Tag archives : intérim

Déserts médicaux : les remplaçants dans le viseur du Ministère

Éditorial de la 460ème La hache de guerre est déterrée. Le problème n’est pas nouveau mais la plainte déposée par le Ministère a ravivé les rancoeurs. L’année dernière, en novembre, le Ministère a publié plusieurs décrets en application de la loi de santé. L’objectif est de fixer un « montant plafond journalier » pour les « personnels médicaux, odontologistes et pharmaceutiques intervenant dans les établissements publics de santé dans le cadre d’une mission de travail temporaire« . Concrètement, un directeur d’hôpital, depuis janvier 2018, doit limiter les  rémunérations de ses intérimaires à 1404€ bruts pour 24h de travail (puis 1287€ l’année prochaine pour atteindre 1170€ à partir de 2020). Lire : Ménage dans les ménages. Vent debout contre cette réforme, un collectif, rassemblé depuis mars en syndicat, le Syndicat National des médecins remplaçants des hôpitaux (SNMRH), (suite…)

Ménage dans les ménages

Le rapport d’une mission parlementaire dénonce le recrutement abusif de médecins intérimaires dans les hôpitaux. Ou comment tendre un bâton pour se faire battre ?

Produit par le fringant député socialiste de l’Isère, Olivier Véran, un rapport au titre accrocheur (« Hôpital cherche médecins coûte que coûte« ) a été remis au Parlement il y a deux semaines non sans provoquer quelques flèches de désapprobation, comme toujours exagérées, lancées par une presse qui aura surtout retenu le sous-titre « Essor et dérives du marché de l’emploi médical temporaire à l’hôpital public »

Où est le problème ?

Venant d’un soldat de la base arrière, on aurait pu s’attendre à l’exhumation de problématiques compliquées et de réflexions absconses comme le PS en a présentement le secret (comme le dernier rapport sur l’immigration). Mais non ! C’est moins le député socialiste que le jeune neurologue du CHU de Grenoble, établissement aujourd’hui sous les projecteurs avec l’hospitalisation de Schumacher, qui a tenu la plume. Car au fond, le rapport Véran est plutôt objectif et plein de bon sens. Du haut de ses 32 ans, le député de l’Isère puise sûrement dans son vécu hospitalier. Les solutions en revanche sont à côté de la plaque.

Lire la suite…

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer