Tag archives : Marisol Touraine

Oliban et cucumis melo

Éditorial de la 372 Après la foire aux melons de Saint-Branchs, la fête du pain de Cussay, la foire aux livres de Chanceaux-près-Loches ou le vide grenier de Chaumussay,  Marisol Touraine choisit le jour du Seigneur pour s’exprimer et certainement annoncer une rentrée plus solennelle. Après s’être félicitée dimanche 28 août dernier d’une convention médicale qui ne passionne plus aucun médecin, ce dimanche, la grande prêtresse était l’invitée du Grand Jury. La moitié de l’émission était politique, consacrée aux présidentielles. L’autre moitié était plus axée sur la santé. Le tout était largement empreint d’autosatisfaction.   La Ministre y a remis une couche sur son bilan : « le bilan de mon action, ce n’est pas simplement un bilan, c’est même un projet de ce qui a été fait, de ce que j’ai fait depuis (suite…)

À Colomiers, Marisol Touraine défend son maigre bilan

Faute d’université d’été du PS, prévue à Nantes et annulée pour des raisons de sécurité, c’est à Colomiers, en proche banlieue toulousaine, que s’est tenu, ce lundi 29 août, un meeting socialiste autour de la République. L’occasion de resserrer les troupes autour de Hollande. Marisol Touraine, notre Ministre de la Santé, était de la partie et n’a pas mâché ses mots contre la droite. Elle avait annoncé la couleur dans un entretien au JDD la veille : la campagne de Nicolas Sarkozy, « c’est « no limit » sur le populisme, il parie sur le déclinisme, le pessimisme. Son programme est anxiogène, destructeur sur le plan social. Il remet en cause des pans entiers de notre modèle social : déremboursements généralisés, recul de l’âge légal de départ à la retraite, mise à bas du code du travail.« 

Le lieu était-il bien choisi ?

Déjà, la veille, Jean-Luc Mélenchon avait prononcé un discours à Toulouse, à l’issue de l’université d’été du Parti de Gauche. La CGT avait d’ailleurs été offusquée de ce choix : à quelques encablures de Toulouse, Colomiers était la ville de Georges Séguy, ancien secrétaire général du syndicat de 1967 à 1982 et décédé le 13 août dernier. Cédric Caubère, responsable de la CGT31, dans une lettre ouverte au Premier Ministre, avait jugé cette arrivée comme « une provocation indécente« .

Lire la suite…

L’art du siphonnage

Éditorial de la 362 Les Français sont des combinards. C’est Google qui nous le dévoile. Les recherches sur le moteur de recherche pour savoir « comment siphonner un réservoir d’essence » ont explosé ces derniers jours. Dernier épisode enregistré par Google en 2010 lorsque le gouvernement Fillon a souhaité relever l’âge légal de départ en retraite de 60 à 62 ans. La Ministre de la Santé, qui inaugurait la Paris Healthcare Week, s’est aussi livrée à un siphonnage : celui des agences régionales de santé. Philippe Rollandin nous livre son analyse sur cette mort (presque) annoncée des ARS nées en 2010 (tiens ! d’ailleurs Google lui donnerait raison…). Autre siphonnage : celui du porte-feuille des Français par la fiscalité des collectivités locales. Aujourd’hui s’ouvre également le congrès des maires; l’occasion de relever que la fiscalité ne s’est (suite…)

Marisol Touraine enterre les ARS

Inaugurant la Parishealthcareweek et intervenant pour la dernière fois à Hôpital Expo, mardi 24 mai, la Ministre de la santé s’est livrée à un bilan en forme de plaidoyer pro domo de son action depuis 2012 sur le terrain hospitalier et a dénoncé, à demi-mots, les projets des candidats -potentiels ou déclarés – de l’opposition à l’élection présidentielle de 2017. Le point d’orgue de son intervention a été le service après-vente de la loi santé qui porte son nom. Selon la ministre, avec ce texte, un avenir radieux s’ouvre pour les hôpitaux, par la vertu magique des GHT, les groupements hospitaliers de territoire qui vont se mettre en place le 1er juillet prochain. Articulés autour d’un hôpital-pivot, les établissements hospitaliers ainsi associés vont pouvoir développer des projets stratégiques et médicaux territoriaux (suite…)

Grande conférence de la santé : pas de quoi en faire un fromage

Éditorial de la 347 Il y a tout juste 15 ans, presque de date à date, le ministre des affaires sociales et de la Solidarité, Elisabeth Guigou, réunissait son « Grenelle de la santé ». Il était question de «modernisation de la médecine » et, comme aujourd’hui, on se situait à un an d’une échéance électorale majeure. La similitude avec la « grande conférence de la santé » du 11 février dernier est frappante. Même solennité, même charabia, même clins d’œil, même microcosme avec des bidules créés ex nihilo représentant des réseaux, des pôles, des coordinations, des comités, des collectifs et autres machins. Et aussi – et surtout – des experts, ceux qui savent, ceux qui n’ont jamais mis les pieds dans un cabinet à Coucou-Les-Nuées mais qui savent, qui connaissent la saine écriture (suite…)

On ne meurt pas du fromage

https://media.blubrry.com/la_lettre_de_galile/p/lalettredegalilee.fr/wp-content/uploads/2016/02/Le-Grand-rendez-vous-Marisol-Touraine-1582677.mp3Podcast: DownloadAbonnez-vous Google Podcasts | RSSÉditorial de la 346 A quelques jours du numéro d’équilibriste de François Hollande pour remanier au mieux et dans le plus grand secret son gouvernement, l’heure est aux dentelles et à l’arsenic. Petites phrases assassines de Marisol Touraine contre Cécile Duflot et ses parallèles hasardeux sur la déchéance de nationalité de Vichy (et elle lui en veut), contre Nicolas Sarkozy et ses attaques à l’encontre du paquet de tabac neutre. Ce dernier a expliqué que « si nous acceptons le paquet de cigarettes neutre, dans six mois on vous proposera la bouteille neutre et ç’en sera fini de nos appellations et de nos terroirs, ainsi que de la défense de notre savoir-faire.  Si vous acceptez le paquet neutre pour les cigarettes, vous aurez demain des intégristes qui vous demanderont la bouteille neutre, puis on (suite…)

Loi de santé : comme une lettre à la poste

La décision du Conseil Constitutionnel était attendue par les syndicats de médecins libéraux comme la victoire d’Armageddon. La décision des Sages du Palais Royal de faire droit au recours déposé par une centaine de sénateurs et députés de l’opposition sur la loi de santé et particulièrement sur la question du tiers payant a été commentée dans la presse comme une victoire majeure. À y regarder de plus près, il n’y a pas de quoi pavoiser…  Et tout le reste est passé comme une lettre à la poste. Le double piège du tiers payant Marisol Touraine a réussi son coup. Les assurés sociaux (enfin, ceux qui payaient encore, car tous ceux pour qui le tiers payant généralisé a été institué en raison de la faiblesse de leurs ressources bénéficiaient déjà d’une dispense d’avance (suite…)

Médecins libéraux : la CSMF part en guerre

Éditorial de la 327 Boudée par la Ministre à son ouverture, démoralisée par le directeur de la CNAMTS à sa clôture, l’université d’été de la CSMF, qui s’est déroulée sur la presqu’île de Giens, a déterré la hache de guerre. Tout le monde s’en est ému. Pour sa 21ème édition, l’université d’été n’a pas eu droit à son traditionnel happening ministériel. Marisol Touraine est la première ministre de la santé à avoir décliné l’invitation du président de la CSMF. Raison invoquée : la proximité des élections professionnelles et la nécessaire égalité de traitement à respecter entre tous les syndicats. Là-dessus, il est vrai qu’à un mois de date à date des élections des URPS Médecins, si tant est qu’on supposât une quelconque complicité d’esprit entre Marisol Touraine et les purs et durs (suite…)

Marisol Touraine, le bilan des 3 ans

Nommée Ministre des Affaires sociales et de la Santé dans le premier gouvernement de Jean-Marc Ayrault, le 16 mai 2012, Marisol Touraine constitue aujourd’hui une figure féminine incontournable du gouvernement Valls et une fidèle de Hollande. Confortée dans son poste pour avoir soutenu des réformes de gauche, la Ministre a tout de même réussi à fédérer une large opposition contre elle dans le monde de la santé. Retour sur ces trois années.

Le « pacte de confiance »

Dès la rentrée 2012, Marisol Touraine lance le pacte de confiance : il s’agit de quitter les fantômes de la loi HPST et de regagner la « confiance des Français dans leur système de soins« , celle des « responsables politiques » et la confiance « au sein même de l’hôpital public« . Dans son discours de présentation, elle affirme que « le monde a changé » que « les pouvoirs publics doivent faire face aux profondes mutations de notre société dans tous les domaines qui relèvent de leur responsabilité. » Ce constat « nous oblige à réorganiser en profondeur l’action de notre système de soins, dont l’hôpital public est l’épine dorsale« . L’objectif est de caresser dans le sens du poil l’hôpital malmené quelque peu par la T2A en 2004 et la loi HPST en 2009. Pour cela, la confiance passe par le dialogue social. « Plusieurs décrets seront publiés avant la fin du mois de septembre qui amélioreront le bilan social des établissements de santé : ces bilans doivent être vraiment utiles et permettre une évaluation efficace des politiques conduites en s’appuyant notamment sur des indicateurs de ressources humaines pertinents. Je souhaite également qu’un volet social apparaisse très clairement dans chaque projet régional de santé, ainsi que dans toutes les opérations de restructuration qui seront conduites. La dimension sociale ne peut plus être un codicille de nos projets d’établissements. » Pour renouer la confiance avec l’hôpital, la Ministre commande un rapport à Edouard Couty.

Lire : l'hôpital reste une question centrale

En février 2013, le rapport Couty est remis. Il fait écho à la mission Fellinger/Boiron qui avait déjà remis ses conclusions en janvier l’année passée. Le constat est connu : la grogne est unanime et l’hôpital est au bord de la dépression.

La médecine libérale a certainement eu moins d’égard. Dès ses premiers mois d’exercice, la Ministre a obtenu le succès d’une négociation conventionnelle majeure entre l’UNCAM, les trois syndicats de médecins (MG France, CSMF, SML) et l’UNOCAM :

  • La mise en place d’une nouvelle procédure de sanctions conventionnelles des pratiques tarifaires excessives,
  • La création d’un « contrat d’accès aux soins » pour les médecins à honoraires libres afin de réduire les dépassements et le reste à charge des patients
  • L’extension des tarifs opposables à tous les assurés dont les revenus sont modestes (éligibles à l’Aide à la Complémentaire Santé – ACS) pour l’ensemble des médecins exerçant en secteur 2 (4,7 millions de personnes potentiellement concernées)
  • Une diversification accrue de la rémunération des médecins en secteur 1 et des adhérents au contrat d’accès aux soins.

Le début d’un divorce avec la médecine libérale… Aujourd’hui, le bilan est plutôt positif puisque l’Assurance Maladie vient de confirmer une baisse du taux de dépassements d’honoraires des médecins passant de 55,1% en 2013 à 54,1% en 2014.

Lire la suite…

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer