Accueil / Les éditos des différentes Lettres de Galilée / Pyongyang, la sécu et la paperasse

Pyongyang, la sécu et la paperasse

Éditorial de la 331

Il est des anniversaires qui se fêtent en grandes pompes. Vous pensez tout de suite au 70ème anniversaire du parti unique de la Corée du Nord. Et bien non; je vous parlerais plutôt du 70ème anniversaire de notre chère Sécurité Sociale célébré mardi 6 octobre dernier à la Maison de la Mutualité. Les thuriféraires ithyphalliques de la Sécurité d’Etat n’en finissent plus de consacrer ce "pilier de la République", dynamitant à l’occasion les héritages de la protection sociale portés dès avant 1945 par les patrons chrétiens, comme s’il fallait masquer les fondements pour mieux en admirer l’hydre étatisée actuelle. La révolution française a dévoyé et détruit le souvenir de la grandeur des Rois de France, Daesh dynamite les temples romains en Syrie. Les énarques d’aujourd’hui (dont on fête également les 70 ans cette année…) achèvent par l’asphyxie notre modèle de protection sociale.

Mais Hollande à la Mutualité n'a pas fait d'annonces fracassantes sur l'avenir de ce système menacé de mort lente. Comme le note Solveig Godeluck dans les Echos, "il a surtout pris la défense de l’institution, comme si elle était assiégée". Alors que la "sécu" allemande affiche avec insolence un bilan plus qu'excédentaire de 14 Md€, malgré les rafistolages, les baisses de dotations, notre bonne vieille sécu est un panier percé en déficit de plus de 10Md€. Et le modèle doit changer.

Un appel du pied à peine discret du Président aux partenaires sociaux, en pleine négociation sur l'avenir des régimes de retraite complémentaires, invitant les entreprises à "prendre leur part" (et pas uniquement les salariés). Une nouvelle augmentation des cotisations : l'étude de PwC "Paying Taxes 2015" (pp. 95-97) montre sans surprise que la France est le pays où ces cotisations sociales sont les plus élevées (66,6%), en augmentation par rapport à 2014. Il révèle aussi du coup que l'on passe beaucoup de temps dans les paperasses pour accomplir ces ingrates tâches : 137 heures (en augmentation aussi)...

De quoi amener de l'eau au moulin au nouvel ouvrage de David Graeber, un des piliers du mouvement Occupy Wall Street, intitulé "Bureaucratie". En substance, il nous prévient que "nous assistons à la fusion progressive de la puissance publique et privée en une entité unique, saturée de règles et de règlements, dont l'objectif ultime est d'extraire de la richesse sous forme de profit."

On n'a pas fini de remplir des paperasses...

Crédits photos : Frédéric BISSON.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

70 ans de la Sécurité Sociale : des p’tits trous, des p’tits trous, encore des p’tits trous

A l’heure où les thuriféraires allument les encensoirs autour de l’autel républicain ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer