Accueil / Les éditos des différentes Lettres de Galilée / Santé : Agnès Buzyn se défend

Santé : Agnès Buzyn se défend

Éditorial de la 442ème
La Ministre de la Santé, Agnès Buzyn, était hier l'invitée de L'Épreuve de Vérité sur Public Sénat hier soir.

Elle confirme ses engagements et fait acte de pédagogie pour détailler son plan de sa "transformation du système de santé" présenté la semaine dernière à l'hôpital d'Eaubonne dans le Val-d'Oise, avec le Premier Minsitre, Édouard Philippe.

Elle souhaite "aller vers une tarification à la qualité et au parcours de soins, y compris en médecine de ville, c'est-à-dire que nous ne souhaitons pas continuer à financer la totalité des actes en ville" (6'15) Le paiement à l'acte ne disparaîtra pas pour le médecin généraliste mais "on peut imaginer une tarification au parcours pour les maladies chroniques" (7'20). Elle souhaite commencer cette expérimentation au travers de l'article 51 du PLFSS pour financer des forfaits sur les affections de longue durée (ALD).

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Interrogée sur la colère et la mobilisation toujours importantes des personnels des EHPAD (une nouvelle mobilisation est prévue le 15 mars), la Ministre reste sereine : il y a toujours un décalage entre le vote d'un PLFSS et la mise en oeuvre de la politique... "D'ici fin mars", elle souhaite annoncer une "concertation" sur les "enjeux de la dépendance" (15'40)

Lire : Grève dans les EHPAD : est ce vraiment à l’État de financer les maisons de retraite ?

Un rire gêné a accueilli la question (un peu benoîte) du présentateur : "quel est le lobby le plus coriace ?" (17'15). "Les lobbies ne me font pas très peur" a-t-elle rétorqué. "Ils sont partout, oui, ils sont partout. Quand on travaille dans le champ de l’environnement, nous savons très bien qu’il y a des lobbies ; dans le champ des comportements, il y a d’autres lobbies ; dans le champ des vaccins, ce sont encore d’autres lobbies qui s’expriment, pas forcément des lobbies industriels, mais d’autres".

Lire : Vaccination : la loi, les lobbies ou les labos ?

Évidemment, Agnès Buzyn s'est défendue de défendre une politique de "prohibition" contre le vin, sujet polémique depuis quelques jours. "J'aime moi-même boire un verre de vin; c'est un patrimoine français" (18'45). Néanmoins, "il y a un sujet alcool dans notre pays pour les populations vulnérables".

Promesse du candidat Macron, le reste à charge zéro a été confirmé avec la présentation d'une "feuille de route" d'ici "juin" et de la "façon dont cela va se mettre en place" (32'20) "De toute façon, la promesse du président, c’était un reste à charge zéro dans les trois secteurs pour 2022, et ça, la promesse sera tenue. La question qui se pose aujourd’hui, c’est celle du calendrier de mise en oeuvre" (33'14). Quel sera le "panier de soins utiles", "de qualité et nécessaire" pour les Français ?

Lire : Mes nouvelles lunettes Chanel, ma clope, mon cinéma

Un exercice de communication policé dans lequel la Ministre a détaillé avec application ses propositions : mais le cadre budgétaire a déjà été voté lors du PLFSS en décembre. Et dans cet étau, la concertation qui sera ouverte devra suivre des axes stratégiques à atteindre déjà définis. En espérant que les décrets ne soient pas déjà prêts...

Crédits photos : evanrudemi

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Santé : Un an après, tout reste à faire

Éditorial de la 449ème Mardi, Christophe Castaner organisait une "soirée informelle" pour fêter ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer