Accueil / [Re]vue de Web / [Re]vue de Web : l’Ariège, Google, Sanofi et Ashley Madison

[Re]vue de Web : l’Ariège, Google, Sanofi et Ashley Madison

Cette semaine, la [re]vue du Web par la lunette de Galilée nous amène à nous intéresser au jugement du Tribunal du Contentieux de l’Incapacité (TCI) de Toulouse qui s’appuie sur l’expertise très humaniste (et controversée) du Dr Biboulet et qui reconnait le droit à une allocation pour le handicap d’hyper sensibilité aux ondes électromagnétiques. Sur son blog Jean-Yves Nau s'interroge : "L’absence d’une relation de causalité démontrée n’interdit en rien à un médecin-expert désigné par la justice de porter un diagnostic qui voit ensuite un tribunal juger comme si cette causalité existait."

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Pour autant, l'essor des nouvelles technologies semble inéluctable. Chloé Hecketsweiler dans Le Monde revient sur l’alliance entre Google et Sanofi dans la lutte contre le diabète. Avec 387 millions de diabétiques dans le monde, près de 600 millions en 2035, il est nécessaire de "sortir de notre cadre de pensée habituel, car la grande innovation viendra de la convergence de plusieurs technologies." La technologie, les capteurs, les analyses et les solutions numériques vont révolutionner la façon dont les taux de glycémie sont gérés. Les retombées seront pour le patient en termes de qualité de vie, mais également en termes de coût.

Lire : Quand Google nous vaccinera

Le son de cloche est un peu différent pour Édouard Tétreau dans Les Échos qui s'en prend aux "théoriciens béats de l'économie numérique" et aux adeptes de Schumpeter. Il revient ainsi sur le piratage du site de rencontres extra-conjugales Ashley Madison dévoilant l'identité de ses "soit disant" 37 millions d'utilisateurs... En réalité 11 millions de vrais utilisateurs humains (dont 1 femme sur 1000). "Au-delà de ce comique d'Uber-boulevard, une interrogation un peu plus sérieuse émerge : est-ce donc cela, l'économie numérique de ce début de XXIe siècle ? Une économie de carton-pâte, qu'une petite bourrasque peut mettre par terre ? Une économie où les fausses identités et les fausses informations pullulent, exploitées par des robots et algorithmes plus ou moins maîtrisés par les êtres humains ? (...) Quid des manipulations de résultats de recherche de Google, identifiés par la FTC américaine et instruites par la Commission européenne ? Ou de la dernière cyberattaque chinoise contre l'administration américaine ayant mis au jour les données personnelles et identités de 21 millions de fonctionnaires américains, espions inclus ? Sans compter que, ces derniers mois, 40 millions de clients du distributeur américain Target, 76 millions de comptes du groupe bancaire JPMorgan Chase, 80 millions d'assurés du groupe Anthem se sont fait dévaliser leurs données personnelles, bancaires et de santé ? L'efficacité des services de la nouvelle économie nous fait fermer les yeux sur leur extrême vulnérabilité, illustrée de façon spectaculaire à la fin de l'été avec le krach boursier chinois - et mondial -, et le rebond qui a suivi. (...) En cette fin d'été, les algorithmes et automates de gestion ont pris le pouvoir sur les humains dans les salles de marché. Les amplitudes alors constatées n'avaient plus rien à voir avec des décisions humaines (...). Avant 2020, dixit AT Kearney, plus de 2.000 milliards de dollars seront gérés par ces « robo-advisors ». Des supercheries d'Ashley Madison aux manipulations de Google, aux cyberattaques et au gigantesque « flash crash » de cet été, les contours de la nouvelle économie du XXIe siècle se dessinent clairement. Une « Uber-économie » incroyablement vulnérable et fragile, déplaçant valeurs et richesses à la vitesse de l'éclair, avec des êtres humains confinés à la périphérie."

Cela fait froid dans le dos...

Crédits photo :  Justin Morgan

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

L’ubérisation de la santé est en marche

"L’ubérisation", ce concept, forgé à partir du nom de la start-up américaine ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer