Tag archives : minima sociaux

Congrès de la Mutualité : pas de « grand tournant social » 

Emmanuel Macron a présenté mercredi 13 juin à Montpellier sa politique sociale lors du congrès annuel de la Mutualité Française. Un discours attendu et préparé pour occuper le terrain médiatique. Mais peu d’annonces concrètes. Le « pognon de dingue » des minima sociaux C‘est une vidéo officielle. Filmée et postée par la conseillère comm de l’Élysée, le clip a été repris par tous les médias. On y voit le président de la République briefer son staff pour son discours devant la Mutualité Française à Montpellier. Lire : Minima sociaux : “pas question de faire des économies sur le dos des pauvres” Le Président ? Toujours exigeant. Pas encore satisfait du discours qu’il prononcera demain au congrès de la Mutualité, il nous précise donc le brief ! Au boulot ! pic.twitter.com/2mjy1JmOVv — Sibeth Ndiaye (suite…)

Minima sociaux : « pas question de faire des économies sur le dos des pauvres »

Éditorial de la 453ème Accusée par le Canard Enchaîné du 6 juin dernier de devoir réaliser « 7 Md€ d’économies sur les aides sociales » pour le compte de Bercy ou de Matignon, Agnès Buzyn se défend. Interrogé le mois dernier sur les aides sociales par RTL, Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics, estimait « qu’il y en avait trop ». Quant à Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des Finances, le journal Le Monde révélait l’existence d’une note interne à Bercy appelant à réduire le coût prépondérant des aides sociales. Il n’y a certainement pas de fumée sans feu. Toutefois, dimanche dernier dans le JDD, Agnès Buzyn répond à Gérald Darmanin et Bruno Le Maire : « ils sont dans leur rôle« , concède la ministre, chacun travaillant « avec son prisme« . Pas question (suite…)

[Re]vue de Web : des annonces et des magouilles

Cette semaine, comme ces derniers jours, les affaires, les conflits d’intérêts et la magouilles des hommes politiques passionnent plus les journalistes et l’opinion publique que le bilan du Gouvernement. Comme  l’évoque Rouja Lazarova non sans poésie pour Libé : « La pire des sanctions, c’est l’indifférence. (…) Depuis quelques mois, personne n’attend les ministres à la sortie du Conseil le mercredi matin, leurs pas crissent solitaires sur le gravier de la cour de l’Elysée. Mais, cette fois, l’indifférence a été brisée par les «affaires».«  Le #gouvernement de l’#indifférence à la #transparence https://t.co/TUr2H3MAdf — Vincent Fromentin (@vfromentin) 23 mars 2017 Macron et ses casserolles Attaqué par Benoît Hamon sur ses accointances avec certains lobbies de « l’industrie pharmaceutique, pétrolière et chimique » lors du débat télévisé, Emmanuel s’est défendu et a pris l’engagement solennel de ne « pas être tenu (suite…)

Dépenses d’action sociale : vers la fin de la solidarité locale ?

La dépense sociale des départements revient dans l’actualité avec une note de l’Observatoire de l’Action Sociale Décentralisé sur la question. Les finances des Conseils Départementaux sont exsangues, pressées par la baisse des dotations et l’explosion de la demande sociale. Le décès de Michel Rocard, emblème de la gauche moderne et réformatrice, revêt une douloureuse dimension symbolique. Les départements dans le rouge Dans son rapport annuel sur les dépenses départementales d’action sociale, l’Observatoire de l’Action Sociale Décentralisé (ODAS) admet des « inquiétudes » en 2015 sur la dépense nette d’action sociale des départements qui progresse de +3,1 %, un niveau bien supérieur à l’inflation. Ces dépenses sociales représentent un budget de 36,1 Md€. « La dépense d’action sociale continue de représenter les deux tiers de la dépense de fonctionnement des Départements, une part en légère (suite…)

Pauvreté et minima sociaux : vers une nouvelle donne ?

Le 15 avril dernier, Manuel Valls a dressé le bilan du plan anti-pauvreté à Mantes-la-Jolie. Flanqué de Vallaud-Belkacem, Touraine, Cosse, et Rossignol, il a martelé à l’occasion que son plan n’était pas « de l’assistanat« . Quelques jours plus tard, il reçoit le rapport de Christophe Sirugue intitulé « Repenser les minima sociaux : vers une couverture socle commune ».  Enjeu majeur et marqueur de gauche, faut-il y voir une remise à plat du système ? Ou un simple effet d’annonce électorale aux conséquences désastreuses ?

Lire : Sécurité Sociale, faut-il débrancher la vieille dame ?

Le plan de lutte contre la pauvreté

Lancé en 2013, à la suite d’un comité interministériel de lutte contre l’exclusion, le plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale s’attache à prévenir les ruptures professionnelles, à accompagner les personnes en difficulté et à renforcer l’action partenariale au plus près des territoires et des personnes (accès aux droits, à la culture, aux vacances, etc.). Ce plan prévoit entre autre une revalorisation du RSA de 10% sur 5 ans. Aujourd’hui, malgré l’annonce de Valls en février dernier, les départements sont asphyxiés par l’augmentation exponentielle du RSA. Le département du Nord a même décidé d’augmenter ses taxes foncières pour financer cette aide.

Lire : Croissance pauvreté et générosité.

La santé est un enjeu du plan qui recoupe les axes de la stratégie nationale de santé annoncée en septembre 2013 par la Ministre de la Santé : ainsi 10 Permanences d’Accès aux Soins de Santé (PASS) permettant de faciliter l’accès au système de santé et la prise en charge des plus démunis ont ainsi été prévues, la CMU-C et l’ACS ont été élargis. En juillet 2013, le plafond d’éligibilité a été revalorisé de 7% permettant à 600 000 personnes de plus d’en bénéficier. L’année d’après, ce sont les étudiants isolés, en rupture familiale et en situation de précarité qui pouvaient en bénéficier. Le panier de soins a également été revalorisé.

Lire : Rapport sur les nouveaux indicateurs de richesse : rupture ou trompe-l'oeil ?

Lire la suite…

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer