Accueil / Numérique / Big Data / Numérique & Santé : le baron perché

Numérique & Santé : le baron perché

Le Commissariat général à la Stratégie et à la Prospective (CGSP) -ex Centre d'Analyse Stratégique- vient de publier un  rapport sur les territoires du numérique sous la direction de Claudy Lebreton. Les pages 92 à 107 traitent des enjeux liés à la santé.

Le chapitre "santé et dépendance" du rapport rappelle, par une revue de littérature assez scolaire, les enjeux de la "révolution bio-informatique" : "ces avancées technologiques pourraient faire basculer la médecine du XXème siècle dans un nouveau paradigme interdisciplinaire qui remettrait en cause les compétences, les savoirs et les métiers actuels.(...) Percevons-nous bien la révolution bio-informatique et génomique qui s'annonce ? (p.93-94)". Le décor est planté.

Un bilan sans concession

Si le numérique est une révolution, elle est portée par le "patient 2.0", ce "citoyen-patient", car les médecins sont de vieux croûtons récalcitrants : "De nombreuses associations de malades, de victimes, de personnes handicapées, d'aidants se sont renforcées et organisées pour partager des connaissances et des savoirs grâce à internet et, parfois, elles se sont maillées au niveau international. (...) Un certain scepticisme persiste chez les praticiens de plus de 50 ans (selon le CNOM l'âge moyen des médecins est de 50 ans) sur l'apport des technologies numériques à la pratique, mais aussi sur leur intérêt pour le patient, qui n'est pas toujours armé pour comprendre ce qu'il lit sur le web. Un changement opérationnel important dans la population des médecins au cours de la prochaine décennie servira sans doute d'accélérateur à l'appropriation du numérique." (pp.95-96)

De toute façon, le système de santé est "cloisonné, peu flexible, inefficace et inefficient", "l'offre de premier secours (sic!) est inégalement répartie sur le territoire" (p.99), le dossier médical personnel a coûté une fortune (entre 200 et 500 millions d'euro entre 2005 et 2011) pour rien (moins de 160 000 DMP). Après ce constat peu amène, on  nous explique finalement que le salut passera par le numérique !

Lutter contre les inégalités de santé nécessite de raisonner dans la proximité des territoires et de concevoir des systèmes d'informations de santé décentralisés reposant sur la production de données contributives. (p.102)

Une chose est sûre, il s'agit de ne pas oublier l'humain et l'éthique dans le déploiement de cette nouvelle ère numérique. "Dans un contexte de croissance anémiée et de déficit public, la mutualisation dans la proximité des ressources et des hommes apparaît comme la seule solution (p.104)". De ce point de vue, le monde associatif constitue un socle d'actions particulièrement efficace.

Branchés ou perchés ?

La Lettre de GaliléeLa Lettre de Galilée s'est amusée à relire Le Baron Perché, le roman d'Italo Calvino publié en 1957. Le jeune Côme Laverse du Rondeau, agacé par les excentricités culinaires de sa soeur, se réfugie au somment de l'yeuse du jardin familial. Il décide de ne plus quitter ces ramages et évolue d'arbres en arbres, découvrant ainsi de sa hauteur un nouveau territoire décloisonné : la connexion entre les branches des arbres lui permet de se dégager des contraintes des différentes propriétés, des différents jardins des familles aristocratiques -qui bien que voisines ne s'adressent pas la moindre parole. Ainsi, son territoire est infini tant la forêt et les arbres sont interconnectés et denses. Le jeune baron perché est au-dessus de toute limite, de toute frontière, de tout territoire. Mais, par sa provocation, il ne communique plus avec sa famille et reste perché. A vie.

C'est bien là toute la richesse et la limite des territoires numériques. On a quand même du mal -quitte à passer pour un médecin antédiluvien- à trouver l'enracinement avec la réalité. Le jeune Côme passera sa vie "branché" mais coupé du monde. L'hôpital numérique procède du même solipsisme.

On ressort de la lecture de ces paragraphes sur l'avenir de la santé et de la prise en charge de la dépendance avec un sentiment assez flou, voire une certaine déception sur les pistes envisagées. La révolution numérique nous englobe déjà : alors que le rapport sur les territoires numériques de la France de demain tente de nous rassurer sur la régulation possible sur le plan déontologique des énormes quantités de données santé brassées par le numérique, les géants du Web (Google, Amazon, Facebook, Apple) traitent déjà depuis longtemps d'immenses Big Data capables de cerner et d'anticiper le moindre de nos besoins. Hélas, la vague nous a déjà submergée sans que l'on s'en aperçoive. Et nous sommes bien loin de pouvoir cerner les potentiels immenses de prévention et d'éducation comportementale que pourraient nous livrer les géant du Web sur notre santé...

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Les coupes budgétaires à l’hôpital

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer