Tag archives : GPA

États Généraux de la Bioéthique : la PMA au menu

Éditorial de la 452ème Ce jour, se tient à 14h à la Maison de la Chimie la présentation du rapport de synthèse des États Généraux de la Bioéthique qui viendra clore le cycle de consultation citoyenne initié le 18 janvier dernier sous la houlette du Pr Jean-François Delfraissy, président du comité consultatif national d’éthique (CCNE). Lire : Etats généraux de la bioéthique : faut-il y croire ? Une mobilisation des citoyens apparemment importante puisque près de 30 000 personnes ont participé aux argumentaires (65 000 contributions) sur le site Internet dédié et presque 20 000 ont assisté à 250 débats organisés par les Espaces éthiques régionaux. Pour avoir une appréciation globale de l’avis des citoyens, le CCNE a auditionné 87 associations, 36 sociétés savantes, 9 groupes de courants philosophiques ou religieux, 15 institutions (suite…)

Etats généraux de la bioéthique : faut-il y croire ?

Éditorial de la 451ème C‘est en 1994 que sont adoptées en France les premières lois bioéthiques sous le Ministère d’Édouard Balladur. Simone Veil est alors la ministre des affaires sociales et de la santé. Ces trois lois posent un principe essentiel : celui de l’inviolabilité et de l’indisponibilité du corps humain. Elles ont pour objectif initial d’encadrer le « don et l’utilisation des éléments et produits du corps humain » (prélèvement d’organes, transplantations, conservation et utilisation des tissus et des cellules du corps humain, assistance médicale à la procréation, don et utilisation de gamètes, consentement des individus pour le recours à une médecine prédictive ou à identification génétique). Toutefois, compte tenu de la rapidité des progrès médicaux et scientifiques, la loi de juillet 1994 a prévu sa révision au terme de cinq années d’application. Et il fallait bien un tel (suite…)

En France, l’intelligence se fait-elle rare ?

Éditorial de la 440ème Alors que l’INSEE venait à peine de publier le mois dernier ses statistiques démographiques, confirmant en France une baisse de la fécondité (conjuguée à une baisse des femmes en âge de procréer), le Dr. Laurent Alexandre publiait dans l’Express une tribune polémique intitulée « Les femmes douées ont moins d’enfants« . « Peut-on rester passif face au déclin intellectuel des Occidentaux, au moment où l’intelligence artificielle (IA) fait des pas de géant ? » lance-t-il. « La Sécurité sociale devrait rembourser à 100% la congélation d’ovules chez les femmes scientifiques pour leur permettre de faire des bébés tardifs après leur PhD, comme Apple et Facebook l’offrent déjà à leurs ingénieures. Si la France veut rester une grande puissance, les femmes les plus intelligentes doivent être choyées. » Lire : Ouverture de la PMA : (suite…)

« PMA pour toutes » : l’épineuse question que tranchera Macron

Éditorial de la 413ème Pour sa 40ème édition, l’État a décidé de soutenir la GayPride parisienne samedi 24 juin dernier. « C’est la première fois que l’Etat soutient officiellement la marche » peut-on lire sur le site du Gouvernement. Deux ministres avaient fait le déplacement : Mounir Mahjoubi (Numérique) et Marlène Schiappa (Egalité femmes-hommes). Et un slogan unique : « La PMA pour toutes, sans condition ni restriction, c’est maintenant ».   La France est arc-en-ciel. Nous sommes riches de nos diversités, soyons en fiers ! #MarcheDesFiertés #LoveisLove — Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) 24 juin 2017 Il y a quarante ans, les associations réclamaient un « droit à la différence« ; aujourd’hui, il s’agit d’une « égalité de traitement« . Pour Alexandre Urwicz, président de l’association des familles homoparentales (ADFH), interrogé par Le Monde, « la PMA n’est pas un traitement (suite…)

Qui fait l’éthique de la nouvelle médecine ?

Jusqu’à présent la promesse de produire un nouvel homme relevait du politique. Mais aucune tyrannie, aucun régime totalitaire, aucune idéologie politique n’a été capable de faire advenir l’homme nouveau qui était promis. Un autre acteur est en train de s’en charger : le médecin. Le politique a échoué à créer une nouvelle société, un nouveau collectif où le vivre ensemble serait vraiment meilleur. Le médecin est en train de confectionner un biologique individuel qu’il rend plus robuste et moins mortel. A ce jour il nous a donc été plus facile de modifier la vie de chacun que la vie des sociétés, plus facile de cloner que d’éradiquer la pauvreté. Faire mourir la mort reste le fantasme universel le plus engageant. Lire : Quand Google nous vaccinera A ce jour, il (suite…)

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer