrain, se complaît dans une espèce de schizophrénie paranoïde l’empêchant de comprendre réellement les aspirations des Français. Car quoi, sur quel indicateur ce week-end les partis politiques ont-ils braqué leur lorgnette ? Sur le résultat d’élections dont un Français sur deux se moque royalement, convaincu que les conseillers généraux dont on ne connaît le plus souvent ni le nom ni le rôle ne servent qu’à dépenser l’argent public. Comme le titre Le Monde du 23 mars  « c’est une élection sans perdant », car qui peut gloser sur ces résultats ? Le Front National évidemment qui ne rate jamais une vaguelette pour surfer sur le ras-le-bol, (suite…)

Celle de 14

Edito 267 Déférence gardée envers Maurice Genevoix si notre papier d’aujourd’hui emprunte à l’écrivain le titre de son recueil de guerre (Ceux de 14, Recueils de guerre, 1941), mais l’enlisement que nous montrent les responsables du pays dans la conduite des affaires ressemble au bourbier de la grande guerre. Quand on relit les déclarations belliqueuses de notre ministre de la santé, Marisol Touraine, d’il y a trois ans, encore à l’époque poilue du PS, contre l’inégalité d’accès aux soins, le déficit de la sécu et le lourd héritage de ses mauvais prédécesseurs, il est difficile d’imaginer qu’il s’agit de la même personne. Le blog de cette strausskahnienne repentie, répertorie sans vergogne depuis 2010 ses déclarations successives, même si la liturgie des premières n’a plus rien à voir avec celle des (suite…)

Loi Touraine : tape-à-l’œil, bricolages et dogmatismes

Éditorial de la 264 Il est des réformes qui marquent l’histoire de la protection sociale ; d’autres non. Pourtant enveloppée d’une campagne de communication soignée, ni trop tapageuse dans l’océan des platitudes, ni trop silencieuse dans le brouhaha des élections, le projet de Marisol Touraine fait hélas partie de la seconde catégorie et ne rejoindra pas le panthéon des grandes réformes. Passé l’endormissement estival, il ne restera de sa prétentieuse « refondation » que quelques épines bien inutiles. L’essentiel de la presse du week-end n’aura retenu que les tape-à-l’œil, la poudre de perlimpinpin. La plupart des journaux, du Figaro à 20 minutes en passant par Libération ou Ouest-France mettent en exergue l’annonce pompeuse « d’inscrire la prévention comme l’un des socles de notre politique de santé ». A croire que l’énarchie des cabinets, de gauche (suite…)

Les champignons de printemps

Éditorial de la 254 Au moment où Marisol Touraine, désormais seule aux commandes d’un ministère boulimique, usant d’un égo de plus en plus marqué, lance une campagne sur sa stratégie nationale de santé, le premier ministre, lui, ferraille avec sa propre majorité pour lancer le pacte de responsabilité voulu par le président Hollande. Déjà, la CGT et la CGT-FO, reçues en bilatéral à Matignon, comme les autres syndicats et le patronat, ont refusé tout compromis. « Il donne les clés du camion au patronat et nous demande de monter dans la remorque » dira Jean-Claude Mailly, le leader de FO, aux Échos. La littérature sanitaire et sociale a poussé cette semaine comme des morilles après une ondée nocturne. Le MEDEF (encore lui) vient de publier sa contribution au débat sur la stratégie (suite…)

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer