Tag archives : emmanuel macron

Le « Mois sans alcool » tombe à l’eau

Éditorial de la 479ème Tout était prêt. Le site internet, le compte Twitter. Près de 600 000€ pour lancer la campagne de communication (une broutille quand on est acteur institutionnel). Santé publique France, l’agence nationale de santé publique française, comptait lancer officiellement prochainement un mois de janvier sans alcool, sur le modèle de ce qui se fait dans d’autres pays européens, comme en Angleterre (« Dry January »). L’Élysée a étouffé le projet dans l’oeuf.   ➡Ca arrive à grand pas le #MoisSansAlcool, on est prêt à recevoir toutes vos questions ! pic.twitter.com/3fmYKlBPAw — MoisSansAlcool (@Moissansalcool) November 11, 2019 Une campagne mûrie de longue date François Bourdillon, premier directeur nommé à la tête de cette nouvelle agence créée par la loi Touraine en 2016, souhaitait, après le tabac, s’attaquer à l’alcool. Se (suite…)

Plan d’urgence pour l’hôpital : Emmanuel Macron calmera-t-il la colère des soignants ?

Éditorial de la 478ème Dans un élan gaullien, Emmanuel Macron a lancé aux personnels des hôpitaux un « j’ai entendu votre colère » lors d’un déplacement à Épernay jeudi dernier pour proposer son plan d’urgence pour l’hôpital. Il a tenu à exprimer sa « considération » au personnel soignant. « Cette situation, elle n’a pas commencé il y a un mois, six mois ou un an, soyons lucides avec nous-mêmes. Nous en héritons. Elle est le résultat d’années et d’années de mise sous tension qui ont fait peser sur l’hôpital l’essentiel de l’effort de maîtrise de dépenses de santé. Elle résulte aussi d’une désorganisation collective de notre système de soins. » Lire : Hôpital : la réforme sera-t-elle au rendez-vous ? Derrière les effets de manche, le discours est un peu brouillon, balayant le manque de moyens ou l’épuisement (suite…)

Dum Spiro Spero

Éditorial de la 466ème Emmanuel Macron s’est adressé aux Français au travers d’une (longue) lettre publiée ce lundi par l’Elysée. À la suite de François Mitterrand en 1988 et de Nicolas Sarkozy en 2012 qui défendaient leur bilan pour leur propre réélection, notre Président, mis à mal par la crise sociale et politique qu’illustre le mouvement des « gilets jaunes », tente un exercice de persuasion. Quitte à passer un peu pour un prof de SciencesPo en posant les questions qui seront le cadre de la grande consultation nationale. Persuasion. Il s’agit de sortir de la grisaille et de la désespérance et «  rappeler qui nous sommes » : un pays « pas comme les autres » où « le sens des injustices y est plus vif qu’ailleurs » mais où également « l’exigence d’entraide et de solidarité plus (suite…)

Plan santé : Big Bang ou Big Crunch ?

Éditorial de la 456ème Dans la fougue de la rentrée, on ne sait quel sujet santé évoquer tant ils sont nombreux : l’inscription de la télémédecine dans le droit commun conventionnel à l’issue des négociations en juin entre Assurance maladie et syndicats de médecins, la parution à la fin de l’été du rapport du député Vigier « pour lutter contre la désertification médicale en milieu rural et urbain« , le rapport IGAS d’Émilie Fauchier-Magnan et Véronique Wallon sur le déploiement des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) instaurées par la loi Touraine en 2016, la remise début septembre du rapport de la mission présidée par le Dr Gérald Kierzek et Magali Leo et installée à la suite de l’affaire Lévothyrox sur l' »amélioration de l’information des usagers et des professionnels de santé sur le médicament« , la présentation le 13 (suite…)

La Cour des Comptes a-t-elle la dent dure ?

Éditorial de la 438ème  En matière de finances publiques, j’ai tout à fait conscience du fait que le message de la Cour, comme les allers-retours de Sisyphe, peut paraître répétitif (44’56) ». C’est par ces mots que Didier Migaud, le président de la Cour des Comptes, a accueilli hier le Président de la République, Emmanuel Macron, lors de sa traditionnelle audience solennelle de rentrée. Un impératif de sincérité des prévisions de finances publiques Rappelant que si « trop souvent par le passé, la cigale a pris le pas sur la fourmi« , « en 2017, le déficit public devrait passer sous le seuil des 3 points du PIB. Cela permettrait de sortir, enfin, après dix années, de la procédure de déficit excessif, en 2018. (…) Ce résultat serait obtenu en grande partie grâce à l’amélioration cela conjoncture qui a (suite…)

Réforme des retraites : la route est longue

Éditorial de la 434ème Dans un de ses récents rapports, la Drees analyse les résultats d’un sondage qu’elle a réalisé pour 2016 à propos des retraites. Si les Français sont majoritairement attachés à un système de retraite public, la moitié serait ouverte à des réformes partielles en introduisant « un complément d’assurance ou d’épargne individuelle« . Lire : Retraites : la situation financière se dégrade et complique la réforme de Macron Ainsi, selon le document « les Français se prononcent majoritairement pour une plus grande harmonisation des règles du système de retraite. 39 % considèrent qu’il ne devrait y avoir qu’un seul régime avec des caractéristiques identiques pour tous, et 45 % préfèrent qu’il y ait un socle commun de retraite, avec certaines différences selon le statut professionnel. L’organisation du système actuel, qui comprend (suite…)

Quand les cabinets ministériels font la loi

Éditorial de la 408ème Il est tellement aisé d’hurler avec les loups, lorsque s’agitent les casseroles, que nous  avons, nous aussi, remué les obscurs souvenirs d’Internet pour rappeler les positions controversées d’Agnès Buzyn sur les conflits d’intérêt. Et pourtant, avant même que n’éclate la controverse, elle s’est déchargée de la gestion de l’INSERM, dirigé par son mari. Cette procédure est prévue par la loi Bertrand sur la transparence (et son décret d’application). Un premier pas plutôt intègre et rassurant. Par le passé, elle a pu tenir des propos (compréhensibles) sur la difficulté d’obtenir des experts sans aucun conflits d’intérêts. Un bon expert est sollicité de toutes parts. La transparence absolue joue en leur défaveur… Une réflexion tenable dans certaines fonctions; mais difficiles à faire comprendre quand on est Ministre. Cependant, personne (suite…)

Macron : coup de poker pour la santé

Éditorial de la 406ème Pour une fois, Hollande ne s’est pas trompé en lisant la conjoncture des astres : son jeune conseiller impétueux est devenu président. Le « trou noir politique« , qui a su ratisser large l’échiquier, a trouvé face à lui l’adversaire idéal. Décevant et surprenant son propre camp, Marine Le Pen a scellé son propre destin lors du débat d’entre-deux-tours (quelques minutes consacrées à la santé sur lesquelles revient le QdM)  en se comportant comme un caniche enragé, ridiculement accrochée aux basques du foutriquet. Une aubaine pour le candidat sans programme qui n’aurait pu trouver mieux comme adage : faire barrage au Front National. Quand on n’a pas d’idées, on a des slogans. Lire : Programme santé de Macron, "révolution culturelle" ou paroles creuses ? D’aucuns diront pourtant que ce nouveau souffle est une (suite…)

Entre le chaos et l’eau tiède

Le chamboulement politique que vivent les citoyens français les place dans une situation cornélienne : empêcher le chaos qu’entraînerait une victoire du Front National ou opter pour le projet peu argumenté d’un jeune premier de la classe, arrivé premier au premier tour, qui s’évertue à ménager la chèvre et le chou dans l’espoir de rebattre les cartes de la gouvernance politique française. La mal-être de beaucoup de citoyens est visible car les voilà coincés, les citoyens français, dans une situation sans comparaison possible avec le 21 avril 2002. En quinze ans, le FN s’est dédiabolisé, s’est banalisé, Marine Le Pen sourit, édulcore, rassure au point de faire oublier le fond de commerce d’un parti qui prend racine dans ce que l’histoire française renferme de plus détestable. On n’écoute plus les experts, (suite…)

Macron ou le rêve éveillé

Éditorial de la 399 Comment pouvait-il en être autrement ? À l’issue du Grand Débat organisé par TF1 et LCI avec les 5 « grands » candidats à la Présidentielle, c’est Macron qui a été jugé le plus convaincant avec 29% des intentions, selon un sondage Elabe rapporté par Europe1. Mélenchon, Le Pen et Fillon dans un mouchoir de poche, recueilleraient respectivement 20%, 19% et 19%. Benoît Hamon ne serait plébiscité que par 11 % des sondés. Mais comment pouvait-il en être autrement quand on voit l’affiche de l’annonce de ce débat historique sous la Vème république ? Emmanuel Macron est le seul à avoir le buste tourné à l’opposé de tous les autres candidats qui ont tous grise mine (à part lui qui semble bénéficier d’un traitement de faveur coloré et adouci…) Le beau parleur qui siphonne le parti (suite…)

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer