Les esprits animaux

Éditorial de la 316

La reprise française n’est plus seulement une affaire d’alignement des astres et de facteurs extérieurs de soutien". Bercy l’a dit. Plusieurs indicateurs conjoncturels semblent le confirmer. Une note de l’INSEE pour 2015 affirme même que la "reprise se diffuse en France" comme dans la zone euro. Après une première hausse en France de 0,6% au premier trimestre à laquelle personne ne croyait vraiment, le PIB progresserait de 0,3% au deuxième, de 0,3% au troisième, puis de 0,4 % au quatrième trimestre, représentant sur l’ensemble de l’année, une croissance de 1,2 %, au lieu de 0,2 % en 2014. On ne saura jamais si l’astrologie de Hollande suivait les méandres de son cœur ou ceux de sa raison. Mais le ciel semble s’éclaircir par l’entremise de ces auspices inespérés. Il fallait y croire.

C’est sûr que quand le moral est dans les chaussettes, l’excellence française, on n’y croit plus trop non plus. Pourtant, malgré les incessantes boules puantes qu’on lui lance, notre excellence française peut s’exporter. Lancée lors du Salon Santé Autonomie le mois dernier, une initiative portée par le réseau des chambres de commerce souhaite développer le savoir-faire sanitaire et la compétence hospitalière français à l’international. Elle s’inscrit dans le projet Nouvelle France Industrielle et a pour objectif de  "constituer une communauté et une base de compétences mobilisables" (16 domaines d’expertise identifiés : construction, conseil, numérique, projet médicale, etc.), permettant aux entreprises de "faire connaître leur offre et aux pilotes de projets de bâtir avec réactivité une réponse à un projet". La loi Macron a introduit d’ailleurs au CHU la possibilité de créer des filiales commerciales. Une autre révolution… tant attendue.

Mais, colosses aux pieds d’argile, les hôpitaux français ne savent plus trop sur quel pied danser. C’est ce que clame Frédéric Valletoux dans une lettre envoyée à la ministre de la santé. Le patron de la FHF s’en prend à "la politique de l’autruche" du ministère qui, côté cour, porte aux nues le "rôle structurant dans l’offre de premier recours" des hôpitaux de proximité et leur saine "attractivité pour la médecine libérale", et, côté jardin, demande aux Agences Régionales de Santé de restructurer à tout va. La constitution des groupements hospitaliers de territoire conduisant à transférer les lits de médecine des ex-hôpitaux locaux vers l’établissement pivot du groupement. De l’équilibre entre le proche et le loin, il reste à régler sa lunette. Ou à carrément les enlever selon ce qu’on veut voir…

VF

Crédits photos : Bladsurb.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Hôpital : la réforme sera-t-elle au rendez-vous ?

Éditorial de la 441ème Ce mardi, le Premier Ministre, Édouard Philippe, accompagné ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer