Tag archives : Alzheimer

Comment faire passer la pilule ?

Maladie d’Alzheimer : un nouveau médicament miracle sur le marché ? La nouvelle se répand dans les médias comme une trainée de poudre et fait flamber les actions du laboratoire Biogen à l’origine des tests sur cet anticorps monoclonal. La surprise est grande puisque les laboratoires Biogen et Eisai avaient justement arrêté les tests en mars dernier faute d’essais suffisamment concluants et compte tenu du déremboursement chaque année de plusieurs médicaments anti-Alzheimer dont le service médical rendu était jugé insuffisant pour justifier leur remboursement par les autorités sanitaires. Lire : Médicaments déremboursés : quand les associations de patients sont sous perfusion idéologique Le 22 octobre dernier, dans un communiqué, le laboratoire Biogen, à l’appui de nouvelles analyses, affirme que l’aducanumab, la fameuse nouvelle molécule, est « pharmacologiquement et cliniquement actif« , montrant des (suite…)

Glyphosate : en marche.. arrière

Cette semaine, les faits de l’actualité semblent jouer des tours à certains. Le propre de la révolution n’est-il pas de faire un tour sur soi-même… Nutri-score ne sera pas obligatoire à la télé C‘est le Dr.Olivier Véran, député de l’Isère, qui avait proposé cet amendement déjà recalé en commission et finalement rejeté par l’Assemblée. Il proposait d’imposer l’affichage du Nutri-score dans les messages publicitaires. Lire : Plan Priorité Prévention : le Gouvernement présente ses 25 mesures phares L’arrivée du Nutri-score, gri-gri de la loi Touraine, s’est fait très frileux. Le dispositif d’affichage de la valeur nutritionnelle des aliments, non obligatoire, s’est révélé décevant. On continue avec le super travail législatif du gouvernement sur la loi « agriculture et alimentation ». Aujourd’hui: Le Nutri-score. Merci @enmarchefr !#nutriscore pic.twitter.com/AS1kCSFt2y — Allan BARTE (@AllanBARTE) 31 mai (suite…)

Donald Trump, la caissière de Prisunic et le Mythe de la Caverne

Éditorial de la 381 Non. Nous ne joindrons pas au concert des pleureuses de la bienpensance qui se scandalisent en découvrant avec stupeur le résultat des élections américaines. Deux cents journaux américains avaient pris parti pour Hillary Clinton alors que six seulement défendaient Donald Trump. En France, le Quotidien du Médecin badinait en publiant une analyse de psychiatres intitulée  « Et si Donald Trump était fou ?« …  Retour brutal à la réalité. Pas de panique : de toute façon, la gouaille grossière de Donald Trump n’aura d’égal que ses arrangements et ses combines politicardes dans les quatre années à venir. Ce sera certainement le François Hollande américain en (encore) plus beauf ! Que se passerait-il en France si les médias et sondage se trompaient ? Si l’effet Trump, c’était la victoire du discours anti-système ? Faut-il attendre (suite…)

Médicaments déremboursés : quand les associations de patients sont sous perfusion idéologique

Éditorial de la 379 Le 21 octobre dernier, la Commission de Transparence de la Haute Autorité de Santé a rendu son verdict sur quatre médicaments utilisés dans le traitement de la maladie d’Alzheimer : Ebixa (Lundbeck), Aricept (Eisai), Exelon (Novartis Pharma) et Reminyl (Janssen Cilag). « Aujourd’hui, avec le recul, compte tenu de la confirmation de la faible efficacité de ces médicaments, de l’existence d’effets indésirables potentiellement graves et sachant que la prise en charge des personnes touchées doit être globale, la Commission de la Transparence conclut à un service médical rendu insuffisant pour justifier leur remboursement. » Les avis de la Commission de la Transparence de la HAS sont consultatifs et c’est le Ministère qui décidera. Déjà en 2011, la Commission avait rendu un verdict, serré -à un vote près-, statuant sur un (suite…)

Le rôle des aidants : une souffrance souvent méconnue

Conséquence du baby boom, les projections démographiques établissent un vieillissement accéléré de la population française dans les prochaines années. La dépendance constitue à ce titre un enjeu économique majeur de santé publique. Dans ce contexte, de nombreuses personnes s’occupent quotidiennement de leur proche en situation de perte d’autonomie. Souvent seuls, ces « aidants naturels » sont confrontés à des situations de souffrance et à une charge difficilement supportable. La récente loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, adoptée en première lecture, après examen par le Sénat, le 19 mars dernier, par 178 voix pour et aucune contre, prévoit d’allouer 365 millions d’euro pour les 8 à 9 millions de personnes, aidant un proche dépendant, malade ou handicapé âgé. Un geste suffisant pour reconnaître ces aidants de plus en plus nombreux ?

Le vieillissement de la société et l’émergence d’un « 5ème risque »

La France traverse une double transition : à la fois démographique, puisqu’elle est marquée par un vieillissement de sa population en raison de l’allongement de l’espérance de vie à la naissance, et épidémiologique, puisque, de fait, le pays se trouve confronté à l’essor des maladies chroniques et dégénératives. D’ici 2050, l’INSEE prévoit que la population de la France atteigne 70 millions d’habitants dont un habitant sur trois âgé de 60 ans ou plus, soit 22,3 millions de personnes -contre 12,6 millions en 2005 (représentant une hausse de 80 % en 45 ans).

Selon l’INSEE, au 1er janvier 2010, la part des personnes de plus de 60 ans représente 23% de la population, soit 14,8 millions de personnes. Mais, par suite du baby boom, c’est la tranche des plus de 75 ans qui est de plus en plus représentée : 9% de la population totale soit 5,8 millions de personnes. Depuis 2002, l’allocation de perte d’autonomie (APA) permet de chiffrer le nombre de personnes en dépendance modérée (GIR3 et 4) ou lourde (GIR1 et 2). La dépendance d’une personne est évaluée à partir d’une grille recensant 6 groupes iso-ressources appelés GIR : du GIR6 pour une personne encore autonome pour les actes essentiels de la vie courante à GIR1 pour une personne en fin de vie ou confinée au lit ou au fauteuil, dont les fonctions mentales sont gravement altérées et qui nécessite une présence indispensable et continue d’intervenants . Selon la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie, citant les chiffres de la DREES, au 31 décembre 2011, 1,2 million de personnes sont bénéficiaires de l’APA dont 721 416 à domicile et 477 851 en établissements. Lire la suite…

Réseaux démences : un dément… démantèlement

L’arrêt du financement par les ARS de certains réseaux de santé pose problème à des centaines de médecins. Les neurologues dans les réseaux Alzheimer en font partie Dans le début des années 2000 une multitude de réseaux de soins, devenus « réseaux de santé », voit le jour avec une frénésie due la création d’un fonds salvateur : le FAQCSV (fonds d’amélioration de la qualité et de la coordination des soins de ville), opportune poire pour la soif dédiée aux médecins libéraux en mal d’innovation. Et il est vrai que, en dehors de quelques cas farfelus, la plupart des projets présentés à l’époque aux URCAM révélaient un dynamisme des médecins libéraux peu connu. Comme les oncologues, montrant la voie aux autres à la faveur d’un Plan Cancer très tôt soutenu par les pouvoirs (suite…)

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer