Accueil / Les éditos des différentes Lettres de Galilée / Loi de santé : morceaux choisis

Loi de santé : morceaux choisis

Éditorial de la 305

Loin de baisser la garde, les syndicats de professions de santé ont remis le couvert le 31 mars tandis que l'assemblée nationale examinait la multitude d'amendements déposés aussi bien par l'opposition que par le gouvernement. Un exécutif devenu plus souple sur certaines dispositions mais demeuré intransigeant sur d'autres.

Nous avons opté, avec le retour des cloches, pour une sélection de quelques morceaux choisis tout au long de cette semaine dans les documents parlementaires ou dans la presse.

"Ces dix années ont été dix années d’occasions manquées. Le seul legs laissé à nos concitoyens, ce sont les franchises et les déremboursements. Il y a des héritages plus glorieux que ceux-là." (Marisol Touraine, 31 mars 2015, Assemblée Nationale)

"Le tiers payant, c'est une mesure de progrès. C'est une mesure de justice. J’ai déjà eu l’occasion de le dire " (idem)

"Les arguments de l’opposition pour rejeter cette mesure sont politiciens, idéologiques, et bien loin de ce que vivent les Français au quotidien. Le discours qui dépeint le patient comme un consommateur irresponsable de soins n'honore pas les responsables politiques qui les tiennent et qui, par leur mépris, bafouent les valeurs d’universalisme issues du Conseil National de la Résistance." (Idem)

"La FHP dénonce le caractère destructeur de ce projet de loi, dont le but inavoué est de tuer la médecine libérale en la mettant sous la coupe réglée de l’Etat et de faire disparaître le secteur hospitalier privé, en l’évinçant des missions de service public et en l’étouffant sur le plan économique." ( Communiqué FHP, 30 mars)

"Si les 60 amendements gouvernementaux vont pour certains dans le bon sens (suppression de la vaccination chez le pharmacien), d’autres doivent encore être améliorés (communauté territoriale de soins primaires), d’autres enfin ne sont pas acceptables en l’état (obligation de fait du tiers payant). Le compte n'y est donc pas encore" (Conférence de presse commune, 31 mars, CSMF).

"Que cela déplaise ou non, aucune société humaine ne s’est jamais passée de l’usage encadré de psychotropes, d’une manière ou d’une autre. Surtout, vous prenez des gens pour des imbéciles en voulant supprimer la publicité dans le lieu même de consommation. Est-ce à dire que, rue de Solférino – pour le moment, nous sommes immunisés contre la tentation de pénétrer au siège du parti socialiste mais sait-on jamais, il pourrait arriver que l’on développe une dépendance au socialisme – vous allez supprimer le logo du parti socialiste ? Supprimez la rose tant que vous y êtes. C’est totalement absurde" (député Nicolas Dhuicq, 4 avril, débat sur les amendements 27 et 423 relatifs à la vente de tabac).

"Je réponds à ses vœux en vous proposant que la vente de tabac ne soit plus autorisée aux générations nées après janvier 2001. En effet, le tabac ne peut pas être vendu aujourd’hui à ces jeunes qui sont mineurs mais il me semblerait souhaitable que cette mesure perdure au-delà de leur majorité." (Député Jean-Louis Touraine, 4 avril, débat sur l'article 5)

"À lire cet amendement, j’éprouve quelque peur à l’idée de la société que certains veulent nous préparer : un monde aseptisé, sans tabac, sans gros ni maigres, où tout le monde penserait la même chose. Ce monde fait peur ! " (député Arnaud Robinet, 4 avril, débat sur l'article 5)

"Cet amendement vise à ce que toutes les œuvres comportant une scène propre à valoriser le tabac diffusent avant leur présentation ou leur diffusion un message préventif anti-tabac. Il n’est naturellement pas question d’interférer avec la liberté de création : pas de film sur Churchill sans son cigare, ni de film sur Serge Gainsbourg sans ses gitanes." (député Jean-Louis Touraine, 4 avril, amendement 1457)

"Certes, le Comité consultatif national d’éthique a donné un avis défavorable ; mais ce n’est qu’un comité consultatif !" (député Olivier Véran, 4 avril, débat sur l'amendement 1911 relatif au don du sang)

Reprise des discussions parlementaires : mardi 7 avril. On devrait commencer à rentrer dans le dur... avec les articles 13 (service régional de santé) et 18 (tiers payant généralisé).

RF

À propos de Remy Fromentin

Cofondateur de La Lettre de Galilée en 2007, il a mené une carrière de dirigeant au sein de l'Assurance maladie jusqu'en 2002. Il est depuis cette date consultant international. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

[Re]vue de Web : mes nouvelles lunettes Chanel, ma clope, mon cinéma

Il faut creuser un peu pour trouver des informations intéressantes derrière les ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer