Accueil / Les éditos des différentes Lettres de Galilée / La Lettre de Galilée / Polnareff, Cannes et l’avenir de la santé

Polnareff, Cannes et l’avenir de la santé

Éditorial de la 359

Éric Le Boucher n'avait certainement pas tort la semaine dernière quand il confessait vouloir voter pour l'intelligence artificielle lors des prochaines présidentielles. Si Manuel Valls fait la une de Society et bat sa coulpe ("On a fait des erreurs"), -dans une interview coincée entre un article sur Mountain Man, l'acteur islandais devenu célèbre pour avoir "crevé les yeux de son ennemi avec les pouces" dans "Game of Thrones" et un autre article sur l'histoire secrète de Purple Rain, l'homme qui voulait être prince... On apprend dans le Challenges de cette semaine qu'Emmanuel Macron, quant à lui, pour doper son mouvement En marche ! préfère recourir au Big Data et à la "campaign technology start-up" qui a aidé Obama en 2008. Cette agence spécialisée en campagne électorale, dont s'était d'ailleurs déjà aussi servi François Hollande en 2012, mixe un certain nombre de données (humain, data et technologie) pour cibler les électeurs, recueillir leurs attentes et ainsi optimiser le porte-à-porte. Il n'y a plus qu'à attendre pour avoir le programme !

Dans L'Express de cette semaine, le Prix Nobel d'Économie, le toulousain Jean Tirole, à l'occasion de la publication de son ouvrage l'Économie du bien commun, nous livre un message d'espoir sur l'avenir de l'économie française. Et pourquoi pas un programme ?

Il revient ainsi sur la nécessité de réformer l'Etat et les finances publiques. Pour lui, comme pour d'autres d'ailleurs, le chômage est devenu structurel (et non conjoncturel) : en France, le chômage est un "choix de société". "Nos sociétés doivent se confronter aux sujets qui menacent la pérennité de notre système social". Il faut arriver à discuter de l'ubérisation : allons-nous vers la fin du salariat ? Quelles conséquences sur notre sécurité sociale et notre système de retraites ?

Lire : Sécurité sociale, faut-il débrancher la vieille dame ?

Sur le numérique, l'économiste évoque les modifications introduites par les nouveaux modèles économiques : "le digital modifie la chaîne de valeur, remet en question l'organisation de secteurs, de la société elle-même. Prenons le cas de l'assurance : aujourd'hui les occurrents d'Axa ou d'Allianz s'appellent Google ou Facebook, parce qu'ils en savent dix fois plus sur vous que votre compagnie d'assurances. Il leur est assez facile de proposer des offres d'assurance-santé ciblées sans avoir accès au moindre dossier médical".

Lire : Big Data, les Français s'en méfient.

C'est à la marge du débat politique que les questions de fond sur l'économie du pays qui impactent de près ou de loin la santé sont abordées. Le débat reste dans l'entre-soi : Macron se prend pour la pucelle d'Orléans et la course aux présidentielles prend vite des allures de guéguerre entre Polnareff et Renaud, arbitrée par Biolay...

Alors que s'ouvre la 69ème édition du Festival de Cannes, Les Echos se posent, au travers d'une interview d'Olivier Bomsel, la question de la surproduction du cinéma français. Depuis 1952, la France n'a jamais autant produit (et subventionné) de films : le CNC recense 234 films français. Pour autant, le déficit du cinéma français est d'au moins 36% des sommes engagées. Pire : "quand un film marche, les bénéfices sont capturés par des agents privés. Quand il ne marche pas, les pertes sont mutualisées par les aides publiques (...) Et dans le cinéma, 30 producteurs sur 687 au total concentrent 40% des budgets des films aidés produits entre 2007 et 2014".

Toute similitude avec le système de santé et certains scandales sanitaires dans l'actualité seraient fortuits. Mais la comparaison peut laisser songeur.

Crédits photos : Fernando de Sousa.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

[Re]vue de Web : razzmatazz et enfumages

Cette semaine, l'actualité santé révèle certaines failles : la politique anti-tabac à ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer