Tech

Santé et vie privée : mariage impossible ?

Alors qu’en début d’année le fisc français réclamait à Google, selon Le Point, près d’1 milliard d’euros de redressement, la CNIL s’est elle aussi mise en guerre contre le géant de Moutain View, comme le titrait Le Figaro : elle a exigé de Google une amende de 150 000€ ainsi que l’obligation d’afficher un message informatif pendant 48h à ses internautes français. Motif : la politique de confidentialité de Google ne respecte plus la loi informatique et liberté depuis le 1er mars 2012, date à laquelle Google a fusionné les règles de confidentialité de plusieurs de ses services (Youtube, Gmail, Google Maps, etc.). La France se lance dans la protection de nos données privées. Mais, face à ces géants du Web, quel contre-poids peut exercer Paris ? Ces attaques sont-elles des crispations dépassées face à (suite…)

Quand Google nous vaccinera…

Bill Gates vend des vaccins avec GSK; Larry Page décode l’ADN et mise sur l’éternité de notre santé… Big Pharma et GAFA, le cocktail détonnant ! Les nouveaux géants du numérique ont réussi à faire de nous des êtres numériques, connectés en permanence. Grâce à nos comportements sur Internet, Google est capable d’annoncer une épidémie de grippe. Autant de données personnelles qui permettent d’améliorer notre santé, d’anticiper nos risques et proposer une meilleure prévention/vaccination.  De Big Pharma à Big Brother, n’y aurait-il qu’un pas ?

 

Google Flu, les limites du modèle prédictif

Confirmé par une étude de la revue Nature, les comportements des internautes renseignent sur la progression de la grippe : et les données réelles colligées confirment les tendances observées par Google. Google peut ainsi proposer un modèle prédictif basé sur l’analyse des BigData nommé Google Flu. Le site nous explique : « chaque semaine, des millions d’internautes du monde entier recherchent des informations ayant trait à la santé. (…) Nous avons en effet remarqué une corrélation étroite entre le nombre d’internautes qui recherchent des termes liés à la grippe et le nombre de personnes présentant les symptômes de cette maladie. (…) La comparaison du nombre de requêtes Google par rapport aux données des systèmes de surveillance conventionnels a démontré que la fréquence de nombreuses requêtes augmentait au moment de la saison des grippes. » Lire la suite…

Numérique & Santé : le baron perché

Le Commissariat général à la Stratégie et à la Prospective (CGSP) -ex Centre d’Analyse Stratégique- vient de publier un  rapport sur les territoires du numérique sous la direction de Claudy Lebreton. Les pages 92 à 107 traitent des enjeux liés à la santé. Le chapitre « santé et dépendance » du rapport rappelle, par une revue de littérature assez scolaire, les enjeux de la « révolution bio-informatique » : « ces avancées technologiques pourraient faire basculer la médecine du XXème siècle dans un nouveau paradigme interdisciplinaire qui remettrait en cause les compétences, les savoirs et les métiers actuels.(…) Percevons-nous bien la révolution bio-informatique et génomique qui s’annonce ? (p.93-94) ». Le décor est planté. Un bilan sans concession Si le numérique est une révolution, elle est portée par le « patient 2.0« , ce « citoyen-patient« , car les médecins sont (suite…)

Et si la vraie démocratie sanitaire était virtuelle ?

Le 27 février dernier, j’ai assisté à un forum organisé par l’Agence Régionale de Santé d’une grande richesse sur l’aménagement urbain et la santé en l’Ile-de-France. Au-delà des échanges nourris et instructifs, ce colloque m’a inspiré quelques digressions sur la démocratie sanitaire. Un grand merci à Giovanna Marsico, fondatrice de la plateforme collaborative Cancer Contribution, pour sa relecture, ses conseils et ses liens bien utiles ! L’émergence de la démocratie sanitaire dans les années 90 participe d’un changement de paradigme qui tend à substituer à la conception d’un soin où le patient reste étymologiquement passif. Le terme patient vient du latin patior qui signifie souffrance. Le mot patient partage donc la même racine latine que les termes passion, patience, passif, etc. Une représentation de la santé où l’usager est, au contraire, (suite…)

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer