Accueil / Les sujets de politique de santé en France / Réforme de l’État : les fonctionnaires se ramassent à la pelle…

Réforme de l’État : les fonctionnaires se ramassent à la pelle…

A l’approche de l’automne, les feuilles mortes tombent, entre le rapport sur la fonction publique de la Cour des comptes et la réforme de l’État, les fonctionnaires aussi…

Le "choc de simplification" voulu par le Président de la République, doit permettre à l’État de se moderniser pour devenir une administration 3.0.
Plat de résistance de cette modernisation, la réduction du nombre de régions.
Le 1er janvier 2016 la France métropolitaine passera donc de 22 à 13 régions. Sous le régime du mariage forcé, 16 régions vont ainsi être supprimées et remplacées par 7 nouvelles grandes régions.
Mariage à deux, mariage à trois régions ; l’État modernise ses mœurs et légalise la polygamie !

On ne connaît que trop bien les raisons qui ont poussé le gouvernement à procéder à ces unions forcées : Europe, dette, impôts, proximité, modernité, etc.

Sur le terrain, sont appelées à fusionner, par secteur : Préfectures, Finances, Culture, Santé, Education, Cohésion sociale, etc., un grand nombre d’administrations régionales.

Lire : Cure d'amaigrissement pour nos régions ?

Chacune d’elles apportera au pot commun du couple ou du trio, ses fonctionnaires, ses finances et ses matériels, balayant ainsi la tradition qui veut que la dot soit apportée par la mariée.

De ces étreintes administratives fusionnelles va naître toute une armée de clones. Mais, maintenir plusieurs fonctionnaires pour une même mission et sur un même territoire deviendrait de fait indécent dans le contexte économique actuel.

La chose est rare et d‘une ampleur jamais vue jusque là dans une réforme des services de l’État. Du directeur au balayeur, comme en période de soldes, tous les clones ou presque doivent disparaître et leurs compétences avec !
Manquant de compétences et d’expérience, les administrations auront bientôt fini de rendre des services à leurs publics, fini d’accompagner l’innovation.
A force de simplification, elles se contenteront bientôt d’administrer l’administration.
L’administration 3.0 va laisser place à l’administration 0.0. Quel choc !

Lire : les propositions explosives de la Cour des Comptes

Dans un rituel plus ou moins bien rodé, les clones sont présentés sur l’autel des sacrifices pour nourrir les Dieux de la réforme.

Chargées du rite sacrificiel dont elles se seraient certainement passées, des cellules d’identito-vigilance1", composées d’un directeur préfigurateur et d’un chef de projet, parfois aidés sommairement d’un cabinet conseil, ont été mises en place dans chaque secteur administratif. Faibles moyens alloués à ces serviteurs pressés et empressés au regard de la tâche à accomplir. Mais, calendrier oblige, ces cellules tournent en surrégime afin d’organiser le clonage et repérer les copies indésirables. Une fois identifiés, ces clones seront reconfigurés, réinitialisés ou supprimés.

La suppression de clones pourrait paraître éthique … mais nous ne sommes pas dans un laboratoire de recherche expérimentale et ces suppressions ne risquent-elles pas d’entraîner, sinon une souffrance humaine, au moins une réelle démotivation ? Et l’expérience acquise sur chacun des projets par ces acteurs éjectés ne risque t’elle pas de partir avec l’eau du bain ?

Des méthodes cavalières, violentes de réorganisation ont actuellement cours dans ces administrations, suppression de services, avec dans l’immédiat le néant comme seule perspective de mission pour les personnels… Le salaire bien sûr, mais l’intérêt du travail n’est il pas un puissant moteur ?

Lire : Saint-Siège des ARS, fumée blanche pour Montpellier ?

Mariage forcé, ménage à trois, clonage, l’Etat bafoue les valeurs humanistes et éthiques du pays des droits de l’homme.

Feuilles mortes exposées aux caprices des temps, les fonctionnaires attendent leur chute …
"Ô, il faudrait tant que l’État se souvienne des hommes de France Télécom qui tombaient eux aussi …"

1 Dans le secteur de la santé, une cellule d’identito-vigilance a, en particulier, la mission de surveiller et de gérer les risques et les erreurs liés à l’identification des patients (doublon, collision, usurpation, …). Ce qui rime avec « Pion »…

Crédits photos : Pop H.

À propos de Inès Caramouche

Tombée dans la marmite de « l’information » dès son plus jeune âge, Inès Caramouche est passionnée par l’actualité du monde, de la santé (connectée !) et par l’humain. Elle aime lancer des petites alertes pour conjuguer harmonieusement e-technologie, grandes et petites questions de société et valeurs humaines. Inès ne cherche pas à faire mouche mais « titille » de la pointe de sa plume les consciences des uns et les décisions des autres. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Les libéraux parlent aux libéraux

Éditorial de la 377 C'est encore la rentrée. "Les" rentrées devrait-on dire. ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer