Tag archives : CSMF

Chicayas chocs

Éditorial de la 286 Il n’a pas suffit à Hollande de s’afficher bras dessus bras dessous avec Martine Aubry à Lille pour donner aux Bleus le jus nécessaire à la victoire de la France en Coupe Davis. Il y a assurément des gesticulations qui ne parviennent pas à transgresser les acrimonies profondes. Sifflé à son arrivée au stade Pierre Mauroy (cf Le Monde) , le président était venu chercher une partie du butin pour sa popularité défaillante. Pas de chance, les joueurs français (qui au demeurant vivent tous en Suisse) ont perdu. Juppé n’a pas fait mieux. Voilà le « chouchou » des Français (dixit Le Point de la semaine dernière) sifflé, hué, malmené sur ses propres terres gasconnes. Le Journal du Dimanche s’en délecte. Et Sarkozy, devant 4000 supporters bordelais, ramasse (suite…)

Assurance maladie : …de mort lente

Le rapport de la Cour des comptes sur l’exécution du LFSS 2013 continue de lancer ses flèches empoisonnées sur une institution moribonde.

Aussi bien le chef de l’Etat dans sa conférence de presse que le premier ministre dans sa déclaration de politique générale, défendent le « modèle social français ». Parée des vertus que procure une formule aussi magique, cette attitude n’en est pas moins vide de sens. Elle interdit toute évolution et laisse à l’Etat le dernier mot.
Les dernières déclarations du Medef sont pour le moins provocatrices mais, quelques mois auparavant, l’équipe de Gattaz avait produit un rapport plutôt intéressant, voué à l’indifférence générale des pouvoirs publics.

Lire notre article "MEDEF, le retour"

Il faut s’en persuader, le modèle français (en tout cas l’assurance maladie) n’existe plus depuis longtemps. Faut-il voir dans la disparition cette semaine d’André Bergeron, « le petit père du syndicalisme français » comme se plaît à le rappeler Le Figaro, quelques mois seulement après celle de Marc Blondel, la datation précise de l’extinction des derniers pachydermes de notre protection sociale.

Lire la suite…

Du sable entre les orteils

Éditorial de la 274 En cette rentrée 2014, beaucoup ont encore du sable entre les doigts de pied et il en faut peu pour gripper la remise en route. Encore que, selon une étude du Crédoc à paraître, les Français sont de moins en moins nombreux à pouvoir partir en vacances : 43% n’ont pas pu partir l’année dernière. Et les congés payés de 36 alors ! Les écoliers et les collégiens qui reprennent ce matin sont tristes, Hamon leur avait promis une année sans mauvaises notes. Pas de chance, le ministre de l’instruction publique s’est fait virer pendant l’été. Plus qu’un grain de sable, avec Montebourg, c’était un vrai caillou dans la chaussure de Valls. Le voilà seul dans l’arène, le premier ministre, avec sa pelle et son râteau, et plein (suite…)

Juppé et ses tontons flingueurs

Le rapport de la Cour des Comptes sur la politique conventionnelle, probablement rédigé par les acteurs des ordonnances de 96, intervient au moment où justement Juppé annonce son entrée en lice pour 2017 Dans le théâtre de marionnettes de la politique française, en pleine déconfiture, quelques Guignols disparaissent à gauche tandis que Gnafron, à droite, gesticule pour revenir en scène. Malgré les faux pleurs de Madelon et les coups de bâton de Flageolet le gendarme, le public ne rit plus. Au fond du trou (la stagnation économique masque en fait une réelle récession), la France aurait sûrement besoin d’un consensus politique autour d’un exécutif déjà contesté et bien impuissant, à qui il est facile il est vrai d’imputer les 30 dernières années de gabegie publique. Hubert Védrine dans un petit (suite…)

Messi, lacis et ACI mal assis

Éditorial de la 263 Entre la promesse d’une résurrection des footeux français avec les deux buts de Benzema dans le Mondial et celui de Messi pour l’Argentine, la pluie sur les 24 heures du Mans, la réélection de Santos en Colombie et les vicissitudes de l’UMP, il y avait peu de place pour les questions de santé dans la presse du week-end. La toujours futée lettre d’annuaire sécu nous détaille toutefois les effets secondaires du pacte de responsabilité sur la loi de financement de la sécurité sociale rectificative de 2014. Le document remis aux caisses nationales le 6 juin dernier pour avis a reçu un accueil plutôt glacial des administrateurs nationaux de la sécu. Dans le brouhaha dominical deux informations seront passées inaperçues. La première concerne l’interview sur deux pleines (suite…)

Formation médicale : le DPC dépecé

Le rapport de l’IGAS paru il y a un peu plus d’un mois sur le développement professionnel continu taille un costume au dispositif poussivement mis en place depuis 2012. La CSMF réagit.

Marisol Touraine s’est énervée. Les multiples récriminations portées à sa connaissance sur le mauvais fonctionnement de l’Organisme de Gestion du Développement Professionnel Continu (OGDPC) lui ont valu une poussée d’hypertension au point de déclencher une inspection de l’IGAS. Et une occasion de plus de dénigrer la loi HPST de juillet 2009 qu’elle n’a jamais trop portée dans son cœur.
Pourtant, cette loi sur laquelle a longuement bataillé sa devancière, a mis un peu d’ordre dans une histoire qui traînait depuis 20 ans.

De la cueillette à l’industrialisation

Car, dans les années 90, si les médecins hospitaliers bénéficiaient du dispositif de droit commun applicable à toutes les entreprises depuis 1971, la formation des médecins libéraux était plus aléatoire. Les premiers avaient droit à un congé rémunéré de quinze jours par an cumulables financé sur les fonds de la formation continue des hôpitaux ; les seconds n’avaient pas d’autres choix que de glaner ici ou là quelques séances de formation généralement payées par Lire la suite…

Plan d’économies pour le système de santé : du réchauffé et pas de réforme en vue

Marisol Touraine, reconduite dans ses fonctions, a présenté vendredi dans Les Échos son plan d’économies pour la santé. Dans la droite ligne du plan d’austérité de Manuel Valls, la Ministre de la Santé et des Affaires Sociales est la première à rendre sa copie : 10 milliards d’économies prévus mais pas la moindre réforme à l’horizon. Le plan détaillé prévoit 4 axes majeurs d’économie pour que le système de santé soit « plus simple, plus proche et mieux organisé« . Mais derrière les vœux pieux et les éléments de langage définis par le gouvernement, les chiffres avancés ont suscité de vives réactions. Plan d’économies ou plan de communication ? Après les premiers cafouillages du remaniement, où la santé semblait avoir été oubliée des attributions de la Ministre Marisol Touraine, l’attente était forte autour (suite…)

Histoire de tauto…logies

Éditorial de la 245 Un rapport d’information du Sénat présenté le 28 janvier au nom de la commission des affaires sociales de cette respectable assemblée fait un bilan décevant de la loi Bachelot de 2009 sur les coopérations entre professionnels de santé. Pas brillant. Seulement une quarantaine de protocoles de coopération auraient vu le jour en 4 ans. La procédure qui implique la bénédiction de la HAS n’est pas sans rappeler celle infligée par la «commission Soubie» aux premiers réseaux de santé dans la décennie 90. La législature suivante avait tout bonnement transféré le pouvoir de décision aux échelons régionaux (URCAM et ARH). Pour les coopérations, les sénateurs proposent la même chose en faveur des ARS Ce fameux article 51 de la loi HPST a été largement influencé par le (suite…)

Cogito

Éditorial de la 243 Les cerveaux fumants de l’intelligentsia sanitaire cogitent sur les pistes tracées par le Gouvernement en matière de réforme de la protection sociale. Entre le Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie, le Haut conseil pour le financement de la protection sociale, le Haut conseil des retraites et celui, pour faire bonne mesure, de la famille, les idées ne vont pas manquer. On nous annonce une mise à plat du financement pour le mois prochain. La généralisation de la couverture complémentaire santé fait aussi phosphorer les partenaires sociaux. L’accord national interprofessionnel (ANI), sur ce point précis, a servi de base à la Loi du 9 juin 2013 relative à la sécurisation de l’emploi. On attend de voir. L’initiative prise par notre confrère Espace social Européen de réunir (suite…)

Le testament de Chassang

Avant de passer le relais à son successeur, Michel Chassang a fait adopter un pensum confédéral en faveur d’ « une médecine libérale et sociale ». Peaux de bananes pour le successeur ou pensées visionnaires ? Décorticage.

Michel Chassang, pape de la CSMF depuis 12 ans, tire sa révérence après avoir fait adopter «un projet confédéral» dont les 5 principes directeurs – comme le souligne la première ligne du préambule – «guide(nt) l’action de la CSMF pour les prochaines années».
Drôle de façon de partir. Rester sans être là. Faut-il voir dans ce texte canonique une mission apostolique destinée aux brebis égarées, une sorte de table de la Loi qu’un souffle divin venu de quelque ayatollah en retraite viendrait rappeler aux turbulents ?

Car, pour respectables (et souvent intéressantes) que fussent certaines propositions du plus vieux syndicat de médecins français, d’autres n’en demeurent pas moins rétrogrades et parfois déconcertantes. Comme si une main gauche archaïque avait corrigé une main droite entreprenante.
Au moment où Le Quotidien du Médecin du 16 janvier 2014 fait de sa «une» le résultat d’un sondage réalisé par l’IFOP pour le compte du quotidien sur le sentiment de «déclassement» d’une médecine libérale s’estimant «socialement dévalorisée», les contradictions de la CSMF méritent qu’on s’y arrête. Lire la suite…

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer