Accueil / Les sujets de politique de santé en France / [Nomination du Ministre de la Santé] Mais qui est vraiment Agnès Buzyn ?

[Nomination du Ministre de la Santé] Mais qui est vraiment Agnès Buzyn ?

Contrairement aux pronostics qui plaçaient déjà Olivier Veran ou Arnaud Robinet Ministre de la Santé, c'est Agnès Buzyn, 54 ans, qui prendra la suite de Marisol Touraine, avenue Duquesne. Si tout le monde loue son parcours exemplaire, certains pointent déjà ses conflits d'intérêts.

Un expert sans conflit d’intérêts est un expert sans intérêt

Le candidat Macron était accusé de conflits d'intérêts pour s'être entouré du Dr. Jean-Jacques Mourad, jugé trop proche des laboratoires Servier. Lors de son discours de Nevers sur la santé, Emmanuel Macron proposait de mieux rembourser les patients atteints d'hypertension, spécialité du Dr.Mourad et des médicaments Servier. C'était l'un de ses 5 axes de sa "révolution culturelle" en santé. Le Dr. Mourad a été débarqué de l'équipe santé...

Lire : Macron ou le rêve éveillé

Maintenant élu, le Président Macron persiste et signe : il assume en laissant Édouard Philippe nommer comme Ministre de la Santé celle qui déclarait lors d'un café Nile en 2013 "l’industrie pharmaceutique joue son rôle, et je n’ai jamais crié avec les loups sur cette industrie. Il faut expliquer que vouloir des experts sans aucun lien avec l’industrie pharmaceutique pose la question de la compétence des experts."

Lire : Quand les associations de patients sont sous perfusion idéologique

Devant le Sénat, elle s'insurge contre la loi Bertrand qui privilégie plus de transparence. Une transparence qui devient "handicapante" pour les experts : "Quand on voit les débats que nous avons avec nos tutelles (…), l’indépendance des experts est mise en avant et personne ne semble se soucier de la qualité de l’expertise. (…) On commence à avoir des experts institutionnels qui n’ont plus aucun lien avec l’industrie pharmaceutique et dont on peut se demander, à terme, quelle va être leur expertise, puisqu’ils ne sont plus à aucun conseil de direction".

La Ministre fraîchement élue devra rapidement s'expliquer sur ces questions pour lever toute ambiguïté...

Lire : Prix du médicament, les labos sont-ils des escrocs ?

Des nominations au nom de la parité ?

Sa nomination à la tête de la Haute Autorité de Santé (HAS) en mars 2016, à la suite du Pr. Jean-Luc Harousseau, avait déjà fait tiqué à l'époque Catherine Lemorton, députée PS, à la tête de la Commission des Affaires Sociales de l'Assemblée Nationale,  en l'appelant à conserver l'"indépendance" de l'agence. Le Dr. Jean-Yves Nau, sur son blog, posait ouvertement la question : "Pourquoi est-elle nommée à la présidence de la HAS ? Pour quels bilans précédents ? Sur quel programme ? Contre quel(le)s concurrent(te)s ? Parce qu’elle est une femme ? Qu’entend-elle faire d’une HAS qui semble ne pas bien savoir ce qu’elle est elle-même ? Nous ne le saurons pas. Certains diront qu’il y a là comme un manquement à la transparence citoyenne de la démocratie sanitaire."

Lire : Les colonels, les gorilles et les plantons

La semaine dernière, le Formindep, l'association engagée pour plus de transparence en santé, s'est fendu d'une lettre à celle qui était encore à la tête de la HAS concernant l'élaboration d'une note sur l'hypertension artérielle (encore ??) entachée d'irrégularité et de conflits d'intérêts flagrants. Déjà en 2005, le Formindep avait relevé de graves imparitalités et avait obtenu du Conseil d'État son retrait. Aujourd'hui, la HAS récidive benoîtement et "fait une nouvelle fois peu de cas de ses propres procédures et de son indépendance, malgré les conséquences délétères que des avis biaisés et de moindre qualité scientifique peuvent avoir sur la santé des patients." Nommée Ministre à temps.

Autre épine dans le pied de la Ministre : son mari, Yves Lévy, patron de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) dont le ministère exerce la tutelle...

Pour autant, Agnès Buzyn a su taper du poing contre les lobbyistes (de l'alcool) lorsque certains députés, sous l'impulsion d'un certain... Emmanuel Macron, ont détricoté la loi Évin. Lâchée par Valls et Hollande, Touraine s'était retrouvée bien seule face à Macron qui proposait son amendement au Sénat pour "assouplir" la loi Évin qui encadre depuis 1991 la publicité sur l'alcool. En distinguant publicité et information sur le vin, le ministre de l'Économie souhaitait favoriser l'"œnotourisme". Agnès Buzyn était également, lorsqu'elle était à la tête de l'Institut du Cancer (Inca), favorable à une "hausse drastique" du prix du tabac. Gageons qu'elle se souvienne de ses propos pour qu'elle réussisse là où Marisol Touraine a échoué...

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Santé : Un an après, tout reste à faire

Éditorial de la 449ème Mardi, Christophe Castaner organisait une "soirée informelle" pour fêter ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer