Accueil / Les éditos des différentes Lettres de Galilée / Réforme du Travail : pas de révolution en vue

Réforme du Travail : pas de révolution en vue

Éditorial de la 421ème

La réforme du Code du Travail fait saliver les exégètes. Et demain matin, ce sera au tour d'un autre volet social d'être présenté : l'adossement du RSI au régime général qui concerne près de 6,6 millions d'indépendants (professions libérales, autoentrepreneurs, artisans, commerçants...).

Lire : Régime social des indépendants : de la cacophonie aux non-dits douloureux

Cette grande réforme libérale du travail est-elle un pétard mouillé ? On est bien loin d'un Grand Soir du Code du Travail... On s'attendait à plus d'audace.

Lire : Le rêve de Cassandre

À tel point, que le soufflet retombé, beaucoup rangent leurs banderoles de manifestants. Jean-Claude Mailly pour Force Ouvrière (FO) croit dans la "négociation". Il avait annoncé dès avant la publication des ordonnances qu'il ne manifesterait finalement pas le 12 septembre prochain.

Lire : Une rentrée politique explosive

Dans Challenges, Florian Fayolle analyse : "ce syndicaliste de 64 ans est devenu l'homme-clé de la réforme". Surtout, avec une cote de popularité en chute libre, Macron ne souhaite pas se mettre à dos les syndicats. Quitte à lâcher du lest (sur les branches ou les motifs de licenciement) et dénaturer les espoirs qu'avait fait naître cette réforme.

Lire : Osez Monsieur Président

Pour Christian Chavagneux dans Alternatives Économiques, ces ordonnances scellent un pacte de défianceDéfiance envers les salariés, défiance envers les syndicats. Et l'exécutif se crispe; Muriel Pénicaud, la Minsitre du Travail, est claire : "Non, le Gouvernement ne reculera pas".

Denis Sieffert, dans Politis, parle de "camouflage idéologique". "L’exercice auquel le président de la République se livre dans le long entretien paru ce jeudi dans Le Point est un modèle du genre. On commence par l’héroïsme et on finit par la baisse des aides au logement. Macron appelle de ses vœux « la reconstruction d’un héroïsme politique », sans que l’on sache très bien ce que cela signifie. On peut se demander si les chômeurs ont besoin d’héroïsme ou d’emploi. (...) En fait d’héroïsme, le Président confirme la suppression de l’ISF pour les plus fortunés qui possèdent surtout un patrimoine financier, une augmentation de la CSG qui pénalisera les retraités."

Lire : Le Gouvernement dévoile l’agenda de la réforme du travail

Et avec le tour de passe-passe sur la CSG, la montagne des réformes envisagées risque bien d'accoucher d'une souris...

Crédits photos : VBC17.

 

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer