Accueil / Des idées et des points de vue / Réforme territoriale de l’Etat et des ARS : le nombril du monde !

Réforme territoriale de l’Etat et des ARS : le nombril du monde !

Accouchées au forceps, sept nouvelles régions ont vu le jour le 1er janvier 2016. C’est avec beaucoup de diligence que des Hauts fonctionnaires ont préparé la réorganisation des services de l’Etat dans ces régions.

Lire : Cure d'amaigrissement pour nos régions ?

C’est droit dans leurs bottes que les Préfets et Directeurs des nouvelles régions communiquent dans la presse quotidienne régionale pour expliquer que la réorganisation des services de l’Etat et autres administrations est bouclée. Alors aux manettes de la phase de préfiguration, c’est à coup de cravaches que ces Hauts fonctionnaires ont préparé, depuis avril dernier, la fusion des services.
Il faudrait être sot pour croire que tout est achevé. Ces services ne sont qu’au début d’un long chantier où il s’agira de mettre au point des nouvelles procédures internes. Et, pour les nombreux fonctionnaires sans mission, laissés au sol comme des feuilles mortes, il s’agira également de les "recaser" dans d’autres administrations, elles-mêmes en fusion, ou d’organiser un accompagnement, des formations afin qu’ils puissent acquérir de nouvelles compétences.
Sans compter la diminution des effectifs et l’agrandissement du territoire régional, il faudra certainement des années pour rendre la nouvelle machine administrative régionale vraiment opérationnelle. Pendant que l’administration s’occupe de son nombril, le public est prié de bien vouloir patienter pour être servis.

Concernant le monde la santé, les ARS, créées il y a bientôt 6 ans, n’ont pas échappé à cette réorganisation. Certaines publient déjà leur organigramme : Auvergne-Rhône-Alpes, Nord-Pas-de-Calais-Picardie.
L’organigramme reflète le type d’organisation imaginée par ses concepteurs pour mettre en œuvre la stratégie nationale de santé en région. La façon dont cette organisation sera rendue opérante fera la différence. Le type de management interne des ces grandes ARS sera donc déterminant : management hyper hiérarchisé de type pyramide à degrés, déresponsabilisant et démotivant, ou management agile, type Startup, libérateur d’énergie et de créativité pour les fonctionnaires ayant survécus à la fusion.
Les ARS, issues de la loi HPST de juillet 2009, venaient de trouver leur rythme de croisière. Les voici à nouveau dans la tourmente de leur propre organisation.

Faut-il féliciter les parents pour la naissance de ces nouvelles régions ? Trop tôt pour le dire.
Mais il est probable que le cocktail diminution des effectifs, augmentation de la superficie des territoires et objectifs toujours plus nombreux et ambitieux, mette les acteurs devant une certaine aporie…

Crédits photos : frankieleon.

À propos de Inès Caramouche

Tombée dans la marmite de « l’information » dès son plus jeune âge, Inès Caramouche est passionnée par l’actualité du monde, de la santé (connectée !) et par l’humain. Elle aime lancer des petites alertes pour conjuguer harmonieusement e-technologie, grandes et petites questions de société et valeurs humaines. Inès ne cherche pas à faire mouche mais « titille » de la pointe de sa plume les consciences des uns et les décisions des autres. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Saint-Siège des ARS : fumée blanche pour Montpellier ?

En Avignon, le festival « In » vient tout juste de tirer ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer