Accueil / [Re]vue de Web / [Re]vue de Web : une santé à deux vitesses ?

[Re]vue de Web : une santé à deux vitesses ?

L'actualité santé cette semaine hésite entre ubérisation et étatisation. Une fois de plus.

Lire : L’ubérisation de la santé est en marche

Dominique Le Guludec à la tête de la HAS

L'étatisation à grands pas. Dans un communiqué, le Président avait proposé le 13 octobre dernier le nom du Pr. Dominique Le Guludec pour prendre la tête de la Haute Autorité de Santé, à la suite d'Agnès Buzyn. Les Commissions des Affaires sociales du Sénat, le 8 novembre dernier, et de l'Assemblée nationale, le 16 novembre, se sont ainsi prononcées favorablement.

Âgée de 64 ans, Dominique Le Guludec est cardiologue et chef de service, PU-PH en biophysique et médecine nucléaire, depuis 1994, à l’hôpital Bichat. Elle était Présidente du conseil d’administration de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) depuis novembre 2013.

Le fondamentalisme hospitalier. Le Dr Jean-Paul Ortiz, Président de la CSMF, s'était déjà ému en mars de la disparition des médecins libéraux lors du renouvellement du Collège de la HAS. En octobre dernier, le médecin faisait le "constat amer" que le Gouvernement souhaitait "exclure une nouvelle fois la médecine de ville".

Téléconsultation : l'Ordre des médecins porte plainte

Mardi dernier, le Conseil national de l'Ordre des médecins (CNOM) a porté plainte pour publicité et distorsion de concurrence contre la mutuelle Eovi MCD. En cause : une publicité de téléconsultation pour les adhérents de la mutuelle. Alors que les médecins n'ont pas le droit de faire de la publicité.

Lire : PLFSS 2018 et expérimentations de la télésurveillance médicale : qu’en penserait Nostradamus ?

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En septembre 2016, la société medecindirect.fr – créée par des mutuelles et des assureurs santé dont Eovi MCD – avait annoncé avoir contractualisé avec l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France et la Commission nationale informatique et liberté (CNIL) afin de créer une "téléconsultation médicale" pour les adhérents des complémentaires santé qui sont ses partenaires. La publicité d'Eovi MCD a mis le feu aux poudres.

Lire : Financement de la télémédecine en panne, et si on chamboulait tout !

L'article 36 du PLFSS 2018 permet de mettre fin aux expérimentations et d'entamer des négociations pour inscrire certains actes de télémédecine dans la nomenclature des remboursements de la Sécu. La course aux trésor pour les assureurs...

Crédits photos : Kate Dollarhyde.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

PLFSS 2018 : Agnès Buzyn, Brahim Hammouche, l’apocalypse ou la résurrection ?

Éditorial de la 433ème Dans ses colonnes, La Lettre de Galilée empruntait ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer