Tag archives : LEEM

Prix du médicament : les labos pharmaceutiques sont-ils des escrocs ?

La dernière campagne de Médecins du Monde tire à boulets rouges sur les profits des grands laboratoires pharmaceutiques et les prix disproportionnés de certains médicaments. Pour certains, la diatribe est justifiée. Pour d’autres, comme pour les principaux intéressés, elle est caricaturale. La Commission des Affaires Sociales de l’Assemblée Nationale a donc auditionné les industriels du médicament le 22 juin dernier. La semaine suivante, c’était au tour du Sénat de se pencher sur la question. Au-delà du débat sur la fixation du prix du médicament, c’est bien plus la place de l’innovation dans les stratégies des industriels de la santé dont il est question. Les propositions du Leem Il est vrai, comme le remarque Challenges, que seule l’industrie du tabac affiche des taux de profit supérieurs. Néanmoins, la recherche coûte cher (20% (suite…)

Tout fout le camp

Éditorial de la 364 Les astres sont-ils enfin alignés ? Sur les 12 derniers mois, environ 160 000 emplois ont été créés, portés par le tertiaire. Selon les chiffres publiés cette semaine par l’Acoss, « le salaire moyen par tête (SMPT) croît de 1,8 % sue l’année. Au total, la masse salariale progresse de 2,5%« . Pour Solveig Godeluck dans les Echos, « si cette amélioration se confirme, la Sécurité sociale en profitera, via des rentrées supplémentaires de cotisations sociales. (…) Avec 0,2 point de masse salariale supplémentaire cette année, les recettes de la Sécurité sociale croîtraient de 400 millions d’euros. » Le Gouvernement n’avait même pas escompté ces largesses… Ce n’est quand même pas rien : 4 fois le salaire annuel de la seule équipe de France ! Autre conséquence : le pouvoir d’achat s’accélère. Il connait sa plus forte hausse depuis (suite…)

Médicament : l’ire du LEEM et l’âme du LIR

La stratégie de communication du LEEM et du LIR s’appuie sur un nouveau paradigme. Mais des efforts de transparence restent à faire sur la fixation des prix La décapitation sans sommations de l’état major de SANOFI par son conseil d’administration la semaine dernière montre la brutalité du management des capitaines d’industrie, même si Pôle Emploi, toute compassion gardée, n’est pas la destination promise à Christopher Viehbacher, son sémillant ex-DG, après que les actionnaires de la grande firme française ont décidé de le virer. Capital, au printemps dernier, ironisait sur son salaire car, dixit le journal, le patron de Sanofi était le mieux payé des 98 premières entreprises françaises. Au-delà des vicissitudes des grands de ce monde, le départ de Viehbacher coïncide avec le décrochage du titre de Sanofi en bourse. (suite…)

Plan d’économies pour le système de santé : du réchauffé et pas de réforme en vue

Marisol Touraine, reconduite dans ses fonctions, a présenté vendredi dans Les Échos son plan d’économies pour la santé. Dans la droite ligne du plan d’austérité de Manuel Valls, la Ministre de la Santé et des Affaires Sociales est la première à rendre sa copie : 10 milliards d’économies prévus mais pas la moindre réforme à l’horizon. Le plan détaillé prévoit 4 axes majeurs d’économie pour que le système de santé soit « plus simple, plus proche et mieux organisé« . Mais derrière les vœux pieux et les éléments de langage définis par le gouvernement, les chiffres avancés ont suscité de vives réactions. Plan d’économies ou plan de communication ? Après les premiers cafouillages du remaniement, où la santé semblait avoir été oubliée des attributions de la Ministre Marisol Touraine, l’attente était forte autour (suite…)

Consommation pharmaceutique : l’incroyable résistance des idées reçues

L’étude indépendante réalisée en 2012 par Pierre Chahwakillian avec la collaboration d’Antoine Ferrier-Battner à partir des données d’IMS-Health fournies par le LIR sur les ventes de médicaments de 8 classes thérapeutiques entre 2000 et 2011 dans 7 pays européens chamboule les idées reçues sur la position de la France dans la consommation des médicaments.

Le rififi provoqué au début de l’été par la parution du rapport établi conjointement par Michèle Rivasi, eurodéputée (Europe-Ecologie), Philippe Even président de l’Institut Necker, habitué des coups médiatiques, et Serge Rader pharmacien à ses heures, a fourni l’occasion à une presse en mal de moralisation de touiller quelques contrevérités sur la pharmacie dans le chaudron des idées reçues.
Les assertions du trio militant ont provoqué une vigoureuse mise au point du LEEM.

La question aujourd’hui est de savoir ce qui reste dans l’opinion publique de ces buzz médiatiques récurrents sur l’industrie pharmaceutique aussi éphémères que souvent mensongers.
Prenons encore l’exemple des conclusions de la conférence organisée en février 2013 par Jean-François Derre, directeur associé de CELTIPHARM, reprises illico dans Le Point, L’Express, Le Parisien et même largement diffusées dans la presse gratuite. Que disaient-elles ? La baisse de consommation des médicaments traduirait pour la première fois une « crise de confiance » ponctuelle des consommateurs dont la cause – pour le moins subjective – serait produite par le raffut fait sur le Médiator et sur la pilule de 3ème génération. Dont acte.
Cette avalanche de papiers suit de 6 mois une autre agitation médiatique, celle provoquée fugacement par le communiqué signé par le LIR, « la fin de l’exception française » en juillet 2012, démontrant un mouvement de fond et déjà ancien de la consommation pharmaceutique française.

Comment expliquer l’ensevelissement en moins de six mois d’une démonstration par une autre présentation radicalement opposée ?

En vérité, les informations se suivent mais s’évaporent. Si le papier s’empile, dans le virtuel, la dernière information écrase la précédente. C’est en tout cas ce qui se passe dans… Lire la suite…

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer