Les officines de pharmacie en mutation

Selon une étude de l'INSEE, publiée en décembre 2014, on compte 23 800 pharmacies sur le sol français en 2012. Ces dernières ont réalisé un chiffre d’affaires de 38 milliards d’euro, soit 8 % de celui de l’ensemble du commerce de détail.

Derrière ce chiffre, la réalité est plus complexe puisque 10% des officines trustent à elles-seules près de 10 milliards, soit 1/4 du CA global. La moitié des officines n'arrive pas à réaliser plus d'1,5 millions de CA. Alors que le secteur des officines de pharmacie faisait rougir d'envie les autres entreprises du secteur du commerce de détail, "la progression du chiffre d’affaires du secteur de la pharmacie tend à s’essouffler" et est désormais "inférieure à celui de l’ensemble du commerce de détail". Les raisons en sont simples :

  • baisse des prix des produits pharmaceutiques, basés sur l'indice des prix à la consommation (-1,5 % par an entre 2000 et 2006, puis -2,4 % par an entre 2006 et 2012);
  • baisse des prix des médicaments remboursables (-2,0 % par an entre 2000 et 2006, puis -3,0 % par an entre 2006 et 2012).
  • diverses politiques de santé publique : tarifs forfaitaires de responsabilité en 2003, plans Médicament de 2004 et 2006, promotion des génériques, à partir de 2007.

Les conséquences sur les ventes : étant donné que les médicaments remboursables représentent près de 90 % des dépenses de médicaments, "la part des ventes de médicaments non remboursables a progressé dans le chiffre d’affaires des pharmacies, atteignant 12 % des ventes en 2012, soit 4 points de plus qu’en 2000". La parapharmacie s'est considérablement développée dans les ventes (hygiène petite enfance, produits diététiques, etc.); même si l'essentiel des ventes parapharmacie se réalise en grandes surfaces.

Autre fait marquant que note l'étude INSEE, la baisse du nombre d'officines depuis 2010 (liée à la chute du nombre de pharmaciens titulaires malgré un numerus clausus constant). Les raisons avancées (et connues) sont corrélées au vieillissement de la population des pharmaciens et au délaissement de l'activité traditionnelle de pharmacie des jeunes diplômés vers d'autres activités.

L'accord signé entre le syndicat majoritaire des pharmaciens et l'Assurance maladie sur les nouveaux mode de rémunération signé en 2012 s'est traduit cette semaine par un arrêté augmentant l’honoraire versé pour chaque boîte vendue (80 centimes au 1er janvier puis 1 euro en 2016), et fixant une prime de 50 centimes par ordonnance complexe (au moins 5 prescriptions). Cette mesure contribuera-t-elle à limiter la baisse du prix du médicament pour les pharmaciens ? Pas si sûr...

Crédits photos : Baudouin.

À propos de L'équipe Galilée

Depuis 2007, la Lettre de Galilée propose une analyse critique et indépendante de l'actualité de santé en France.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Lois bioéthiques : que dit vraiment le rapport Touraine ?

[Article de 2700 mots] Les réactions n'ont pas manqué autour de la ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer