Le rêve de Cassandre

Éditorial de la 420ème

Si les rentrées politiques se révèlent finalement moins explosives qu'on ne les prévoit, la santé fera partie des dossiers sensibles. "Certains prédisent le pire, mais il ne faut jamais céder aux Cassandre", a ironisé le Président, faisant allusion aux véhémentes diatribes de Jean-Luc Mélenchon, devant ses ministres réunis ce lundi pour un séminaire de rentrée, avant le prochain Conseil de mercredi.

Lire : CSG, le tour de passe-passe du Gouvernement

Une étape importante, bien orchestrée, pour rappeler la pédagogie des réformes souhaitées par Emmanuel Macron, placée sous le signe du "volontarisme, de l'ambition et de l'exigence". Et dans la kyrielle des chantiers qui débuteront en septembre, chaque ministère devra "séquencer" sa communication afin que ces Français qui "détestent les réformes" puissent comprendre que le pays doit "se transformer en profondeur" comme l'a rappelé Édouard Philippe lors d'un point presse à l'issue du séminaire.

Lire : Retraites : la situation financière se dégrade et complique la réforme de Macron

Il y a d'abord la programmation de grands rendez-vous de communication dans la presse nationale (dès jeudi dans Le Point pour Emmanuel Macron et au JT de 20h pour Édouard Philippe), pour la publication des cinq ordonnances modifiant le Code du Travail, qui seront examinées en Conseil des Ministres le 22 septembre. L'occasion de renouer avec la confiance des Français et des sondages en berne...

Lire : L’Assurance maladie veut économiser 2 Md€ en 2018

Mais il y a les rendez-vous plus classiques et traditionnels : les 27 et 28 septembre prochains, seront examinés le projet de loi de finances (PLF) et le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2018.

Lire : On badine à Versailles, on folâtre à Nancy

Les priorités fixées seront de "baisser les impôts massivement, baisser le poids de la dépense publique, casser le cercle vicieux de la dette et financer les priorités des Français : la défense, la sécurité, la justice, l’école, l’enseignement supérieur, la transition écologique, la solidarité et le handicap".

Lire : L’équilibre des comptes ne sera pas au rendez-vous

Le rapport annuel de la Cour des Comptes sur la situation et les perspectives des finances publiques publié en début d'été accablait la gestion du précédent quinquennat. Concernant la santé,  se basant sur le rapport Charges et Produits 2018 de l'Assurance Maladie, la Cour appelle à de profondes réformes.

Lire : Dépenses de santé en France : les remèdes choc de la Cour des Comptes

Les dépenses de santé qui représentent plus de 11% du PIB doivent ainsi être davantage maîtrisées si la France souhaite conserver ses indicateurs de santé au vert. Un contexte idéal pour resserrer la vis. Édouard Philippe a promis des "choix forts". "Choisir, c’est parfois difficile, mais ne jamais choisir, c’est dangereux".

Pour Alain Auffray et Dominique Albertini, dans Libération, si, selon le Premier Ministre la transformation envisagée est "discutée, pensée et nécessaire", on verra bientôt si cette nécessité résiste aux mobilisations syndicales et politiques des prochaines semaines.

Et ironie de la mythologie, Emmanuel Macron appelle à ne pas céder aux Cassandre; mais en oubliant que la prophétesse troyenne avait toujours raison...

Crédits photos : World Bank Photo Collection

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

[Re]vue de Web : PLFSS, négos dentaires et loi Neuwirth

Malgré l'approche de la trêve des confiseurs, l'actualité de la semaine reste ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer