Accueil / Les 18 leçons de santé publique pour un dilettante / Médecin/patient : une relation singulière
La Lettre de Galilée

Médecin/patient : une relation singulière

La relation entre le médecin et le malade est un jeu très complexe(1). Elle répond à une infinité de facteurs sociaux et subit directement l’influence de systèmes de valeurs spécifiques à chaque corps social. Pour quelles raisons, en dehors des cas où le malade est passif, un patient va-t-il consulter un médecin ? Quels sont les facteurs déclenchants ?


La caractéristique de la relation thérapeutique est la supériorité du médecin et la dépendance du client. Mais la soumission du malade est de moins en moins vraie… en tout cas pour une partie éclairée de la population. La perception d’un symptôme, voire l’interprétation de la douleur, varie d’un groupe social à l’autre(2). Il existe une infinité de situations qui vont de celle dans laquelle le patient prend la maladie comme une fatalité et celle où le patient « dicte » la prescription à son médecin.

Ce contenu est restreint aux abonnés. Veuillez vous enregistrer ci-dessous. Si vous n'êtes pas abonné, découvrez vite nos offres !

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   

À propos de L'équipe Galilée

Depuis 2007, la Lettre de Galilée propose une analyse critique et indépendante de l'actualité de santé en France.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Négociations conventionnelles : le crépuscule des dieux

Éditorial de la 349 Mercredi dernier se sont ouvertes les négociations conventionnelles ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer