Le temps des cerises

Éditorial de la 309

Le temps des réformes est passé. On le savait de toute façon dès le début de l'année lorsque Manuel Valls a présenté sa feuille de route pour les prochaines années : pas de réformes qui ne soient déjà dans les tuyaux. Place maintenant aux discours et à la pédagogie. La Ministre, sa loi de modernisation de santé sur le chemin du Sénat, a pu consacrer une tribune dans le Huffington Post pour défendre la parité et le droit des femmes, taclant au passage sur Twitter Marine Le Pen osant citer Olympe de Gouges. Attention féminisme, chasse gardée.

De son côté, Alternatives Économiques a consacré un dossier spécial ce mois-ci sur les enjeux de la réforme de la santé. "Refonte en profondeur des modes de rémunération des médecins" pour valoriser une approche au forfait plus qu'à l'acte, "régulation de la liberté d'installation", "conventionnement sélectif", "rétablissement du service public hospitalier supprimé par la loi HPST", "concentrer les remboursements des médicaments sur des produit vraiment utiles", "libérer les prescripteurs de l'influence des acteurs économiques", renforcer l'offre en centre de soins municipaux, fusionner CMU et AME, etc. Tout y passe. Y compris bien sûr un plaidoyer incontournable sur la généralisation du tiers-payant.  Voici venu le temps des cerises.

Ou plutôt des queues de cerises si l’on en croit la circulaire budgétaire pour 2015 pour les établissements de santé qui prévoit de réaliser 730 M€ d’économies et de limiter l'évolution de la masse salariale à +1,5% sur trois ans ; ce qui n’a pas manqué de faire hurler la FHP, interpelant Manuel Valls sur ces "économies en trompe l’œil" et criant à l'injustice entre privé et public : augmentation des dotations MIGAC, soutien aux ressources humaines à hauteur de 887,3M€ pour l’hôpital public; alors que les cliniques ne bénéficireont pas de l'effet du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) et qu'elles devront faire face à une "baisse supplémentaire des tarifs de 1,5%, et ce alors qu'[elles] s’acquittent chaque année de plus de 600 millions d’euros d’impôts, taxes et charges sociales, dont les hôpitaux publics sont bien sûr exonérés".

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

- "Je dis stop ! Pendant que vous vous engueuliez sur les pourcentages, moi j'ai réfléchi, on est en pleine gaminerie. L'affaire est irréalisable."

Chez nos amis anglais qui se préparent à voter ce jeudi 7 mai pour leurs élections législatives, la santé est aussi au coeur des enjeux politiques. Alors que beaucoup de pans de l'économie ont été privatisés, le NHS est resté public malgré le gouffre des dépenses. Mais attention aux noyaux de cerises...

VF

Crédits photos :  anaxila.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée.Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

[Euthanasie] : la mise en examen d’un médecin généraliste relance le débat

Éditorial de la 483ème C'est une sale affaire qui émaille l'actualité de ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer