La Lettre de Galilée

La vinaigrette du mesclun

La publication officielle des décomptes de voix de l’élection de dimanche donne une représentation plus concrète des enjeux que l’affichage en plein écran, à 20 heures pétantes sur les principales chaînes populaires, des scores en pourcentage. Fades indications en effet qui, au demeurant, n’ont pas cessé de se modifier au cours de la soirée, confirmant ainsi l’éclatant fiasco des sondeurs.
Commençons par dire que 9,5 millions de personnes pourtant volontairement inscrites sur une liste électorale ont préféré s’esbigner avec leur couvée plutôt que de se rendre dans les bureaux de vote ; voilà de quoi modérer les ardeurs. 9,5 millions, c’est-à-dire, à un chouya près, le nombre de voix obtenu respectivement par Hollande et par Sarkozy.
Ainsi, plus d’un électeur sur deux a réfuté, en première intention, les deux vainqueurs du premier tour. L’élection se lit en creux : l’addition du malaise est de 24 millions de voix.

Ce contenu est restreint aux abonnés. Veuillez vous enregistrer ci-dessous. Si vous n'êtes pas abonné, découvrez vite nos offres !

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   

À propos de Jean-Pol Durand et Rémy Fromentin

Depuis 2007, chaque mardi, Jean-Pol Durand, ancien rédacteur en chef du Quotidien du Médecin, Impact-Médecin Quotidien, Filières & Réseaux, et Rémy Fromentin, ancien haut responsable de l’assurance maladie, ont partagé leur vision sur l’actualité de la santé en France autour d’une lettre commune.
x

Lisez-aussi

Le match de Macron avec Bourdin et Plenel : rien de nouveau pour la santé

Éditorial de la 447ème Pas d'annonces fracassantes lors de l'interview d'Emmanuel Macron par ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer