Accueil / Les éditos des différentes Lettres de Galilée / PLFSS 2020 : un tantinet décevant

PLFSS 2020 : un tantinet décevant

Éditorial de la 473ème

Comment rester la plume sèche à l'écoute de l'actualité ? Quand la Cour des Comptes publie son rapport annuel sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale, annonçant, sans surprise, un dérapage du déficit du régime général et du fonds de solidarité vieillesse (FSV), passant de 1,2 Md€ de déficit en 2018 à 5,4 Md€ en 2019, comment ne pas se remémorer l'assertion de notre chère Marisol Touraine martelée en septembre 2016 dans une interview aux Échos "en 2017, le trou de la sécu aura disparu" ?

Que les verbes soient en joie !

Je reprends l'écriture de La Lettre de Galilée avec une certaine délectation et vous prie sincèrement de m'excuser pour ce long silence épistolaire imposé par des nuits plus courtes et un emploi du temps un peu plus chargé avec l'arrivée d'un 4ème enfant. L'aventure de La Lettre de Galilée continue et fêtera dignement ses 12 ans de service à vos côtés.

Comme le constate le rapport de la Drees, les dépenses de soins ralentissent en France, s’élevant à 203,5 Md€ en 2018 : une augmentation en 2018 de 1,5 % au lieu de 1,7% en 2017 et de 2,1% en 2016, en raison du ralentissement de la consommation des soins hospitaliers. Ce sont donc les soins de ville qui deviennent le premier contributeur à la croissance des dépenses de santé. Les parts prises en charge par la Sécurité sociale et organismes complémentaires augmentent respectivement, diminuant ainsi la participation des ménages qui continue de reculer pour s’établir à 7,0 % en 2018 constate le rapport.

Pourtant, le projet de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2020 (PLFSS 2020) qui entame son cycle de lecture et de révisions jusqu'à son adoption courant décembre, ne semble pas à la hauteur des défis et pâti des mesures fortes d'urgence "pour répondre aux attentes des citoyens en matière de pouvoir d’achat et de justice sociale" ainsi qu'à des "perspectives de croissance dans un environnement international moins porteur (1,4 % en 2019 et 1,3 % en 2020)". Des éléments qui conduisent à retarder le retour à l’équilibre de l’ensemble des régimes de base : le déficit des régimes de base et du FSV devrait s’accroître en 2019 et la tendance à la réduction du déficit ne reprendre qu’à partir de 2021.

Lire : Le PLFSS 2020 entérine le dérapage des dépenses et renonce à l’équilibre des comptes

Ultima ratio regum.

Crédits photos : Pierre Pouliquin.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée.Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Le rêve de Cassandre

Éditorial de la 420ème Si les rentrées politiques se révèlent finalement moins ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer