Accueil / Contenu privé / [Re]vue de Web : Data, haka, cata

[Re]vue de Web : Data, haka, cata

Cette semaine la [re]vue de Web ne pouvait ignorer la large défaite des bleus face aux All Blacks… Marc Gozlan dans la revue Sciences & Avenir tente d’expliquer ce cuisant échec en analysant la peur déstabilisante du chant de guerre maori, le fameux haka. Citant deux scientifiques (anglais), il apporte un éclairage intéressant : ce chant aurait un effet particulièrement déstabilisateur en influant directement sur le taux de testostérone des joueurs adverses. "Ces résultats indiquent un lien entre le statut hormonal d’athlètes de compétition et leur agressivité. Dans la mesure où le rugby, est le sport de contact par excellence, on peut penser qu’un comportement agressif constitue un facteur clé pour une belle performance physique sur le terrain. L’effet de la testostérone se situerait donc sur le plan de la motivation de l'athlète." De là à expliquer l’écart historique de points entre les deux équipes, on comprend peut-être pourquoi la Nouvelle Zélande a gagné tant de matchs grâce à ce chant magique. Les Anglais s’en sont moqués, ils n’ont même pas eu la chance de "tomber" face à eux…

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Autre sujet qui revient souvent sur la Toile : le Big Data. Tout le monde s’y frotte sans vraiment savoir les dangers encourus. Pour Karim Benyekhlef, professeur de la Faculté de droit de l'Université de Montréal, la protection des renseignements personnels est cruciale. "Le moissonnage de larges agrégats de données qu'effectuent les moteurs de recherche et autres outils informatiques ne doit pas être laissé au seul contrôle des agences publiques ou des entreprises privées qu'il sert, car détenir l'information leur procure un pouvoir potentiel énorme (…) peut-on accepter qu'un jour il soit possible que votre admissibilité à l'assurance emploi ou à une assurance vie soit décidée par un ordinateur ?"

Lire : Quand Google nous vaccinera

C’est aussi la mise en garde qu’émet Jean-Pierre Robin, dans les feuilles saumon du Figaro, en rapportant la sortie de l’ouvrage d’Eric Brynjolfsson et Andrew MacAfee, "le Deuxième Âge de la machine" (chez Odile Jacob) : le paradis technologique peut conduire à l’enfer social. Partant de la fameuse loi de Moore, les progressions exponentielles permettent des progrès hors de mesure. Cependant, si'"une machine peut faire le travail de cinquante hommes ordinaires, mais qu'aucune ne peut cependant pas faire le travail d'un homme extraordinaire",  quelles seront les conséquences sociales, économiques et humaines de ce nouvel univers technologique ? "L'abondance l'emportera-t-elle sur la dispersion ?" : les prouesses techniques de quelques uns permettront-elles de nourrir tous les autres frappés par l'oisiveté et l'inutilité ?

A l’approche de la COP21, Jean-Baptiste Soufron sur son blog va plus loin. Citant Maciej Ceglowski, le fondateur de Pinboard, il ose rapprocher les traces polluantes du Big Data et les déchets radiocatifs que nous produisons. Intéressant parallèle : "les traces que les utilisateurs laissent derrière eux sont radioactives, elles continuent à pouvoir avoir un effet négatif jusque des années plus tard. Il soulève l'idée que de nombreuses données produites échappent à toute forme de contrôle sérieux. Elles sont échangées, modifiées, revendues. Mais surtout, comme les déchets nucléaires, elles restent." Elles restent et peuvent être utilisées contre vous ! L’excellent site Boing Boing va dans ce sens dans un de ces articles : les entreprises brassant de grandes données sur votre vie privée seront piratées par des flics ou des espions, voire des criminels. "This is the story of the next decade: companies that started out amassing huge databases of compromising information will be targeted: first by cops and spies (hi there, OPM!), then by civil litigants (something like 80% of all divorce cases now involve a subpoena to Facebook), then by criminals (hello, Ashley Madison!)."

Crédits photos : Dave Wild.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

[Re]vue de Web : razzmatazz et enfumages

Cette semaine, l'actualité santé révèle certaines failles : la politique anti-tabac à ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer