Accueil / Dossier spécial / Le médicament / Médicament : conflits d’intérêts, recul de la vaccination et polémiques en tous genres

Médicament : conflits d’intérêts, recul de la vaccination et polémiques en tous genres

La nouvelle tombe bien mal. Au moment où le médicament, mal aimé des Français, tente de redorer son blason, Mediapart révèle au grand jour les conflits d’intérêts entre les organismes de certification du médicament et les laboratoires pharmaceutiques. La Haute Autorité de Santé (HAS) et l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ont aussitôt déclenché des enquêtes internes qu'elles porteront à la connaissance du procureur de la République. La ministre de la santé Marisol Touraine avait sévèrement jugé que "si les faits rapportés sont exacts, ils sont inacceptables et même d’une gravité extrême".

Pourtant, les choses étaient bien parties : un ouvrage pour reconquérir la confiance, un plan ministériel pour valoriser les génériques, des appels des autorités pour relancer la vaccination...

La vérité sur vos médicaments, pour redonner confiance aux Français

C’est par ce titre accrocheur que 32 spécialistes s’attaquent, « sans parti pris », au travers de 590 pages grand public, au médicament afin de dissiper le « flou » dans lequel se trouvent de nombreux patients. « Il faut leur redonner confiance », clame le Pr Bergmann qui a coordonné l’ouvrage avec les professeurs François Chast, André Grimaldi et Claire Le Jeunne. En ligne de mire : le brûlot polémique des professeurs Even et Debré pour qui 1 médicament sur 2 était potentiellement dangereux.

Lire : la santé vue par les femmes

Même si, pour les auteurs, le « génie inventif » des industriels du médicament permet d’élargir le marché "de diverses façons, plus ou moins artificielles". Ainsi, "À partir de symptômes non spécifiques, on peut créer une maladie. À l'aide de conférences de consensus, de groupes d'experts, d'incitations plus ou moins sourdes, on invente un concept qui devient une maladie correspondant à un médicament.(…) il y a une collusion entre les industriels (...) et certains spécialistes leaders qui aiment augmenter leur activité en augmentant la fréquence des maladies qu'ils prennent en charge." Pour le Pr. Grimaldi, interrogé dans Sciences & Avenir, "l'objectif de se livre est de donner une méthode pour les médecins et pour les patients."

La vaccination recule et n’inspire pas confiance

Depuis 2008, les ventes de vaccin ne cessent de baisser en France. Il s’agit d’une tendance qui englobe tous les types de vaccins (y compris les vaccins pédiatriques). Ce climat de défiance contribue à ce que la couverture vaccinale ne progresse pas malgré les mesures des autorités de santé.

Lire : le nouveau visage de l'opposition à la vaccination

C’est ce que constate le Haut Comité à la Santé Publique (HCSP) dans un avis rendu le 25 février dernier alertant sur les dangers d’un épisode épidémique grave comme en 2012-2013 aux Etats-Unis, au Royaume-Uni ou en Australie. A l’époque, la France avait été protégée grâce à « sa bonne couverture vaccinale ». Mais le HCSP déplore « les épisodes répétés de rupture d’approvisionnement de vaccins qui mettent en péril l’application de la politique vaccinale » et recommande de respecter le calendrier vaccinal notamment pour la primo-vaccination des nourrissons et le cocooning (vaccination des adultes au contact des nourrissons). Au Sénat, Marisol Touraine a ainsi souhaité relancer la politique vaccinale en France qui semble en panne en évoquant «la possibilité d’élargir le nombre de professionnels pouvant prescrire et réaliser des vaccinations». Daniel Floret, président du comité technique de vaccination, a, de son côté, défendu le nouveau calendrier d’injections présenté par la Ministre. Interrogé dans Libé, il défend la vaccination : "C’est un acte médical qui doit être discuté, explicité par les médecins. Or, les praticiens connaissent souvent mal les recommandations vaccinales. Ils se sont longtemps reposés sur l’obligation, aujourd’hui cela ne fonctionne pas. C’est un autre chantier : il faut mieux associer la médecine de ville à notre politique."

Science&Santé y va de son grain de sel et consacre un dossier spécial : « Pourquoi font-ils peur ? » : en 2005, 90 % des Français avaient une opinion favorable [des vaccins],  cinq ans après, ils n’étaient plus que 61,5 % selon deux enquêtes comparables de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes). Il revient sur la défiance des Français et les erreurs de communication qui ont contribué à renforcer cette peur ( notamment la gestion de la grippe A/H1N1 entre 2009 et 2010).

Présentation du plan national d’action de promotion des médicaments génériques

Le plan national d’action de promotion des médicaments génériques pour économiser 350 M€ a été confié à Muriel Dahan, Inspectrice générale des affaires sociales. Il entend encourager la prescription et l’utilisation des médicaments génériques en ville, à l’hôpital et dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), "tout en respectant la liberté de prescription". Une campagne de communication nationale à destination du grand public et des professionnels de santé "pour renforcer la confiance dans les génériques, médicaments efficaces et de qualité" a été décidée.

Mais les professionnels ne l'entendent pas de cette oreille : plan "fourre-tout", il propose des incitations et des mesures dissuasives (notamment à l'encontre des prescripteurs abusant du "NS") pour augmenter de 5 points la prescription des génériques. Les syndicats de médecins libéraux déjà brouillés avec le Gouvernement sur la loi de santé rechignent et jugent "avoir d'autres chats à fouetter". Les hôpitaux sont aussi dans le viseur avec des objectifs de performance et des incitations notamment via la généralisation de l’emploi des logiciels d'aide à la prescription (LAP).

Une actualité chargée autour du médicament... Mais avec un petit grain de sable qui grippe (sans jeu de mot...) la grosse cavalerie médiatique censée rassurer les Français.

Crédits photos : Farm Studio Field.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Réseaux sociaux : la guerre est déclarée

Dorénavant, chaque semaine a son hashtag. Et les directions des hôpitaux n'apprécient ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer