Accueil / Les éditos des différentes Lettres de Galilée / Les zèbres, l’éléphant et la souris

Les zèbres, l’éléphant et la souris

Éditorial de la 366

Work it, Make it, Do it, Brexit. Les Danois en 1992 et 2000 avaient déjà dit non. Les Irlandais en 2001 et 2008, les Suédois en 2003, les Français et les Hollandais en 2005, les Grecs en 2015. Comme le souligne Alexis Brézet dans son Éditorial du Figaro de ce lundi, "on se demande, après tant de rebuffades -il est vrai souvent, et en France même, superbement ignorées -, comment les dirigeants européens ont pu être surpris quand l'"impossible" est arrivé."

C'est un peu le sentiment que l'on a quand on apprend, qu'après quatre mois d'âpres discussions, la CSMF, le premier syndicat médical en France, a quitté la table des négociations conventionnelles... Comment pouvait-il en être autrement ? Depuis février, les cinq syndicats négocient le bout de gras avec la CNAMTS qui concède avec parcimonie les moyens pour négocier le "virage ambulatoire" tant attendu... Jean-Paul Ortiz, le président de la CSMF peste : "Cela fait quatre mois que l’on discute toutes les semaines ! Si l’on n’a pas de texte avec des propositions chiffrées et significatives, en particulier au niveau financier, ce n’est pas la peine de continuer. La CNAMTS reste dans sa logique comptable et ne semble pas vouloir une convention ambitieuse qui accompagne la médecine libérale pour réaliser le virage ambulatoire et sauvegarder le système de santé à la française". Comment les syndicats de médecins ont-ils réussi à rester aussi longtemps autour de la table ?

A cause du contexte politique et social tendu, tout le monde savait que cette 10ème convention accoucherait d'une souris : même si chacun des syndicats s'était entendu sur un socle commun de revendications, aucune réforme structurelle audacieuse ne serait risquée à quelques mois des élections présidentielles... Autre argument, comptable : la CNAMTS avait prévenu qu'elle n'avait pas de sous en raison d'un ONDAM sous pression. "Notre unité de valeur pour cette négociation, ce seront les millions d'euros et non pas les milliards".

Si les autres syndicats se retirent, il faudra attendre un règlement arbitral (comme celui de 2010 qui prolongeait la convention de 2005). Il est encore loin le virage ambulatoire. Peut-être faudra-t-il attendre un nouveau mandat présidentiel pour porter une convention professionnelle ambitieuse pour la médecine de ville ?

Crédits photos : Mathilde et Julien Depagne-Aubin.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

L’équilibre des comptes ne sera pas au rendez-vous

Éditorial de la 410ème Le Saint Esprit semble bien avoir touché toutes ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer