Tag archives : conflit d’intérêt

Santé : Un an après, tout reste à faire

Éditorial de la 449ème Mardi, Christophe Castaner organisait une « soirée informelle » pour fêter la première année de Macron à l’Élysée, entre ministres et députés macronistes au Musée des Arts Forains dans le XIIème arrondissement de Paris. Celui qui était entré « par effraction » à l’Élysée n’emporte aujourd’hui toujours pas les foules. Selon un sondage Elabe-Wavestone pour les Échos, 52% des Français estiment encore que son élection a été une « mauvaise chose » et, s’il incarne bien la fonction présidentielle, les Français restent sceptiques sur la révolution promise : ils ne sont que 20 % à penser que Macron « réforme le pays en profondeur », quand 57 % estiment qu’il ne modifie que « quelques aspects seulement » et 22 % qu’il n’aura, au final, « pas changé le pays ». La première année n’a pas été celle des résultats même si les réformes ont été (suite…)

[Re]vue de Web : prends l’oseille et tire-toi

Cette semaine, une fois n’est pas coutume, de nouvelles affaires ont émaillé la course aux législatives et entaché un Gouvernement qui se prévalait d’être immaculé. Affiché comme un non-événement le FerrandGate soulève pourtant quelques réactions. Quand Richard Ferrand défendait ses intérêts à l’Assemblée L’objectif est louable : améliorer l’accessibilité aux soins. Pourtant, Richard Ferrand alors député proposait en 2012 une loi visant à permettre aux mutuelles de créer des réseaux de soins. Problème : depuis 1998, il était toujours conseiller pour les Mutuelles de Bretagne. « Un peu comme si un directeur ou ex directeur d’Areva était rapporteur d’une loi favorisant le nucléaire » ironise le Dr. Marty de l’UFML… #FerrandGate kiceti qu’etait dans les rapporteurs d’une loi faite pour mutuelles? ( ajoutons que @BrunoLeRoux fut mgen et Carrey conte LMDE) pic.twitter.com/EE8C8DAOt2 (suite…)

[Re]vue de Web : du blues et du swing

La semaine a été marquée bien entendu par la nomination des ministres par Édouard Philippe. Pour la santé, alors que tout le monde murmurait certains noms comme celui du Dr. Véran, le conseiller santé d’Emmanuel Macron, ou du Dr. Robinet, le maire LR de Reims, on s’étonnait de la nomination du Dr. Buzyn, présidente de la Haute Autorité de Santé. Un profil de santé publique, un parcours hors pair, une grande intelligence loués par l’ensemble du monde médical; même si quelques voix s’élèvent pour nuancer les thuriféraires. Le blues de Touraine Après le « swing » des législatives de la Ministre, cette semaine, Marisol Touraine a le blues. Non par compassion pour les soignants dont la vague de suicides défraye la chronique; elle quitte Ségur. Lire : Des annonces et des magouilles. (suite…)

[Nomination du Ministre de la Santé] Mais qui est vraiment Agnès Buzyn ?

Contrairement aux pronostics qui plaçaient déjà Olivier Veran ou Arnaud Robinet Ministre de la Santé, c’est Agnès Buzyn, 54 ans, qui prendra la suite de Marisol Touraine, avenue Duquesne. Si tout le monde loue son parcours exemplaire, certains pointent déjà ses conflits d’intérêts. Un expert sans conflit d’intérêts est un expert sans intérêt Le candidat Macron était accusé de conflits d’intérêts pour s’être entouré du Dr. Jean-Jacques Mourad, jugé trop proche des laboratoires Servier. Lors de son discours de Nevers sur la santé, Emmanuel Macron proposait de mieux rembourser les patients atteints d’hypertension, spécialité du Dr.Mourad et des médicaments Servier. C’était l’un de ses 5 axes de sa « révolution culturelle » en santé. Le Dr. Mourad a été débarqué de l’équipe santé… Lire : Macron ou le rêve éveillé Maintenant élu, le (suite…)

Médicaments déremboursés : quand les associations de patients sont sous perfusion idéologique

Éditorial de la 379 Le 21 octobre dernier, la Commission de Transparence de la Haute Autorité de Santé a rendu son verdict sur quatre médicaments utilisés dans le traitement de la maladie d’Alzheimer : Ebixa (Lundbeck), Aricept (Eisai), Exelon (Novartis Pharma) et Reminyl (Janssen Cilag). « Aujourd’hui, avec le recul, compte tenu de la confirmation de la faible efficacité de ces médicaments, de l’existence d’effets indésirables potentiellement graves et sachant que la prise en charge des personnes touchées doit être globale, la Commission de la Transparence conclut à un service médical rendu insuffisant pour justifier leur remboursement. » Les avis de la Commission de la Transparence de la HAS sont consultatifs et c’est le Ministère qui décidera. Déjà en 2011, la Commission avait rendu un verdict, serré -à un vote près-, statuant sur un (suite…)

Médicament : conflits d’intérêts, recul de la vaccination et polémiques en tous genres

La nouvelle tombe bien mal. Au moment où le médicament, mal aimé des Français, tente de redorer son blason, Mediapart révèle au grand jour les conflits d’intérêts entre les organismes de certification du médicament et les laboratoires pharmaceutiques. La Haute Autorité de Santé (HAS) et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ont aussitôt déclenché des enquêtes internes qu’elles porteront à la connaissance du procureur de la République. La ministre de la santé Marisol Touraine avait sévèrement jugé que « si les faits rapportés sont exacts, ils sont inacceptables et même d’une gravité extrême ».

Pourtant, les choses étaient bien parties : un ouvrage pour reconquérir la confiance, un plan ministériel pour valoriser les génériques, des appels des autorités pour relancer la vaccination…

La vérité sur vos médicaments, pour redonner confiance aux Français

C’est par ce titre accrocheur que 32 spécialistes s’attaquent, « sans parti pris », au travers de 590 pages grand public, au médicament afin de dissiper le « flou » dans lequel se trouvent de nombreux patients. « Il faut leur redonner confiance », clame le Pr Bergmann qui a coordonné l’ouvrage avec les professeurs François Chast, André Grimaldi et Claire Le Jeunne. En ligne de mire : le brûlot polémique des professeurs Even et Debré pour qui 1 médicament sur 2 était potentiellement dangereux.

Lire : la santé vue par les femmes

Lire la suite…

Charivarivasi

Il y a longtemps que la députée européenne Michèle Rivasi n’avait pas fait de boucan sur les questions de santé. La revoilà, entraînant dans son sillage les inguérissables émeutiers des causes perdues : Philippe Even, Serge Rader, Jean-Sebastien Borde le président de Formindep,  trois histrions d’une « opération mains propres sur la santé » allant jusqu’à soupçonner, comme l’écrit Le Quotidien du Médecin du 6 janvier, la mise sous influence par de méchants labos de notre ministre de la santé. On y trouve aussi, dans la liste figurant au bas de l’appel lancé par la députée, au milieu de l’intelligentsia de l’écologie politique (Cohn Bendit, Benhamias, Lepage…), Irène Frachon la pneumologue à l’origine de l’affaire Médiator. Mains propres sur la santé ? Pas exactement car l’appel se concentre en réalité uniquement sur (suite…)

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer