Tag archives : Jean-Paul Ortiz

Loi de santé : comme une lettre à la poste

La décision du Conseil Constitutionnel était attendue par les syndicats de médecins libéraux comme la victoire d’Armageddon. La décision des Sages du Palais Royal de faire droit au recours déposé par une centaine de sénateurs et députés de l’opposition sur la loi de santé et particulièrement sur la question du tiers payant a été commentée dans la presse comme une victoire majeure. À y regarder de plus près, il n’y a pas de quoi pavoiser…  Et tout le reste est passé comme une lettre à la poste. Le double piège du tiers payant Marisol Touraine a réussi son coup. Les assurés sociaux (enfin, ceux qui payaient encore, car tous ceux pour qui le tiers payant généralisé a été institué en raison de la faiblesse de leurs ressources bénéficiaient déjà d’une dispense d’avance (suite…)

Loi de santé : panser la plaie, penser l’après

Éditorial de la 325 Sur le pied de guerre, les syndicats de médecins libéraux, ou en tout cas ceux qui en revendiquent encore l’appellation d’origine contrôlée, fourbissent leurs armes pour un combat qui n’intéresse certainement qu’eux mêmes. Allez donc demander aux patients ce qu’est une « URPS »; il y a fort à parier que nombre d’entre eux prennent cette invention de 1993 (Loi Teulade) baptisée à l’époque « URML », pour la lointaine planète d’un monde inhabité. Combien de médecins eux-mêmes connaissent les enjeux de cette élection ? Ils étaient 45% à voter en France métropolitaine en 2010, combien seront-ils à voter pour les prochaines élections ? On l’aura compris, pour les médecins excédés, la marque la plus significative des bouleversements qui ont jalonné l’évolution du monde de la santé est que cette (suite…)

Les vrais enjeux du tiers-payant généralisé

La généralisation du tiers payant fait partie de ces apories qui mobilisent les professionnels sans que ceux-ci en mesurent vraiment les dangers. Car, quand on interroge les médecins individuellement sur les motivations de leur mobilisation, l’argumentation tourne davantage autour des complications administratives qu’une telle mesure va entraîner au quotidien que sur les raisons pour lesquelles Marisol Touraine en fait la mesure phare de sa réforme. Une insidieuse pollution du raisonnement ? Dans le n° 99 de UG Zapping, Claude Bronner plante le décor :  » Voilà plus d’un an que de réunion de « concertation » en réunion « technique » les syndicats expliquent que le tiers payant généralisé et obligatoire n’est pas une bonne mesure. Ils parlent à des autistes puisque la volonté du président de la République et de sa Ministre sont au delà de (suite…)

Poudre et mèche courte

Éditorial de la 290 Claironnée par la presse, l’embellie économique annoncée par l’INSEE pour 2015 au grand dam des déclinologues patentés qui auront fini par donner le bourdon aux Français, donne du baume au cœur au président qui remonte de deux points dans les sondages. De là, pour certains, à imaginer que François Hollande se met en piste pour 2017… Comme le lui fait dire Anne Roumanoff dans Le Journal du Dimanche du 21 décembre : « ma nouvelle stratégie : Macron au charbon, Valls aux commandes et moi en voyage ». L’année qui vient de s’écouler, au-delà des gesticulations politiques qui n’auront eu d’autres conséquences que de détourner un peu plus les citoyens de leurs élus (et de l’idée chère à Victor Hugo que « les bulletins de vote en démocratie se (suite…)

Tiers payant : un combat idéologique ?

L’annonce d’un tiers-payant généralisé dans le discours de Marisol Touraine fait un fracas médiatique démesuré par rapport à son impact attendu. Dans le discours de Marisol Touraine prononcé le 19 juin dernier, la généralisation du tiers-payant tient une place relative. « Je redis ma détermination à lutter contre les barrières financières et toutes les formes de discrimination » assène-t-elle à son auditoire en rappelant qu’elle en avait pris l’engagement le 23 septembre dernier et en précisant, prudence oblige, que la première étape (tiers-payant aux bénéficiaires de l’aide à la complémentaire santé – ACS) serait confiée pour sa mise en place à l’assurance maladie. Dix-sept lignes dans un discours de quinze pages suffisent cependant à allumer quelques mèches inutiles. La presse s’est précipitée sur le tiers-payant en occultant hélas des questions plus centrales comme (suite…)

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer