Accueil / Les éditos des différentes Lettres de Galilée / Quand l’hôpital est dans le rouge

Quand l’hôpital est dans le rouge

Éditorial de la 435ème

Le mois dernier, la Fédération Hospitalière de France créait le buzz en s'attaquant aux actes médicaux inutiles (plus de 20%). Comparant 5 opérations chirurgicales significatives (la césarienne, le pontage coronaire, la chirurgie du rachis, l’endoprothèse vasculaire et les interventions sur le cristallin), l'étude de la FHF avait révélé dans un atlas de fortes disparités géographiques. Des conclusions qui allaient plutôt dans le sens du plan d'économie souhaité par le Gouvernement.

Aujourd'hui, la FHF alerte sur la dégradation de la situation financière des hôpitaux : les hôpitaux devraient connaître un déficit historique de 1,5 Md€ (pour 470M€ en 2016).

Lire : Hôpital : le plan d’économies affectera-t-il les effectifs ?

Pour Frédéric Valletoux, la ligne rouge est franchie : "Face à cette dégradation financière et avec un objectif d’économie de 1,6 Mds d’€ en 2018, les établissements de santé vont se trouver pris en otage entre la qualité des soins qu’ils doivent à leurs patients, la préservation des conditions de travail et de l’emploi des équipes hospitalières et l’obligation du retour à l’équilibre des comptes. Comme si la situation n’était pas déjà dramatique, le Gouvernement envisage, pour la 3ème année consécutive de faire payer aux hôpitaux le dynamisme des dépenses de ville."

"Le budget 2018 table sur une hausse de 2,3% de l'objectif national de dépenses d'assurance maladie (Ondam) à près de 200 Md€, mais la hausse tendancielle des charges des hôpitaux publics est de 3% environ. La différence entre l'Ondam et cette hausse des charges représente 1,6 Md€, soit le montant qu'on demande aux hôpitaux d'économiser", s'emporte Frédéric Valletoux dans Le Figaro.

Lire : Les hôpitaux toujours touchés par l’absentéisme ?

En ligne de mire donc des fédérations publiques comme privées, les acrobaties de l'exécutif pour tenir l'Ondam : au début du mois, elles s'étaient élevées contre le gel du coefficient prudentiel : la Ministre avait annoncé le dégel de seulement 150M€ (au lieu des 412M€ attendus). Les crédits sont mis en réserve (au lieu d'être restitués aux établissements) et transférés vers l'Ondam (notamment à destination des accords conventionnels de la médecine de ville sous-évalués).

Lire : Déserts médicaux : Et si la solution était dans les virages « déambulatoires » ?

Dur dur de sortir de l'hopistalo-centrisme, pour valoriser le virage ambulatoire, sans déshabiller Pierre pour habiller Paul.

Crédits photos : Aldric van Gaver

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

La marée et les astres

Éditorial de la 374 Alors qu'à l'approche des présidentielles, les équipes des cabinets ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer